Homme complet et polyvalent, le directeur d’agence est à la fois un manager, un financier, un commercial, un gestionnaire et un animateur d’équipe ! Un vrai challenge en soi.

« Je veux parler à votre directeur ! »
Voilà le refrain que l’on entend souvent lorsque des clients mécontents débar- quent au guichet d’une agence bancaire : c’est toujours lui qu’ils réclament ! Pourtant le règlement des litiges avec la clientèle ne représente qu’une infime partie de son métier. En effet, responsable de l’agence et de son personnel, le directeur est avant tout un gestionnaire et un manager qui fixe des objectifs à ses collaborateurs et veille à ce qu’ils les atteignent. Son objectif est d’accroître le volume, la qualité mais aussi la rentabilité de l’ensemble des prestations de l’agence, et ce dans un secteur géographique donné, tout en veillant à la maîtrise des risques. S’il a la responsabilité globale de l’activité de l’agence bancaire, il suit cependant des directives : il doit ainsi remplir les ob- jectifs qui lui sont fixés par sa direction régionale ou nationale et appliquer les politiques définies par le réseau.

La preuve du terrain
A la tête d’une petite équipe, le directeur d’agence supervise et contrôle l’ac- tivité commerciale des chargés de clientèle. C’est notamment pour cette raison, que ce poste est plus souvent dévolu à un commercial expérimenté, qui a généralement une dizaine d’années d’expériences derrière lui. Et à l’heure où les métiers du réseau bancaire tendent à regagner du galon, inutile de préciser que le directeur d’agence est un poste très convoité ! D’ailleurs, c’est l’une des possibilités de promotion les plus évidentes pour qui a commencé sa carrière dans une fonction commerciale, comme chargé de clientèle. Mieux, ce poste est aujourd’hui en expansion du fait de la politique de développement des ban- ques et tend donc à devenir un passage obligé pour évoluer dans le secteur. Néanmoins, en plus d’une forte expérience et d’une parfaite connaissance du monde de la banque, ce métier nécessite également le goût du contact et le sens de l’écoute. Le directeur d’agence reste en effet l’interlocuteur privilégié des clients importants qu’il reçoit et conseille. Comme chaque membre de son équipe, il a, lui aussi, la responsabilité d’un portefeuille, il peut ainsi étudier des demandes de crédits importants de clients professionnels ou bien de particuliers.

Le représentant de la banque auprès du public
En tant que représentant de la banque, il doit, enfin, trouver sans cesse de nou- veaux clients par le biais d’actions de relations publiques. Le directeur d’agence organise en outre régulièrement des réunions avec des responsables de collectivités locales, avec des chefs d’en- treprises, … Ce bon sens du relationnel, allié des qualités managériales, commerciales et de gestion financière font du directeur d’agence, un homme complet et polyvalent. Dynamisme, pragmatisme et rigueur administrative sont aussi des atouts nécessaires pour réussir dans cet- te fonction.

Accessible par promotion interne, ce métier se décline encore essentiellement au masculin : selon les différentes statis- tiques, on compterait seulement un tiers de directrices d’agence. Qu’attendez- vous mesdemoiselles ?!

CD

Formation requise : cette fonction est souvent atteinte par promotion interne. Il est donc possible de démarrer avec un Bac +2, comme un BTS Banque. Mais un diplôme Bac + 5 en commerce, finance ou comptabilité permet de gravir plus rapidement les échelons.
Années d’expériences : une dizaine d’années d’expérience dans une banque de réseau.
Rémunération : à partir de 2 700 euros, en moyenne. Certaines banques versent, en plus du salaire, une part variable calculée en fonction des résultats de l’agence.
Perspectives d’évolution : directeur général.