Le Cerdato est l’un des 8 centres de recherche d’Arkema dans le monde. C’est l’unique établissement de R&D du groupe entièrement dédié aux matériaux polymères. Face aux multiples projets en cours, son directeur, David Silagy (Arts et Métiers ParisTech 90, Mines ParisTech 96) veut recruter de jeunes scientifiques passionnés par la recherche. Rencontre.

 

David Silagy

David Silagy

Améliorer le quotidien
Le groupe Arkema, premier chimiste français (5,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont plus de 2,5% consacrés à la R&D) compte 5 centres de recherches dans l’Hexagone, dont le Cerdato (Centre de recherche, développement, applications et technique de l’ouest), fleuron mondial du Groupe en matière de recherche sur les matériaux polymères (500 brevets en 30 ans). Tout ce qui sort de ses laboratoires améliore notre quotidien. « Notre force, notre atout, confirme David Silagy, c’est que nos recherches trouvent leurs débouchés dans la vie quotidienne, ce qui est très gratifiant pour nos chercheurs. Les équipements sportifs, les cosmétiques, les emballages, les durites des moteurs de nos voitures, les canalisations de gaz et de pétrole, par exemple, renferment des matériaux polymères créés, développés, adaptés au coeur du centre normand.» « Les chercheurs trouvent au Cerdato le cadre idéal pour faire progresser la science des matériaux et donner une dimension concrète à la notion de développement durable » ajoute David Silagy. Dans le contexte du développement durable, c’est un tiercé gagnant pour les matériaux polymères mis au ,point au Cerdato : origine végétale, « recyclabilité » et performance technique accrue. Ainsi les sportifs de haut niveau skient, courent, marquent des buts grâce à des chaussures plus légères, plus performantes et recyclables, conçues à partir de ces matériaux. Le Cerdato bénéficie d’une expérience solide du développement des polymères d’origine renouvelable. « Depuis 60 ans, nous commercialisons le Rilsan®, un polyamide dérivé de l’huile de ricin. Ce polymère permet de répondre aux applications les plus exigeantes tout en étant 100% d’origine renouvelable. Aujourd’hui, nous faisons partie des rares chimistes qui peuvent combiner polymère d’origine renouvelable et fibres végétales, en particulier la fibre de lin qui abonde en Normandie, pour élaborer par exemple des composites thermoplastiques », explique David Silagy. Une application concrète et sympa, toute récente sur le marché : la première coque d’i-Phone 100% biosourcée, fabriquée avec un polyamide d’origine végétale renforcé de fibres de lin… Une autre façon de contribuer au développement durable est de mettre au point de nouveaux matériaux pour l’énergie, en particulier dans les applications photovoltaïques, une autre activité clé du Cerdato.

 

Nous avons de nombreux postes pour les jeunes diplômés désireux de faire
de la recherche et du développement.

Des chercheurs au laboratoire, mais aussi sur le terrain
Etre chercheur au Cerdato, c’est démarrer la semaine dans un laboratoire ou un atelier puis la finir sur le lieu d’un congrès d’experts ou en visite chez un industriel. Ces visites sur le terrain, au plus près du marché, permettent de recueillir les besoins. Les équipes du Cerdato mettent tout en oeuvre pour que ces besoins soient transformés en produits industriels. « Le jeune diplômé qui nous rejoint a la possibilité d’exprimer de façon concrète tout ce qu’il a acquis en théorie, explique David Silagy. Il a aussi l’opportunité d’exercer dans le domaine du développement durable et peut acquérir chez nous un vrai degré d’autonomie, tout en travaillant en équipe dans un très fort esprit d’émulation ». Au Cerdato, chaque journée se traduit pour le chercheur par de multiples activités sur des domaines très variés. Il peut plancher le matin sur un process destiné à un constructeur automobile, enchaîner l’après-midi sur l’amélioration technique d’une semelle de chaussure de sport et travailler ensuite sur une formulation de cosmétique ou un emballage innovant. « Le jeune chercheur acquiert très vite des responsabilités comme expert produit, ou expert métier, ou bien chef de projet dans notre processus d’innovation. Notre organisation permet une grande rotation sur des postes de nature très différente », ajoute David Silagy. Sans oublier les passerelles vers tous les autres centres de recherche du Groupe, tant en France qu’aux Etats-Unis et au Japon, ou encore sur les sites en plein développement en Chine. A l’heure où le directeur du Cerdato doit animer les équipes qui travaillent sur une vingtaine de nouveaux projets prioritaires de R&D, les offres de recrutement fleurissent. Devenu directeur, David Silagy ne fait plus lui-même autant de recherche opérationnelle qu’auparavant. « Mon rôle consiste, entre autre, à observer les tendances, à être attentif aux grands enjeux sociétaux, du développement durable (eau, énergie…) par exemple, pour ensuite faire aboutir dans notre quotidien les projets de recherche initiés au Cerdato. » Toutefois sa passion du métier l’anime toujours autant. Et c’est bien cette même passion qui habite et rassemble ses 240 collaborateurs.

 

S.G

 

Contact : david.silagy@arkema.com