Le directeur des risques ou risk manager, déjà très présent au sein des grandes entreprises et des groupes internationaux, s’installe désormais au cœur des moyennes entreprises, de plus en plus sensibles à la gestion des risques.  Sa mission : la prévention et la maîtrise de ces risques. Un métier d’avenir, quel que soit le contexte économique.

Sa valeur ajoutée :  éviter les problèmes
Anticiper, analyser, hiérarchiser et prévenir les risques, piloter l’activité, faire preuve d’intelligence économique, gérer les assurances, diffuser la culture du risque au sein de l’entreprise… le directeur des risques, ou risk manager, est véritablement multitâche. En tant qu’expert de la maîtrise des risques, il exerce de fortes responsabilités au quotidien. Sa principale qualité ? La polyvalence. Son rôle premier ? Amener les dirigeants à prendre des décisions stratégiques avisées grâce à son plan de gestion des risques. C’est pourquoi le directeur  des risques fait preuve d’une certaine  expérience, en moyenne plus de dix ans,  et affiche un profil multifonction : 42 %  s’orientent vers l’Assurance et la Prévention (AP) ; 39 %  témoignent d’un profil mixte, AP et ERM (Gestion globale des risques) proprement dites ; enfin, 19 %  sont dédiés à des activités ERM. Ils ne  gèrent alors pas les politiques d’assurance au sein de leur groupe .

 

Le couteau suisse  de l’entreprise
Par sa fonction clé au sein de l’entreprise, le risk manager sait se rendre indispensable. Il occupe désormais une place de plus en plus importante dans les moyennes  entreprises. De même, son périmètre d’action ne cesse de s’étendre, intégrant dorénavant les activités de contrôle  interne. Le directeur des risques prend ainsi de plus en plus part aux comités  exécutifs : comité opérationnel des risques, comité d’audit, comité stratégique, comité des investissements…  De risk manager, il se mue alors en  véritable risk master, alliant des qualités de perception, de décision, de quantification, d’intégration, d’influence et de  diffusion de la culture sur le long terme.

 

Un métier  tourné vers l’avenir
Par la variété de ses missions et les  enjeux critiques de sa fonction, la direction des risques ouvre de réelles perspectives d’évolution et une grande diversité  d’opportunités. Une source de motivation réelle pour les jeunes diplômés. Par sa vision stratégique à long terme et sa  capacité à anticiper les risques, le  directeur des risques possède les qualités  essentielles pour intégrer les grandes directions de l’entreprise : direction générale, direction financière, audit et contrôle interne, direction compliance conformité, direction de la stratégie, direction du  développement, direction industrielle…  Il peut également évoluer vers un poste  de directeur des risques groupe à l’international. Il ne lui reste plus qu’à choisir, ce qui est peut-être le plus difficile !

1. Selon le 3e baromètre AMRAE, Association pour  le Management des Risques et des Assurances de l’Entreprise, 2013

 

Une fonction en pleine féminisation
Où sont les femmes ? Elles arrivent en masse ! Malgré une forte dominance masculine, une tendance nette à la  féminisation de la fonction émerge.  En effet,  selon l’AMRAE, depuis 2011, on compte 5 % de femmes en plus, passant de 23 à 28 % en deux ans.  Et ce n’est qu’un début. Parmi les compétences et qualités requises pour  ce poste, deux semblent essentielles  et favorisent un recrutement féminin : la gestion de projet technique et l’éthique personnelle. La fonction est en pleine expansion, avis aux candidates.

 

VC