La confusion entre « Social Business » et « Entrepreneuriat social » est courante. Pourtant, ces 2 concepts sont loin d’être synonymes. La confusion est d’autant plus regrettable qu’elle porte préjudice au premier. Ce concept de Social Business peine en effet à faire son chemin dans les structures d’enseignement supérieur, et notamment les écoles de commerce. Ceci est d’autant plus étonnant qu’il modifie considérablement la nature du capitalisme actuel, auquel nous reprochons beaucoup.

Le Social Business est un concept récent, théorisé par Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix en 2006, désignant une entreprise n’essuyant pas de perte et dont l’objectif principal est d’impacter positivement la société (en s’attaquant à un problème social, environnemental ou éthique). En d’autres termes, le Social Business poursuit un objectif social tout en répondant à une condition de rentabilité économique. Selon cette définition, Yunus définit deux types de Social Businesses :
Type 1 : Une entreprise dont l’offre s’attache à résoudre un problème social et dont les actionnaires ne touchent pas de dividende. La totalité des profits réalisés par l’entreprise est donc directement réinvestie dans l’entreprise elle-même.
Type 2 : Une entreprise dite classique, cherchant à maximiser ses profits, mais dont les actionnaires sont « défavorisés ». Dans ce 2ème cas, l’offre ne s’attache pas nécessairement à la résolution d’un problème social et les actionnaires touchent des dividendes.
L’intérêt de ces deux définitions est d’orienter de manière systémique une grande partie de la valeur créée par l’entreprise vers la résolution d’un problème social. L’exemple le plus connu de Social Business réussi est la Grameen Bank de Yunus qui répond à la fois aux caractéristiques du type 1 et 2. Cependant vous trouverez de nombreux autres exemples sur le site de Social Business Earth ou celui du Yunus Centre qui, comme l’association eMicrOcredit, se font l’écho de ce concept afin d’influencer à terme des personnes susceptibles de créer, investir ou enseigner sur le sujet.

 

Hugo de Gentile
WebDesigner, responsable des supports de communication pour eMicrOcredit

 

Contact
hugo-degentil.esc@em-lyon.com