Du nouveau du côté du Concours Passerelle ! Après le succès de la digitalisation de l’épreuve d’anglais en 2018, le plus grand concours d’admissions parallèles en business schools passera au tout digital en 2019. Retour sur les nouveautés dévoilées le 7 novembre dernier.

 

Porté par 13 écoles de commerce réparties à travers la France*, le Concours Passerelle représente une diversité de géographies, de programmes, d’expertises, de spécialisations et de niveaux d’attractivité unique dans le paysage florissant des business schools françaises.

Un dispositif qui favorise un taux d’intégration toujours plus important. En effet, malgré une légère diminution des inscriptions en P1 (1 605 places en 2018 Vs. 1 745 places en 2017), le nombre d’intégrés après les oraux a augmenté de façon significative. « Si avec les écrits, les candidats s’ouvrent aux 13 écoles, ils anticipent de plus en plus leur sélection des écoles passées aux oraux et confirment donc plus facilement leurs choix initiaux » indique Stéphan Bourcieu, Directeur Général de BSB et Trésorier de Passerelle.

Objectif « tout numérique »

Plus que jamais successfull, le Concours Passerelle s’inscrit aujourd’hui dans une dynamique de digitalisation complète de ses épreuves écrites en 2019. « Une démarche qui répond à notre volonté de développer un concours écoresponsable (un arbre est planté par notre partenaire TestWe tous les 1 000 examens), d’améliorer l’aménagement de la journée des écrits et de faciliter le passage d’épreuves à distance », précise Béatrice Nerson, VP de Passerelle en charge de la digitalisation du concours.

La sécurité avant tout

Une digitalisation qui va évidemment de pair avec une sécurisation maximale des épreuves. Après avoir téléchargé en amont l’application TestWe et les sujets cryptés, les candidats passeront les épreuves en centres d’examen sur leur ordinateur personnel. Un mot de passe leur sera délivré sur place pour débloquer l’épreuve et toutes les autres fonctionnalités de leur PC (connexion Internet, ports USB, accès aux ressources locales…) seront automatiquement bloquées pour toute la durée des écrits. Impossible de copier sur son voisin, les questions étant posées dans un ordre aléatoire. Des câbles d’alimentation électrique pour tous et des ordinateurs de secours seront prévus pour pallier à toute défaillance technique. Une fois les épreuves terminées, les ordinateurs retrouveront leur liberté et les candidats auront 48h pour envoyer leur composition (non modifiable après la fin de l’épreuve bien sûr) via l’application TestWe.

Et pour les candidats étrangers ?

Ils pourront passer les épreuves écrites et orales à distance et à l’heure française dans des salles d’examen de Campus France.

Quoi de neuf pour les écrits ?

Cette digitalisation implique de facto une réorganisation des écrits dont la durée passera de 7h à 4h en 2019. Après une épreuve rédactionnelle de Compréhension, Expression, Synthèse conçue en collaboration avec la FNEGE (2h), les candidats affronteront une épreuve d’anglais sous forme de QCM ou QCU (1h15) puis composeront pendant 45 minutes sur une épreuve au choix parmi 12 thématiques.

Côté frais d’inscription, légère baisse en perspective. Il faudra compter 255 € pour les écrits (gratuit pour les boursiers) et 50 € par école passée aux oraux (25€ pour les boursiers).

A vos agendas !

Inscriptions du 26 novembre 2018 au 3 avril 2019 avec accès à la Learning Box et à des sujets d’entraînement sur toutes les thématiques de l’épreuve au choix (y compris les nouveautés)
Accès aux Training days tous les samedis de janvier à fin mars 2019
Epreuves écrites le 17 avril 2019
Epreuves orales du 25 mai au 15 juin 2019
Admissions à partir du 25 juin 2019

*EM Normandie, Rennes School of Business, La Rochelle Business School, ESC Pau Business school, Montpellier Business School, GEM, Groupe ESC Clermont, BSB, EM Strasbourg, South Champagne Business School, ICN Business School, IMT –Télécom Ecole de Management, EDC Paris Business School