fiche métier : le DRH

 

Homme d’expérience, d’écoute et d’intelligence sociale, il doit pouvoir réagir aux situations de crise. S’il possède le sens du contact, de la conduite et de l’animation de réunion, il doit également savoir concilier les intérêts divergents des parties prenantes de l’entreprise afin d’éviter la détérioration du climat social.

La première mission du DRH
Elle relève de la gestion du personnel. Elle porte sur le recrutement, la gestion administrative et
professionnelle des carrières (formation professionnelle, promotion, mobilité) et la politique de
rémunération qu’il doit mettre en œuvre en accord avec la direction générale (échelle des salaires, primes, rémunération au mérite, participation, intéressement, stock- options). Il doit être très vigilant sur la détermination de la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) ainsi que sur le recours à la flexibilité. La mise en œuvre d’une politique sociale Dans le cadre du management social, elle constitue un axe important de son travail. Il doit motiver le personnel afin d’obtenir son adhésion au projet d’entreprise. C’est par conséquent un vecteur essentiel de la culture d’entreprise dont dépend son image interne et externe. Dans ce cadre, il met en œuvre une législation du travail qui évolue très vite en l’adaptant à la stratégie définie par la direction générale.

 

 

L’importance de la communication
Le contact avec différents interlocuteurs internes à l’entreprise lui permet de négocier avec les représentants du personnel (Délégués du personnel, Comité d’entreprise, délégués syndicaux et CHSCT) et de désamorcer les conflits potentiels. Il rencontre également les responsables locaux des collectivités territoriales, les administrateurs des directions départementales et les organismes sociaux à différentes occasions (conflits, formation, subventions, plans sociaux,accidents, etc.).

 

Une évolution possible
La direction des ressources humaines ne constitue pas toujours l’aboutissement d’une carrière. Il est possible d’évoluer vers d’autres postes de direction (responsable d’une succursale, directeur administratif, directeur général.), ou d’intégrer un cabinet conseil comme consultant en ressources humaines.

 

 

Le parcours idéal
Les études
Le niveau d’études supérieures à Bac + 5 est indispensable avec un passage par le cursus grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESSEC, ESCP Europe, IEP, IAE, etc), en suivant des mastères spécialisés en gestion des ressources humaines ou par le biais de formations universitaires en master et doctorats.
Profil
Pour accéder au poste de directeur des ressources humaines d’une grande entreprise, il est nécessaire d’acquérir une solide expérience professionnelle de quelques années dans différents services RH. La maîtrise de l’anglais et, de préférence, de deux autres langues étrangères se révèle indispensable.
Rémunération
Si elle dépend de la taille de l’entreprise, du secteur d’activité et de la région, la fourchette se situe entre 50 et 120 K€ sans compter les primes et les avantages en nature

 

Le futur en question
Cette fonction qui acquière aujourd’hui une importance grandissante, devient complexe dans la mesure où la crise latente qui se profile oblige les entreprises à mener une politique de rigueur tout en essayant de motiver le personnel (emplois précaires pour assurer la flexibilité du travail,restructurations, délocalisations). L’éclatement de l’entreprise en réseau qui diversifie la main d’œuvre, le recours à du personnel étranger ainsi que le développement du télétravail grâce aux TIC, demande une adaptation permanente de la fonction RH.
La mondialisation et l’internationalisation des entreprises nécessitent une connaissance accrue des cultures et des mentalités des pays avec les ressortissants desquels le DRH devra travailler et négocier.

 

Patrick Simon