Auparavant gestionnaire, le directeur administratif et financier est devenu un stratège aux responsabilités importantes. Le plus souvent membre du comité directeur de l’entreprise, il devient un véritable partenaire de la direction générale.

Un parcours d’expérience
Ce poste nécessite des études de très haut niveau à Bac+5 minimum, les filières de prédilections étant les diplômes grandes écoles (ou IEP) option finance, complété d’un diplôme d’expertise comptable (DCG – DSCG) ou encore les formations universitaires de type master en finance d’entreprise ou en contrôle de gestion. Pour accéder à ce poste, une expérience de cinq à dix ans est nécessaire, dans des fonctions similaires généralistes (comptabilité, finance) ou spécialisées (contrôle de gestion,consolidation des comptes), une activité en cabinet conseil et audit ou en cabinet d’expertise comptable étant également très appréciée. La maîtrise de l’anglais se révèle indispensable.

 

Une activité débordante
C’est un personnage de premier plan car son champ d’intervention est extrêmement large et stratégique. Sa mission nécessite qu’il appréhende la structure financière et organisationnelle de la société dans son ensemble. En effet, s’il supervise les activités financières, comptables, fiscales, la gestion de la trésorerie,le reporting, le contrôle de gestion, ainsi que le bilan, il établit le budget prévisionnel ainsi que l’établissement du plan de financement des investissements à moyen terme, sans compter la gestion du service administratif. Des réunions permanentes, des déplacements à l’étranger ou l’entretien de relations avec les administrations et les banques afin de trouver des crédits et des investisseurs, constituent également des activités prenantes.

 

Un manager polyvalent
Son équipe, très technique, qui comprend des analystes financiers, des spécialistes des crédits, des fiscalistes, des juristes, des responsables de trésorerie, des comptables ainsi que le personnel administratif, demande des qualités à  la fois humaines, relationnelles et managériales car ses grandes responsabilités nécessitent des’adapter aux évolutions, d’anticiper, de négocier, de convaincre et de prendre des décisions rapides.

 

Une rémunération au top
Elle dépend de son expérience, de l’étendue de ses responsabilités, de la taille de l’entreprise et du secteur atteindre jusqu’à 250 K€, des rémunérations plus élevées sont possibles dans les multinationales.

 

Une double évolution de la fonction
Les innovations informatiques qui permettent d’accroître la rentabilité et la sécurité financière de l’entreprise nécessitent de solides connaissances en informatique ainsi qu’une capacité d’adaptation permanente pour suivre l’évolution des outils comptables et mettre en place de nouveaux systèmes de gestion. De plus, les différentes scandales financiers très médiatisées, la crise financière et les problèmes rencontrés par le système bancaire ont incité les gouvernements à édicter de nouvelles réglementations comptables et financières nationales et internationales (International Financial Reporting Standards ou IFRS) concernant différents domaines (obligations comptables, reports déficitaires, moyens d’investigation de l’administration, dispositifs douaniers de lutte contre la fraude, règles liées aux acquisitions de titre, fusions et aux apports…), qui se traduisent par une responsabilité accrue du DAF.

 

Question d’avenir
Si cette fonction constitue en soi un aboutissement de carrière, le directeur administratif et financier peut envisager des perspectives d’évolutions au sein de structures plus importantes ou dans l’environnement très particulier des multinationales qui nécessitent une animation des filiales et une harmonisation des comptabilités. Il peut également rejoindre à terme la direction générale.

 

Patrick Simon