Depuis de nombreuses années, les collaborateurs internationaux parlent d’un management à la française très marqué par le rapport hiérarchique. Quid du reste du monde ? Comment le top manager interagit-il avec ses collaborateurs en Allemagne, au Japon ou en Angleterre ? Décollage immédiat avec Hélène Langinier, enseignante-chercheuse à EM Strasbourg et le docteur Ricardo Azambuja, professeur à Rennes School of Business.

 

Le modèle japonais

Dans une société rythmée par le travail, où les salariés n’ont que 18 jours de congé par an et n’en posent que la moitié en moyenne, le respect dû à l’âge est un élément très prégnant du management. « Au Japon, il est difficile pour un manager d’être plus jeune que son équipe. Il y a une reconnaissance de la séniorité. J’ai déjà vu un commercial talentueux dont la promotion en tant que manager a affaibli les performances de son service. Il ne se sentait pas légitime dans le fait de gérer une équipe dont les collaborateurs étaient plus vieux que lui », observe Hélène Langinier.

Ich bein ein manager

Si le manager allemand ressemble au français, notamment dans son rapport aux responsabilités, la grande différence réside dans l’expertise que le chef germanique se doit d’avoir. « En Allemagne, la légitimité vient de la connaissance technique sur un sujet. Par conséquent, les parcours sont plus linéaires. Il est très rare pour un collaborateur germanique de changer de métier ou de secteur au cours de sa carrière », décrypte Ricard Azambuja. Malgré tout, le manager allemand fait plus appel à la coopération et au collectif que ses compatriotes anglo-saxons. 

Kit de survie à destination du manager scandinave

Dans les pays nordiques, la tendance est à la QVT. « Cette notion est très importante pour le manager. On trouvera un management plus soucieux de l’impact écologique, mais aussi de l’égalité femmes-hommes. Les congés paternité sont beaucoup plus répandus dans les pays scandinaves », explique l’enseignant-chercheur d’EM Strasbourg.

To be or not to be a manager

En Angleterre, comme aux États-Unis, le manager est plus coordinateur qu’expert. « Il délègue, budgète et motive ses équipes. Le manager est tourné vers le qualitatif et très soucieux du feed-back de ses collaborateurs ou de ses clients. C’est aussi un modèle dans lequel vous pouvez manager assez rapidement, deux ou trois ans après votre diplôme », constate le professeur de Rennes School of Business.

Le modèle chinois

L’empire du Milieu est marqué par une caractéristique : garder la face. Derrière cette expression se cachent deux réalités : le fait de ne pas vouloir humilier quelqu’un, ou se retrouver en situation d’être humilié soi-même. Un collaborateur ne vous dira jamais qu’il n’aime pas votre idée. « Lorsque je travaillais dans une entreprise du conseil, il m’arrivait d’envoyer des dossiers à un confrère chinois sans avoir de retour de sa part pendant plusieurs semaines. On m’a expliqué que c’était sa manière de me faire comprendre que le contenu ne convenait pas. Ce n’est qu’après avoir soumis une proposition qu’il me répondait et que nous commencions à échanger sur le sujet », raconte Hélène Laginier.

Une grande importance est ainsi accordée à l’apparence. Les rencontres physiques et les réunions formelles prennent une grande place, même si les décisions ont déjà été prises en amont.

 

Delacre : succombez aux « guilty pleasure »

« Bienvenus dans une entreprise délicieusement régressive » assure Véronique Magro, Head of Controlling et reporting chez Delacre

Innovation et RSE, les arômes d’exception de Nespresso

L’innovation selon Nespresso ? Eclairage en mode robusta par Jean-Michel Cecconi directeur de l’open innovation et Clémence Nutini, responsable RSE chez le pro du café

[TUTO] Écolo même au bureau

. Et si, en plus de votre politique zéro déchet à la maison, vous vous mettiez au vert même au bureau ? Voici cinq gestes simples pour améliorer votre impact écologique au boulot.

Horus Pharma : une innovante affaire de famille

L’objectif d’Horus Pharma ? Recourir à la réalité augmentée pour faciliter le quotidien des patients et des médecins. Rencontre avec Claude Claret, DG et fondateur du laboratoire ophtalmologique

Faites le plein d’énergie chez ENGIE !

L’accès à une énergie durable, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, l’utilisation raisonnée des ressources… Voici les grands enjeux d’ENGIE pour devenir le leader mondial de la transition énergétique.

Petit Forestier : pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Petit Forestier est une entreprise familiale où il est possible de progresser et de réaliser de beaux parcours professionnels estime Fréderic Vannson, son Directeur technique.

La valeur la plus importante pour BPCE ? Ses actifs… humains

Envie d’en savoir plus sur le métier de banquier en 2020 Marc Bonnemains vous présente le groupe BPCE de l’intérieur.

Nexter tire dans le mille

Nexter agit sur tous les fronts ! Innovation, transformation digitale, conquête de nouveaux marchés à l’export… Le point avec Sylvain Rousseau, (Sup’Aéro 93 HEC 2004) COO du leader de la défense terrestre

Mon métier c’est… RP

Attaché de presse, vous connaissez ? Mais les métiers des relations publiques (RP pour les intimes) ne s’arrêtent pas là. Métiers et qualités insoupçonnées, Stéphane Billiet, président de We agency et administrateur du Syndicat du Conseil en Relations Publiques décortique le mythe.

Airbus : devenez les futurs Pionniers !

« Venez négocier des contrats chez Airbus et vous serez les rois du monde ! » assure Christophe Mourey, Secrétaire Général de la Direction Commerciale chez Airbus