Secrétaire générale du groupe aéronautique ATR, Laurence Rigolini a reçu avec émotion, le 26 mai 2015, le prix Trajectoires du réseau HEC Au Féminin destiné à valoriser les parcours professionnels remarquables de femmes HEC. Rencontre avec la lauréate pour qui qualité et passion rythment le quotidien.

 

Laurence Rigolini avec  Patrick de Castelbajac, CEO d’ATR © ATR – Pierre Barthe

Laurence Rigolini avec Patrick de Castelbajac, CEO d’ATR © ATR – Pierre Barthe

 

La récompense d’une carrière exceptionnelle
Quatre parcours remarquables de femmes étaient en lice pour décrocher le prix Trajectoires du réseau HEC au Féminin : Sylvie Bretones (directrice financière Maitrise d’ouvrage de Vinci Concessions) Rachel Picard (directrice générale de Voyages SNCF) Laurence Rigolini (secrétaire générale d’ATR) et Odile Roujol (directrice de la stratégie client et data d’Orange). Avec une superbe carrière de « vendeuse d’hélicoptères » et un Executive MBA obtenu à HEC après ses 40 ans, le parcours de Laurence, exceptionnel à bien des égards, a rassemblé le jury. En rejoignant l’équipe commerciale internationale d’Eurocopter, elle donne vie à son rêve de petite fille « un jour, je vendrai des hélicoptères » et fait de sa passion son métier. En 2002, directrice de la communication du groupe, elle lance avec son équipe une opération choc : faire atterrir un hélicoptère sur l’Everest. Cet exploit, aux retombées mondiales, témoigne de sa persévérance et de son engagement quotidien. Fière d’avoir lancé un tel projet, elle est surtout heureuse de transformer cette aventure en succès pour l’entreprise et de constater la joie de son équipe. Face à l’excellence des trois autres finalistes, c’est avec étonnement que Laurence s’est vu remettre ce prix. Modeste, la lauréate confie que le but du dépôt de sa candidature était avant tout d’inspirer les jeunes filles : « Osez poursuivre votre carrière professionnelle. » Elle encourage vivement toutes celles qui débutent : « Il faut être tenace, faire preuve d’audace, de persévérance et d’engagement pour réussir… surtout pour les femmes qui veulent se faire un nom dans le monde des affaires dominé par les hommes. »

 

Vers plus de mixité
Tout au long de sa carrière, Laurence a souvent été la seule femme au sein des équipes dirigeantes. Etre une femme n’a jamais été une difficulté à proprement parler. Cela a surtout été l’opportunité de montrer une certaine différence. Persuadée que les approches des hommes et des femmes sont complémentaires, elle affirme que les meilleures décisions naissent des équipes diversifiées et mixtes. Laurence croit au pouvoir des rôles modèles de femmes pour inspirer les plus jeunes. Une première solution est apportée par les réseaux féminins pour « promouvoir la diversité, pour se rencontrer et créer du lien ». D’autres méthodes devraient être expérimentées pour éveiller les consciences comme le mentorat inversé : des femmes qui coachent des hommes et vice-versa. Les femmes « réussiront » quand les hommes eux-mêmes leur accorderont une véritable place dans l’entreprise. Pour cela, les réseaux féminins devraient inclure petit à petit des hommes et tendre vers des réseaux mixtes.

 

Des valeurs pour réussir
Laurence reconnait aisément qu’on ne construit pas sa carrière seul. Elle a su saisir les opportunités qu’on lui proposait et pour lesquelles elle ne pensait pas forcément avoir les qualités requises : « Des personnes, des hommes comme des femmes, m’ont fait confiance et ont su déceler en moi des compétences que j’ignorais avoir ». Pour elle, au-delà de la distinction entre hommes et femmes, la clé de la réussite se trouve dans le respect de valeurs autour desquelles elle a construit sa carrière et auxquelles elle est restée fidèle : engagement, persévérance, ténacité et surtout passion… Laurence évolue dans « un monde de passion » et « il n’y a rien de tel pour avoir envie de se lever le matin. »

 

P.M