La fonction de Directeur Administratif et Financier

 

Fondé il y a plus de 100 ans, le groupe Galeries Lafayette sait depuis rester fidèle à l’esprit pionnier de dénicheur de talents qui a fait son succès. Rencontre avec Catherine Parent du Chatelet (EMLyon Business School 91), Directeur Administratif et Financier pour la branche Grands Magasins, qui jongle au quotidien avec avant-gardisme et pression des chiffres.

 

Catherine Parent du Chatelet (EMLyon Business School 91) est Directeur Administratif et Financier de la branche Grands Magasins Galeries Lafayette et BHV.

Catherine Parent du Chatelet (EMLyon Business School 91) est Directeur Administratif et Financier de la branche Grands Magasins Galeries Lafayette et BHV.

A quels enjeux la branche Grands Magasins est-elle confrontée ?
Elle se compose de Galeries Lafayette et BHV, deux enseignes détenues à 100 % et comptant respectivement 61 magasins (dont un à Berlin) et 6 magasins en France. Elles proposent toutes deux une offre « en ciseaux » allant du très accessible au luxe. Si elles répondent à la même exigence de faire « beau, bien, bon et bio », elles ont des positionnements très distincts : alors que Galeries Lafayette est très orienté mode, BHV est axé sur une optique de produits et services pour les urbains. Elles sont en revanche confrontées aux mêmes enjeux. L’international tout d’abord, comme l’illustrent les implantations Galeries à Berlin, Dubaï et Casablanca et d’ambitieux projets en Chine. Internet est aussi une activité en plein essor : grâce à une équipe de spécialistes, nous ambitionnons de faire de l’e-boutique un magasin à part entière. La reconnaissance client et le marketing sont aussi essentiels pour l’avenir. Nous avons récemment développé des typologies de clients aux profils spécifiques (fashionista, mes enfants d’abord,…) et pour lesquelles nous dédions des outils informatiques et marketing. Nous allons évidemment continuer notre politique de rénovation des magasins. Vitrines d’une consommation- plaisir, ils sont constamment adaptés aux changements pour devenir les cadres d’achat les plus agréables du moment. Nous axons enfin notre développement sur le renouvellement constant de l’offre (10 % des marques chaque année) et sur une montée en expertise de nos métiers permettant d’assurer la cohérence de la Branche tout en empruntant la voie de l’ultra-spécialisation dans chacune de ses fonctions. Quel que soit le domaine, l’enjeu principal est de toujours trouver la rupture qui lui permet de conserver son temps d’avance.

 

 

Quels sont les principaux rôles du DAF ?
Il a un double rôle. Il fait d’abord parler son ADN technique en s’illustrant comme celui qui met à disposition de l’entreprise des indicateurs de pilotage et de performance dans un souci permanent du respect des délais. Il produit des chiffres bien sûr, mais aussi des commentaires et des suggestions de plan d’action, des conseils et des recommandations sur la rentabilité des projets. Il a pour seconde mission d’exprimer la stratégie de l’entreprise. Il rend concret et réalisable des projets opérationnels en leur laissant une petite part d’audace, indispensable pour évoluer sur les marchés abordés par les Grands Magasins. Il est donc à la fois un technicien rigoureux et un accompagnateur des rêves de l’entreprise. Personnellement, je conçois mon rôle avec passion et pédagogie. En effet, je suis convaincue qu’on ne peut pas bien faire son métier sans être un passionné et qu’on ne peut pas être un bon DAF sans savoir expliquer et faire comprendre de façon simple les aspects techniques dumétier. Il faut savoir passer avec aisance de la technicité du chiffre à son utilisation.

 

“ Le DAF est a la fois
un technicien rigoureux et un accompagnateur des rêves de l’entreprise”

Pensez-vous que le DAF soit un copilote de l’entreprise ?
Résolument oui et particulièrement dans la Branche Grands Magasins. Pour illustration, le DAF a un rôle d’animation du cycle stratégique. Il organise les discussions sur 3 plans : la définition des axes de développement sur 3 à 5 ans, leur mise en chiffres et un travail détaillé sur le budget de l’année à venir. Il a donc une fonction très financière mais aussi stratégique, en rapport avec tous les métiers de l’entreprise et la Direction. Son rôle de copilote prend tout son sens lorsqu’il s’illustre comme délivreur d’objectifs et de résultats : il agit alors comme une alerte en cas de problème ou a contrario en cas de dégagement de marges de manoeuvre supplémentaires. Il exprime la stratégie de l’entreprise en s’assurant de la cohérence des actions au niveau de la Branche.

 

Quelles sont ses principales qualités ?
Il doit être passionné, rigoureux, curieux et aimer le travail en équipe. C’est un financier mais aussi un manager qui donne envie à ses collaborateurs de le suivre en les aidant à comprendre où aller et pourquoi y aller. La relation humaine est fondamentale lorsqu’on veut faire avancer tous les acteurs d’une entreprise dans le même sens et les faire aller de l’avant. Dans une certaine mesure, il doit aussi être doté de créativité. Dans une branche d’activité comme la nôtre, tout bouge tout le temps et très vite : le DAF doit sans cesse trouver des réponses adéquates aux besoins de demain mais tout en restant dans un cadre assez normé propre aux métiers de chiffres. On ne peut plus parler aujourd’hui de contrôle budgétaire, il faut plutôt aborder ce métier comme l’accompagnement du changement. Nous avons l’obligation de nous adapter aux questions opérationnelles et donc de nous remettre en cause. Cette notion de remise en cause est d’ailleurs au centre de la mission d’arbitrage qui nous est dévolue. Parce qu’il est un décideur, parce qu’il est capable de dire non, parce qu’il est celui qui pointe ce qui ne va pas, le DAF est parfois perçu comme un « empêcheur de tourner en rond ». S’il sait jouer son rôle de censeur avec force de caractère, il sait aussi plus souvent que l’on ne le croit, lâcher la bride pour laisser s’exprimer l’esprit créatif de l’entreprise et lui permettre d’avoir toujours un temps d’avance.

 

Espace Chaussures & Souliers rez-de-chaussée bas

Espace Chaussures & Souliers rez-de-chaussée bas

Un message pour les jeunes diplômés ?
Ne surtout pas réfléchir en termes de « CV idéal » ou de plan de carrière ! Il faut avant tout faire un métier pour lequel on a de la passion et savoir chaque jour le rendre plus intéressant. Si une expérience dans l’audit et dans les systèmes d’information sont des bonnes écoles, il faut avant tout avoir l’envie d’apprendre. Quand on sort d’une grande école, on sait réfléchir et raisonner mais on ne sait pas pour autant exercer un métier. C’est la mission de l’entreprise de faire comprendre la technicité et les détails de chaque fonction et d’ouvrir à une grande palette métier. Galeries Lafayette encourage d’ailleurs fortement les passerelles métiers afin de satisfaire son besoin de faire monter ses experts en compétences. C’est une entreprise qui bouge et qui doit donc faire bouger les lignes : elle recherche sans cesse de nouvelles compétences intégrant les codes d’aujourd’hui mais surtout de demain. C’est pourquoi la Branche Grands Magasins prévoit près de 180 embauches de cadres en 2012.

 

CW.

 

Contact
cparentduchatelet@galerieslafayette.com