Construire des ponts, des bureaux, des usines, des logements, des équipements sanitaires, sociaux, culturels … Aménager des autoroutes, des voies ferrées, des ports, des tunnels… entretenir, rénover réhabiliter bâtiments, ouvrages d’art, et équipements collectifs…
Pas de quoi chômer ! Surtout que l’emploi ne se délocalise pas et que peu ou prou avec les besoins en logements, en infrastructures, en aménagements de bâtiments et équipements industriels et de services, avec les nouvelles normes environnementales et énergétiques issues du Grenelle de l’environnement, avec les normes de sécurité, d’accessibilité et de constructibilité et avec l’évolution des technologies… des nouveaux métiers se créent et les anciens se renouvellent.
Le CA du bâtiment est de 123 milliards d’euros, 54 pour la construction et 69 pour la rénovation et l’entretien. 1,5 millions de salariés, intérimaires et travailleurs indépendants. Celui des travaux publics est de 39 milliards d’euros avec 266 000 salariés. Il est de 23 milliards d’euros hors métropole, ce qui ouvre la porte aux carrières et expériences internationales.
Parmi les métiers de techniciens à Bac +2/3 qui se situent en très bonne place, on trouve ceux de dessinateur-projeteur, domoticien, géomètre topographe, économiste de la construction, technicocommercial, animateur prévention qualité, chef dechantier, conducteur de travaux, technicien en génie climatique, responsable maintenance… des formations adaptées à ces métiers existent au niveau BTS (bâtiment, géomètre, électrotechnique, technico-commercial, domotique…) et au niveauDUT (génie civil, thermique et énergie, génie électrique et informatique industrielle, maintenance) suivies de spécialisations en licences professionnelles, masters et écoles d’ingénieurs.
Le métier de Domoticien met les nouvelles technologies au service de l’homme et de son habitat collectif ou individuel. Il construit la maison du futur. Futur qui par définition se renouvelle et évolue sans cesse qu’il s’agisse des techniques ou des besoins des personnes, en sécurité, confort, accessibilité, économies d’énergies. Il met en place et adapte des systèmes « intelligents » qui régulent, automatisent, télé activent (agissent à distance)… l’éclairage, la climatisation, les alarmes, l’arrosage, les appareils ménagers, les ouvertures et fermeturesde portes et toutes les commandes électriques ou électroniques… au doigt, à l’oeil et à la voix, pour le moment…  C’est donc un technicien de haut niveau capable d’adapter des systèmes automatisés à différents types d’habitat, de besoins et de personnes. Il possède de solides connaissances en électronique, en électricité, en bâtiment et en systèmes automatisés. Le BTS domotique est accessible par la voie classique ou en apprentissage après un bac S ou STI2D. Des suites de parcours existent en licence professionnelle, en master ou en école d’ingénieurs.

 

Se renseigner sur les métiers et les formations :
www.jobintree.com
www.fbatiment.fr www.fntp.fr
www.metiers-btp.fr
www.lemoniteur-emploi.com

 

Elie de Saint Jores
Directeur Général du CERFAL