ÇA, C’EST VRAIMENT TOI !

 

Non, Alexandra n’a pas redoublé chaque classe. Après avoir obtenu son BAC F8 (Sciences médicaux-sociales), Alexandra n’a eu d’autres choix que de travailler. Toutefois, elle a toujours gardé à l’idée de reprendre un jour ses études là où elle les avait laissées. Elle nous raconte comment, malgré les obstacles, elle a pu faire de son rêve une réalité…

Aude, Alexandra, Mathilde et Cyndie en clown ! (de gauche à droite)

Aude, Alexandra, Mathilde et Cyndie en clown ! (de gauche à droite)Aude, Alexandra, Mathilde et Cyndie en clown ! (de gauche à droite)

 

 » Tout ce qui ne nous tue pas, nous rend
plus fort !  » Cela me représente bien,
Je suis fière d’en
être arrivée là !

Persévérance et optimisme, un cocktail de réussite !
Quand Alexandra obtient son bac en 1997, elle est pleine de rêves et d’espoirs. A la sortie du lycée, elle envisage de faire un BTS Economie Sociale et Familiale. Mais cette année là, Alexandra rencontre quelques difficultés qui l’amènent à abandonner ses projets et à trouver un emploi. Elle débute comme vendeuse dans une parfumerie, poste qu’elle occupera jusqu’en 2012, lorsqu’elle fait le choix de reprendre ses études. En 2000, elle tente une formation BTS par correspondance, mais ne parvient pas à obtenir le diplôme. Peu à peu, le quotidien prend le pas sur ses rêves. C’est après la naissance de ses jumeaux qu’elle décide de recommencer sa vie. « Ce travail ne me convenait plus. Je savais que j’allais un jour reprendre mes études, mais je ne savais ni quand ni comment. Quand j’ai repris le travail après ma grossesse, ce fut un véritable électrochoc ! Je devais changer de vie. » Alexandra prend les choses en main : elle fait toutes les démarches pour entrer dans la formation qui l’intéresse. Malgré les embûches (inscriptions, dossiers…), la jeune femme intègre son premier choix de formation : SPSSS (Services et Prestations Secteur Sanitaire et Social) dans le lycée près de chez elle. Elle peut ainsi concilier vie de famille et études. « Si vous voulez vraiment reprendre vos études, il faut être très motivé, car c’est très compliqué, on vous met facilement des bâtons dans les roues. »

 

Depuis toujours, je souhaite travailler dans le social et l’aide aux personnes en difficultés. Aujourd’hui, mon projet se concrétise et je m’en réjouis.

 

Une étudiante peu ordinaire !
Très impliquée dans sa classe, elle est, avec ses amies, à l’initiative d’une journée Nez Rouge, association québécoise créée en 1984 qui vise à égayer le quotidien des enfants hospitalisés. « Lors de notre formation, nous devons organiser une action professionnelle. Nous avons organisé une journée ludique et sportive en partenariat avec Rire Médecin, une association qui invite des clowns dans les hôpitaux. Cet évènement a été un véritable succès ! Tout le monde en garde un très bon souvenir. » Ce choix n’a pas été fait au hasard. Alexandra a tout de suite été séduite par les engagements de Rire Médecin. « Ayant eu des enfants prématurés, je me suis sentie concernée par le sujet. Contrairement à la plupart des prématurés, mes enfants sont restés très peu de temps à l’hôpital. » Pour célébrer cette magnifique journée, tous les professeurs et élèves de l’établissement se sont réunis pour saluer cette belle initiative : « à la fin, les professeurs se sont rassemblés et ont chanté une chanson pour nous remercier de cette merveilleuse journée ! C’était très émouvant. »
Maintenant, Alexandra se concentre sur son diplôme. A la fin de l’année, elle entrera à nouveau dans le monde professionnel. Elle hésite encore entre la gestion de tutelle, l’aide aux personnes en incapacité d’assumer le quotidien, ou l’insertion des jeunes sur le marché du travail.

 

Je suis une personne dynamique, généreuse et joyeuse ! J’adore aider les autres, je veux d’ailleurs en faire mon métier, c’est ce qui me rend heureuse !

 

 

Olympe Muller