Assez discrète dans le secteur des technologies, l’Afrique regorge pourtant d’opportunités et de projets ambitieux. Ce continent serait-il le nouvel eldorado de la Tech ? Un savant mélange d’ouverture à la technologie et de législation moins rigide pousse les entreprises du monde entier à s’intéresser à ce continent.

 

Au Kenya, Nairobi devient le hub qui attire les grandes sociétés. Total, IBM, L’Oréal, Microsoft, Google… Nombreuses sont les marques réputées à investir la ville. Pourquoi Nairobi ? Ce n’est en rien dû au hasard ! Surnommée « Silicon Savannah », la cité kenyane entend devenir le modèle de smart city de l’Afrique, avec le projet Nairobi 2030. Imaginez : une ville à la mobilité entièrement repensée, qui prend en compte les enjeux écologiques, mais aussi technologiques. Avec une population équipée à 84 % de smartphones (contre 75 % en France), les applications et les objets connectés fleurissent au Kenya, dans un contexte où la législation favorise la mise en place des innovations. Que pourraient demander de mieux les géants de la Tech ?

Mais ce n’est pas tout ! La ville a également réimaginé son centre industriel situé dans sa banlieue, à Konza, pour créer un complexe où la nature se mêle à des sièges sociaux équipés de panneaux solaires. Aéroports, infrastructures de transport… Une mobilité complètement repensée accompagnera le développement économique de cette zone. À la clé : plus d’entreprises, mais aussi un tourisme plus important ! Un projet gagnant-gagnant pour Nairobi.

L’Afrique, Tech addict

Mais ce continent ne se résume pas au Kenya. D’autres pays sont également à la pointe de la technologie. Ainsi l’Afrique du Sud accueille un véritable hub industriel dédié aux télécommunications, un des plus développés d’Afrique.

Avec Vision 2020, le Rwanda entend également s’imposer comme un acteur de la Tech ! WiFi gratuit, urbanisation du territoire… Le pays veut passer de l’économie agricole à l’économie des savoirs. Un chantier qui s’accompagne d’une refonte complète des infrastructures d’enseignement.

L’exemple le plus flagrant est Innovation City, un projet ambitieux pour faire de la ville de Kigali le centre névralgique du pays pour les entreprises de la Tech, mais également un hub d’enseignement. La ville accueillera un immense campus regroupant, entre autres l’Université américaine Carnegie Mellon, l’Institut africain des sciences mathématiques ou encore le Centre international des physiques théoriques.

L’Afrique se démarque également par ses talents en Côte d’Ivoire. Le pays qui connaît un taux de pénétration d’internet de 72 % voit émerger de nombreuses startups. La plus emblématique : Qelasy, une entreprise à l’origine d’une tablette éducative (la première en Afrique !), permettant aux élèves de se passer de leur sac à dos trop lourd. Plus qu’un eldorado, l’Afrique devient donc le lieu de tous les possibles.

 

Smartphone du futur + marketing du passé = l’équation impossible