Environnement, Energie, Défense, Industrie, Recherche et Santé : l’innovation technologique est le pivot des multiples secteurs dans lesquels interviennent le Groupe CNIM et Bertin Technologies. Bruno Vallayer (Centrale Lyon 91), Directeur NRBC – Santé de Bertin Technologies nous donne quelques clés du succès de cette pluridisciplinarité.

 

Bruno Vallayer

Bruno Vallayer

Un jeune leader en pleine croissance
Intégré au Groupe CNIM, Bertin Technologies est un des leaders de l’innovation industrielle et des prestations de services à fort contenu technologique. Ces deux entreprises développent une expertise multisectorielle nécessitant des grandes compétences techniques et de réelles capacités d’adaptation. « Au carrefour des Sciences de l’Ingénieur et des Sciences du Vivant nous misons sur un mix culturel de scientifiques et d’ingénieurs pour satisfaire nos clients (organismes publics, grandes industries, PME) dans leur diversité ». Bertin mène en parallèle plus de 500 projets par an de taille et de nature très variés. Bertin se développe actuellement à l’international. « Au sein de notre activité « Equipements de Laboratoires » nous réalisons 10 % seulement de nos ventes en France, 40 % dans le reste de l’Europe, 25% en Asie et 25% en Amérique du Nord où nous venons d’ouvrir une filiale ». Cette croissance est soutenue par des efforts en R&D (15% des ressources investies chaque année). Pour Bruno Vallayer en effet « la recherche scientifique et technologique est profondément associée à l’entreprise. J’ai fait une thèse après ma formation à Centrale. Lorsqu’elle elle est bien encadrée c’est à mon sens une excellente école de gestion de projets ».

 

Vers l’excellence technologique
Axé autour de 3 secteurs : Environnement, Innovation et Systèmes et Energie, le Groupe CNIM développe, conçoit et réalise des ensemble industriels clés en main à fort contenu technologique. Avec un chiffre d’affaire de 633.1 M€ en 2010, sa croissance est soutenue par une politique commerciale à l’export et par une croissance externe ciblée, comme avec l’acquisition de Bertin Technologies en 2008. Cette politique de croissance externe permet d’associer les compétences historiques du Groupe CNIM (mécanique et thermique) à des talents externes au service des clients existants ou de nouveaux marchés.

 

Un ingénieur doit
être révolutionnaire,
il doit se remettre en question, être force
de proposition et se placer en situation
de responsabilités

La culture de l’ingénieur
Avec 3000 collaborateurs dans 15 pays, CNIM reste une entreprise à taille humaine où chacun peut rapidement acquérir des responsabilités. « Nous misons sur l’avenir de nos ingénieurs en leur proposant des carrières longues et une rare richesse de métiers et de sujets, encouragée par les synergies entre CNIM et Bertin dont les activités sont des réservoirs d’opportunités de croissance mutuelle ». Mais surtout, le Groupe et l’ensemble de ses filiales et sociétés rattachées accordent une place centrale à l’ingénieur. « La culture de l’ingénieur est au coeur de notre ADN. Nos ingénieurs sont à la fois des chercheurs et des développeurs qui maîtrisent totalement le processus de l’innovation, qui participent à la fabrication de nos produits et qui sont fiers de leur faire voir le jour. Le rôle de l’ingénieur est d’apporter des réponses inattendues, novatrices et fiables. Un ingénieur doit être « révolutionnaire », il doit se remettre en question, être force de proposition et se placer en situation de responsabilités dans les projets auxquels il participe. C’est la seule façon pour conserver un rôle stratégique dans les entreprises et dans la société au sens plus large, il ne faut pas se résigner à une banalisation du métier ».

 

Les enjeux du secteur
Placée au 7e rang mondial pour le nombre de chercheurs, la France dépense 39 milliards d’€ en R&D, soit environ 2% de son PIB. Elle dispose de pôles scientifiques renommés (comme le CNRS) et est très bien placée pour les dépôts de brevets. Les secteurs industriels les plus actifs dans le domaine de l’innovation sont la chimie, la pharmaceutique, l’électronique, les TIC, les transports terrestres, l’aéronautique, le spatial et l’automobile. La capacité d’une entreprise à innover témoigne de son leadership et de sa capacité d’adaptation aux évolutions du contexte économique. Le secteur de l’innovation est totalement assimilé aux activités à haute valeur ajoutée. Pour un jeune diplômé, y participer est signe d’ouverture, de modernité, de capacité à être en prise avec le marché et les enjeux de notre temps.

 

CW

 

Contacts :
vallayer@bertin.fr
Responsable Recrutement :
Groupe CNIM : Pascale Bailly
pbailly@cnim.com