S’il fallait retenir un qualificatif pour définir les évolutions vécues dans le secteur du luxe en ce début de 21ème siècle, ce serait « bousculé ». L’univers du luxe est bousculé par les évolutions, voire les révolutions, sans précédents des modes de production, de distribution et de consommation. Il l’est également par l’arrivée de nouveaux acteurs, insoupçonnés il y a encore quelques années, qui tentent de prendre leur part de cette industrie si attractive. Enfin, il est bousculé par les innovations technologiques incessantes des dernières années. Par Michel Phan, Professeur de marketing luxe et directeur du Master of Science in Luxury management and Marketing – emlyon business school

 

« See now, buy now », quèsaco ?

Le modèle de production traditionnel du luxe a fondamentalement changé. Sous la pression des ONG et des consommateurs, beaucoup de maisons de luxe abandonnent l’utilisation des fourrures animales, voire des peaux exotiques. La traçabilité de la production des produits de luxe devient un sujet d’actualité et d’importance pour tous. Les cycles de production se raccourcissent pour satisfaire les consommateurs à la poursuite de l’immédiateté. On a même donné un nom à cette tendance, le « see now, buy now ». Traditionnellement il fallait environ six mois entre la présentation d’une nouvelle collection de prêt-à-porter et sa disponibilité en boutique. Aujourd’hui ce délai s’est raccourci à quelques jours à peine ! La demande croissante des clients pour « consommer plus responsable » amène les maisons de luxe rechercher des matières biologiques et naturelles, comme le coton, la soie ou la laine, et à en faire un argument de communication et de positionnement marketing.

Luxe et e-commerce

Les modes de distribution des produits ont aussi fortement évolué depuis ces dernières années. Si les boutiques physiques ont encore de beaux jours devant elles, elles ne sont plus les seuls endroits où les consommateurs achètent les produits de luxe. Le e-commerce, et de plus en plus le m-commerce (ou mobile commerce : on achète avec son smartphone partout dans le monde), s’ajoutent aux boutiques. En Chine, les maisons de luxe commencent à vendre sur WeChat, le réseau social utilisé quotidiennement par plus d’un milliard de chinois.

Le poids des influenceurs…

Le consommateur moderne de produits de luxe a lui aussi changé. Il s’informe sur les réseaux sociaux via des « influenceurs » ou des célébrités avant de se décider. Le rôle des publicités et des magazines de mode s’atténue et va probablement disparaître. Pour acheter le produit, le consommateur a le choix entre plusieurs canaux possibles et plusieurs zones géographiques. Les barrières physiques et géographiques n’ont plus aucune importance. Et si par hasard, il n’était pas satisfait des choix offerts par les maisons de luxe, il pourrait créer ou co-créer « son » produit de luxe correspondant parfaitement à ses désirs. Enfin, l’industrie de luxe voit arriver, avec ou sans invitation, de nouveaux acteurs qui comptent bien profiter de sa santé éclatante. Ces dernières années ont vu pas moins d’une dizaine de maisons de luxe européennes passer sous contrôle de propriétaires non-européens (qataris, chinois, indiens, …). Ils apportent de nouveaux capitaux leur permettant de se développer ou de survivre tout simplement, comme dans le cas de la maison Lanvin.

… et de l’IA !

Les innovations technologiques quant à elles bouleversent littéralement l’industrie du luxe. Elles révolutionnent le secteur et forcent les maisons de luxe à penser différemment. Il n’y a pas si longtemps, qui aurait imaginé qu’un jour l’intelligence artificielle (IA) choisirait un parfum pour nous ? Que nous paierions nos achats sans passer par la caissière ? Que les maisons de luxe communiqueraient seulement sur les produits qui nous intéressent au moment qui nous convient le mieux sur notre smartphone ? Fini le temps de publicités intempestives et de masse. Nous ne sommes qu’au début du 21e siècle. Qu’adviendra-t-il de cette industrie avec l’arrivée des ordinateurs quantiques et de leur puissance inimaginable qui vont (encore) révolutionner nos savoir-faire actuels ? L’avenir nous le dira… très vite !

EDF : le secteur a besoin de vos lumières !

Venez challenger le secteur du nucléaire dans une entreprise qui booste la jeune génération, assure Cécile Laugier, Directrice Environnement et Prospective

Louis Vuitton : un groupe taillé pour les jeunes dip’

Des sacs aux montres connectées, Louis Vuitton est synonyme de tous les possibles. Plongée dans les coulisses d’un emblème du savoir-faire français

Ingénieur.e du futur, qui es-tu ?

Alors que l’on parle de plus en plus d’industrie 4.0 et de projets d’avenir, l’image de l’ingénieur(e) reste relativement vieillotte. Et pourtant, l’ingénieur du futur est sexy.

Coface : une multinationale à taille humaine

Group general secretary and Chief Legal officer du groupe, Carole Lytton se confie sur la place que peuvent trouver les jeunes Sciences Po chez Coface

SNCF Réseau : prenez le train du digital !

La numérisation du réseau ferroviaire est une vraie opportunité pour les ingénieurs des Ponts, « saisissez là », assure Patrick Jeantet, PDG de SNCF Réseau.

Adrien Touati : gourou de la Tech

Adulé par Xavier Niel, Adrien Touati a participé à l’amélioration de la Freebox à seulement 17 ans ! Devenu véritable gourou de la tech, il partage sa vision d’un secteur en pleine révolution.

Disney +, Apple TV + : Zoom sur la folie du streaming

Disney et Apple se lancent dans la course au streaming aux côtés d’Amazon, Canal ou encore Youtube. Pourquoi le streaming séduit-il tant ? Éléments de réponse.

Les rendez-vous immanquables de la Tech

De septembre à juin, découvrez tout l’agenda de la Tech ! Conférences, salons… Les immanquables sont à retrouver ici !

Transdev : vivez la mobilité à l’échelle d’un groupe international, en mode start-up !

Elisabeth Oger, Directrice Clients passagers du Groupe Transdev vous ouvre les portes du secteur de la mobilité avide d’innovations.

Le commerce équitable, on en parle ?

Selon une enquête de Max Havelaar et OpinionWay, 79% des 15-25 ans déclarent être prêts à s’engager pour soutenir le commerce équitable.