Depuis près de 20 ans passés au sein de Lagardère Active, dont plus de 10 ans au sein de l’entité en charge des licences ELLE non media, Anne Billaz Le Leap (ESLSCA Business School, 95), Directrice Générale de Lagardère Active Enterprises, exerce 95 % de ses activités à l’international. Regard sur un monde -au féminin- en pleine évolution.

 

Lagardère Active Enterprises (LAE), c’est 150 licenciés worldwide qui vendent des produits ou des services ELLE dans plus de 80 pays ! ELLE étant la 1re marque mondiale lifestyle issue d’un magazine.

Diversifier la diversification

Il y a plus de 35 ans, Lagardère Active Enterprises lançait la 1ère licence de prêt-à-porter ELLE au Japon. Aujourd’hui, au-delà des secteurs classiques tels que la mode et la beauté, la marque ELLE se déploie sur la décoration mais aussi à travers des expériences comme des SPA, salon de coiffure, des cafés. Elle réalise 55 % de ses activités en Asie, 25 % aux Amériques et 20 % en Europe – Inde – Moyen Orient. Une diversification réussie puisque la marque fait désormais partie du Top 150 Licensor dans le monde. « Le marché est de plus en plus compétitif. Résultat, nous avons dû nous aussi nous diversifier et nous remettre en question face aux changements incessants. Cette composante essentielle du marché nous pousse à nous transformer nous aussi. » Désormais, la marque ELLE compte plus de 30 000 points de vente (tous formats de distribution confondus ) dans le monde.

Un créateur de valeur

L’un des nombreux challenges de LAE, est d’accompagner ses partenaires historiques dans leur évolution, pour notamment prendre le tournant du digital (e-commerce et réseaux sociaux) et de l’expérience client. Une approche différentiante qui positionne LAE comme un créateur de valeurs pour ses partenaires. « Notre métier a fortement évolué d’un simple contrat de licence à l’accompagnement de nos partenaires dans leur mutation. Nous nous sommes structurés en interne autour du digital, de l’expérience client, du retail et avons redéfini nos stratégies pays notamment avec les équipes locales pour gagner en expertise et mieux répondre aux besoins de nos partenaire. »

Comme une startup au sein d’un grand groupe

Quelles sont alors les qualités nécessaires à un jeune talent LAE ? La curiosité, l’ouverture d’esprit, l’agilité et la capacité à oser. Conditions sine qua non pour avancer. « Au-delà du bagage universitaire, c’est ce qui se dégage du futur collaborateur qui déterminera le choix final. Des gens passionnés, capables de s’engager dans de nouveaux projets et de véhiculer un message positif, pourront toujours développer de nouvelles compétences. J’ai débuté dans la finance et accepté de prendre des risques lorsque mon patron m’a offert l’opportunité d’évoluer vers d’autres domaines comme le marketing, le design et le e-commerce. Je veux offrir cette même possibilité à mes équipes. Mais il ne faut pas être trop impatient, seul le temps permet de mieux se connaître. »

 Le message d’Anne aux jeunes talents « Rien n’est écrit, tout peut changer. Alors restez vous-même car c’est votre personnalité et votre expérience qui feront la différence. C’est cette richesse personnelle qui apportera le plus à l’entreprise. Ce bel optimisme vous fera avancer. »

Boutique ELLE Golf à Séoul

Une équipe multiculturelle source de richesse

Et quoi de mieux qu’un stage ou un VIE pour découvrir l’entreprise ? Lagardère Active Enterprises accueille ainsi des stagiaires longue durée ou des alternants tout au long de l’année dans toutes les fonctions… Et vous pourriez même partir en VIE à New York ou dans l’un des  pays dans lesquels LAE est présente. « Je compte plus de 10 nationalités dans mes équipes et plus de 30, en incluant les partenaires. Les différences culturelles restent ancrées et heureusement, malgré la globalisation. C’est une force pour LAE de savoir s’adapter aux particularités de chaque marché… »

The Culture Map d’Erin Meyer Pourquoi cet ouvrage de référence ? Parce que, « la clé de la réussite dans un environnement international pour que tout le monde arrive à travailler ensemble, c’est d’avoir conscience de ces différences culturelles. J’ai donc offert le livre à toute mon équipe pour les aider à mieux interagir dans la relation aux autres. L’ouverture d’esprit, la curiosité aux autres et le respect des différences culturelles sont essentiels. J’ai ainsi appris énormément de mes équipes. »

Une marque engagée

Le saviez-vous ? Le magazine ELLE a été créée en 1945 et n’a cessé de s’investir en faveur du Woman Empowerment. Le magazine a ainsi créé en 2012 les forums ELLE Active en France. L’idée : accompagner les femmes dans leur évolution professionnelle en les aidant à mieux se vendre, à développer leur réseau… Désormais, l’initiative est déployée à l’international et s’adapte au niveau de maturité du pays. « La marque ELLE permet de donner du sens. Au Japon, nous avons notamment un programme de licence ELLE pour des uniformes de jeunes filles de 13 à 18 ans. Nous souhaitons désormais créer des partenariats avec les écoles pour leur présenter les métiers, leur offrir l’opportunité d’effectuer des stages, d’assister à des conférences… Il est très intéressant de voir comment, en tant que femme dirigeante et française, je peux mettre à profit mon expérience, la partager et être source d’inspiration pour des jeunes filles à l’étranger. La femme française reste un modèle d’épanouissement entre vie familiale et professionnelle. »

La fondation ELLE

C’est dans cet esprit qu’a été lancée il y a plus de 14 ans la fondation ELLE. En 2018, elle a déjà participé à plus de 85 programmes dans plus de 30 pays portant sur l’accès à l’éducation, la formation et la création d’entreprises en partenariat avec des associations. Parmi les projets soutenus :

  • Little Big Women en France qui propose du mentorat aux entrepreneures
  • La Maison des Jeunes Talents qui offre des bourses aux classes préparatoires aux grandes écoles
  • La Fondation Béatrice Schönberg qui favorise l’éducation des filles au Maroc

https://www.ellefondation.org/

Pour avancer, restez vous-même !

Oui il faut parfois faire davantage ses preuves pour s’imposer quand on est une femme en entreprise. Heureusement, la question n’est pas qu’une question de genre, au final ce sont les compétences qui priment. « J’ai toujours réussi en restant moi-même et ai obtenu des augmentations de salaire ou des promotions aux retours de mes 2 congés maternité. Tout passe par les compétences mais aussi le fait d’oser. Et le fait d’avoir dû  les prouver est un vrai plus qui m’a permis de me construire et d’acquérir une réelle légitimité. »

Femmes d’influence, who run the world ? « Lorsqu’il a fallu remplacer mon N+1, malgré toute ma légitimité, certains ont hésité à me confier le poste de peur de la réaction des hommes sous ma direction. On m’a proposé la fonction sans la dimension managériale. Mais ce n’était pas envisageable pour moi ! Dans les faits, ma nomination a été unanimement très bien accueillie : une femme à la tête des licences ELLE c’est totalement justifié. J’ai même reçu des emails de félicitations de la part de mes partenaires en Asie. Finalement, c’est en France qu’il y avait le plus de réticences. Donc suivez vos envies et écoutez votre instinct. »

« Soyez acteur et actrice de votre vie personnelle et professionnelle. Voilà comment vous serez en accord avec vous-même pour mieux avancer. »

Contact : Anne.BILLAZ@Lagardere-Active.com

D’autres personnalités inspirantes sont à découvrir ci-dessous !

Avec Air France KLM, le talent vous donne des ailes