Dans un climat de concurrence accrue et dans un écosystème résolument mondialisé, la Direction Marketing a plus que jamais un rôle stratégique à jouer. En temps de crise où elle fait souvent, à tort, figure de parent pauvre de l’entreprise, elle s’illustre pourtant comme une de ses meilleures cartes à jouer pour ré-impulser une dynamique de croissance. Coup de projecteur sur ce booster de performance.

© Denisismagilov - Fotolia

© Denisismagilov - Fotolia

OBJECTIF INNOVATION
Médiateur entre le marché et l’entreprise, le Directeur Marketing comprend le consommateur et sait se positionner face aux changements de la société. C’est un expert de l’innovation et de la conduite du changement. C’est d’ailleurs dans cette optique que l’on voit aujourd’hui émerger un marketing dit responsable qui fait notamment des questions d’éco-conception ou d’innovation durable des leviers de génération de valeur et donc des arguments marketing essentiels.

 

MAITRISER LE DIGITAL
Sa créativité est aussi largement nourrie par l’évolution, voire la révolution, induite par le digital. Pour preuve, une étude du cabinet de conseil Gartner prévoit qu’en 2017, le Directeur Marketing investira plus dans les TIC que le DSI lui-même ! Il devient ainsi évident dans le B to C, mais aussi dans le B to B, que le marketing du produit et de l’offre n’est plus suffisant. Le web a inversé les flux de communication : les interactions entre l’entreprise et ses clients ne sont plus forcément consécutives d’une sollicitation de l’entreprise mais de recherches effectuées par ses clients. Désormais se sont eux qui vont à la rencontre des sociétés, et ils doivent les trouver. Mais qui dit digital ne dit pas forcément virtuel. Le numérique peut en effet être mis à disposition des clients pour leur apporter une information ou un service complémentaire dans un cadre concret comme un point de vente par exemple.

 

DES RELATIONS CLIENTS D’UN GENRE NOUVEAU
Car dans ce monde pavé d’innovations, le service reste encore et toujours un facteur clé de différenciation. La conception de la relation client a toutefois significativement évolué. Dans un environnement rythmé par l’immédiateté et le nomadisme, l’enjeu principal n’est plus la conquête mais bien la fidélisation des consommateurs, qui, avec l’émergence des réseaux sociaux, s’illustrent comme des ambassadeurs et s’improvisent eux-mêmes marketeurs. Désormais multi-canal et à double-sens, ces nouvelles relations clients / entreprise impliquent la création de nouvelles modalités du marketing où l’anticipation des besoins prend une place centrale. Outre la traditionnelle carte de fidélité qui permetde connaitre les habitudes de son détenteur, le professionnel du marketing jouit également aujourd’hui d’outils ultra-innovants comme, par exemple, le moteur de prédication d’Amazon qui permet de susciter des envies d’achats.

 

LES CLÉS POUR BIEN MANAGER UNE ÉQUIPE MARKETING
JOUER LA COMPLÉMENTARITÉ. Les membres de l’équipe ont tous une compétence identifiée et complémentaire aux autres dans un objectif commun de rentabilité des actions marketing.
ALLER SUR LE TERRAIN. Le bon marketeur ne passe plus son temps dans un bureau, il va à la rencontre des clients et des métiers de l’entreprise pour se forger la culture client et la culture d’entreprise indispensables à la constitution de sa stratégie marketing.
S’ADAPTER AUX ATTENTES DES NOUVELLES GÉNÉRATIONS. Les jeunes diplômés sont promoteurs d’un management plus participatif. Ils sont friands des séances de réflexions collectives comme le brainstorming et les incentives.
DÉCLOISONNER SON ACTIVITÉ. L’âge d’or du tout puissant marketing est terminée, il se conçoit aujourd’hui de façon transverse et se nourrit de toutes les fonctions de l’entreprise.

 

CW.