Samedi 17 mars, Lyon, 10h. C’est sous un soleil éclatant que Jean Cotinaud, responsable des sports de l’Ecole Centrale de Lyon, m’accueille chaleureusement sur son campus pour me faire partager une journée anniversaire un peu particulière : la 30e édition du Challenge Centrale Lyon !

 

L’équipe organisatrice au grand complet !

L’équipe organisatrice au grand complet !

 

Un événement exceptionnel
Durant 2 jours, ce sont plus de 2 500 étudiants – soit 25 écoles d’ingénieurs représentées – qui viennent défendre les couleurs de leurs écoles autour du sport. 26 sites répartis dans la ville d’Ecully, de Villeurbanne et communes alentours sont mis à leur disposition, en plus des installations propres à Centrale Lyon. Badminton, escalade, aviron, escrime, judo… il y en a pour tous les goûts ! « C’est un peu comme les Jeux Olympiques ! » lance Jean Cotinaud la mine réjouie. Dès mon arrivée, cet enthousiasme est partagé au contact des étudiants que je rencontre. Alexandre Marchi, président de l’édition 2011, en témoigne avec le sourire aux lèvres. « Quand on fait partie de l’association, il est difficile de profiter de l’événement. Ce weekend je suis là pour aider, guider, donner des conseils. ». Il suffit d’ailleurs de regarder les centaines de tentes installées derrière le stade pour comprendre que la convivialité n’est pas qu’une affaire de mots. « Les chambres des garçons sont libérées pour accueillir les filles des autres campus ». Et au Directeur de l’école lui-même, Franck Debouck, de rajouter : «L’enthousiasme est une valeur que j’aimerais voir inscrite au même rang que d’autres valeurs de l’école comme le respect de l’autre, la tolérance et la pugnacité ». Ancien élève de l’école (1975-1978) et fraîchement arrivé en novembre dernier, il étonne par son sens de l’écoute et sa capacité à être au plus près des élèves. « Le sport est ici obligatoire en 1ère et 2ème année, et les étudiants viennent d’ailleurs pour ça ! Nous bénéficions d’une identité très forte avec le stade construit au cœur de l’école. Aujourd’hui je suis très fier de mes étudiants, c’est un événement exceptionnel. D’ailleurs, écoutez-les… s’ils ne faisaient pas de bruit à 20 ans, je m’inquièterai ! ». Mais cette ambiance « bon enfant » est bien cadrée. « Cette année, nous avons demandé une caution par étudiant et par école. Nous avons aussi exigé de faire signer une Charte de Comportement par le directeur de chaque école. C’est en impliquant au plus près toutes les administrations des écoles que nous arriverons à limiter les débordements » rappelle Frédéric Roberjot, directeur du patrimoine de Centrale Lyon.

 

Une occasion de se retrouver
C’est ensuite sur le grand campus universitaire de la Doua que je viens prendre la température de l’événement. Sur le terrain de basket, les étudiants s’échauffent, concentrés. Assis sur le banc, Benjamin et Florian me racontent, amusés : « Nous avons constitué une équipe d’anciens pour participer au tournoi. La seule chose qui ait changé c’est qu’on a mal aux jambes plus vite qu’avant ! ». Benjamin est venu spécialement de Londres pour le weekend. « C’est un événement exceptionnel que je ne veux pas rater. C’est l’occasion de retrouver les copains, mes meilleurs souvenirs de l’école sont ceux du basket » ajoute t-il. Jean me présente ensuite Kristof. Ancien entraîneur de l’équipe basket-fille et venu à Lyon en échange universitaire, ce jeune Hongrois impressionne par sa taille et son humilité. « Diplômé depuis 1 an et demi, j’adore revenir ici. Il y a un esprit communautaire très fort qui n’existe pas en Hongrie. Par mon travail, je souhaite d’ailleurs exporter les valeurs de l’école dans mon pays. C’est une mission difficile mais je ne renonce pas ! ».
A quelques pas de là, Jérémi, le seul fantaisiste vêtu d’un manteau de fourrure, attire mon attention. « Je ne raterai cet événement pour rien au monde ! C’est l’occasion unique de retrouver mes copains de prépa » confie t’il heureux.Et ce n’est pas Jonathan, étudiant à Supaéro, qui dirait le contraire. « On est près de 130 de mon école à être venu ce weekend. Je connaissais déjà la renommée du Challenge en prépa ; on vient surtout ici pour  le plaisir de jouer ». Et cela se voit ! « C’est un événement fédérateur et de partage » explique Jean Luc Blanchon, professeur de sport à l’Ecole Centrale de Marseille. « Regardez ! Les étudiants jouent avec fair-play, il n’y a pas de contestation. Ils nous montrent que c’est possible, c’est vraiment très encourageant ».

 

Une équipe soudée et engagée
Passionné de sport, Antoine Cottin, président de l’édition 2012, n’a pas choisi Centrale Lyon par hasard. « Après la prépa, je voulais vraiment trouver une école dans laquelle je me sente heureux. (…) En assistant l’an dernier à l’édition précédente du Challenge Centrale Lyon, je me suis dit que c’est ce que je voulais faire. C’était tout simplement super ! ». Antoine a su mettre à profit son enthousiasme pour faire de cette 30e édition une belle réussite. Plein d’énergie et fier de son engagement, c’est après une micro-sieste qu’il prend le temps de témoigner de cette aventure qu’il juge d’ « unique ».

Le Challenge Centrale Lyon, c’est quoi ?
C’est tout d’abord un an de préparation ! La grande nouveauté cette année est l’épreuve de ski. Nous avons emmené 55 étudiants aux 2 Alpes en leur proposant sur place une ambiance de folie. A l’occasion des 30 ans, nous avons aussi prévu un feu d’artifice. Enfin, le Challenge c’est surtout l’occasion de retrouver des copains de prépa, certains je ne les vois qu’ici.
Comment gère-t-on le stress du Jour J ?
Le Jour J, il faut tout donner. Nous avons donc mis en place un planning de sieste pour nous aider à tenir le coup, à rester calme. La vraie satisfaction est de faire face aux imprévus, et de trouver des solutions dans l’urgence.
Quel est ton mode de management ?
Nous avons commencé par faire des soirées pour apprendre à mieux se connaître. A mon arrivée dans l’équipe, je n’en connaissais pas la moitié… après ce weekend, je peux dire que ce sont tous mes meilleurs copains! Nous sommes avant tout une bande de copains, pas des professionnels. J’ai ensuite laissé chacun prendre des initiatives… je ne donne pas d’ordre. Je me dois d’être polyvalent, je connais les missions de tout le monde.

Selim, responsable communication au sein de l’association, atteste de cet enthousiasme et de cet engagement. « Le pôle communication a été crée cet année dans l’objectif d’améliorer toujours plus la qualité de l’événement. En tant qu’élève ingénieur, nous devons aussi apprendre à travailler notre relationnel, ce que les étudiants en écoles de commerce font déjà très bien ». Mobilisé notamment sur la réactualisation des supports de communication (site internet, page Facebook…), Selim a aussi « développé une application iphone pour suivre les résultats des tournois en direct ». Un vrai succès au vu de la centaine de messages reçue sur son téléphone pendant notre conversation. « Je vais avoir du travail ! » lance t’-il ravi. Également venu à Centrale Lyon pour sa dimension sportive forte et sa vie associative, il évoque une « fierté collective » portée par leur président, Antoine. « Nous sommes treize dans l’association et tous très impliqués, c’est une expérience exceptionnelle ! Et nous savons aussi qu’Antoine est toujours là pour nous en cas de pépin… c’est très rassurant ».

18h30, déjà. Il est temps pour moi de laisser Jean avec ses élèves. Après l’effort de la journée, le moment est bientôt venu de se détendre en assistant au show tant attendu des pom-pom girls et au feu d’artifice… avant de profiter de l’ambiance de la soirée au son du Dj ! Dès le lendemain, il faudra pourtant être en forme pour disputer les finales, organisées sur le campus de l’école. Ceux qui n’auront pas eu la chance d’être qualifiés pourront se réconforter en participant à des activités spécialement concoctées pour l’occasion (Raid, paintball etc).

 

Place au sport, place à la convivialité,

place au Challenge Centrale Lyon !

 

AF