Fiche d’identité : Théo Rougier, 22 ans, parisien-basque

 

PASSIONNÉ DE VOYAGES ET DE CULTURE, THÉO, ÉTUDIANT EN MASTER 1 DE DROIT À L’UNIVERSITÉ PANTHÉON-SORBONNE RÊVE DE CONQUÉRIR L’AFRIQUE, SEUL AVEC SON SAC À DOS. PARLANT 5 LANGUES, PASSIONNÉ D’ÉCONOMIE ET DE SPORTS EXTRÊMES, IL APPRÉCIE AUTANT L’APPRENTISSAGE D’UNE CULTURE QUE SA DIFFUSION AUX AUTRES. SON ENGOUEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA CONNAISSANCE ET SA PERSONNALITÉ L’ONT CONDUIT NATURELLEMENT À CRÉER SON ASSOCIATION AMPHINOTE, PLATEFORME DE PARTAGE DE COURS DE DROIT EN LIGNE.

 

AU FORUM DES ASSOCIATIONS DE L’UNIVERSITÉ PARIS 1, LE 15 SEPTEMBRE 2015 © Amphinote

AU FORUM DES ASSOCIATIONS DE L’UNIVERSITÉ PARIS 1, LE 15 SEPTEMBRE 2015 © Amphinote

PARCOURS ATYPIQUE D’UN « INTERNATIONAL SPONTANÉ »
Théo a démarré ses études par une bi-Licence Droit et Histoire à l’université Paris 1. Le cursus trop théorique l’a conduit à arrêter ses études pour partir travailler à l’étranger pendant 1 an. Vivement intéressé par l’humanitaire et le lien social, il a commencé comme recruteur de donateurs à la Croix Rouge, puis a enseigné l’anglais dans une association locale en Amérique du Sud et vendu des chapeaux dans les rues, entre Salvador et Rio, au Brésil pour gagner quelques sous. Revenu en France, il réalise des missions de babysitting pendant un mois. Mais le goût des voyages lui manque rapidement. Il repart donc à Haïti où il est employé comme formateur pour un programme de banque mobile, lancé par la Banque Nationale de Crédit, grâce à sa maitrise du langage créole. C’est finalement lors d’un séjour au Congo que Théo comprend la vraie valeur des études : prêt à reprendre ses deux licences, il rentre en France pour tout donner et décrocher son diplôme.

 

NAISSANCE D’AMPHINOTE, UN CONCEPT FONDÉ SUR DES VALEURS D’ÉGALITÉ ET DE PARTAGE
Théo a toujours accordé une place importante à la notion d’égalité dans son mode de vie. « L’idée d’Amphinote m’est venue en observant une fille de ma promotion qui devait s’absenter régulièrement pour aller s’occuper de sa mère malade, loin de Paris. C’était toujours une galère pour récupérer les cours. Je me suis rendu compte que pour se consacrer à ses études, il faut en fait bénéficier d’un cadre et d’un soutien minimum. »
Le but d’Amphinote est donc de garantir l’accessibilité à tous les cours de l’université pour les étudiants et par conséquent d’offrir la même chance de réussite aux examens. D’autres fonctions se sont développées naturellement par la suite comme :
• Le combat de l’insociabilité de certains étudiants qui aimeraient progresser et qui n’osaient pas demander les prises de notes aux autres étudiants
• Le soutien aux étudiants étrangers ayant des difficultés avec la langue française pour assimiler les cours.
• L’offre de souplesse pour les étudiants travaillant, pour financer leurs études, leur permettant de s’absenter en fin de cours, tout en restant assidus.
Les utilisations d’Amphinote ont ensuite dépassé les prévisions avec plus de 800 contributeurs ! Amphinote permet aux lycéens de valider une orientation mais également à d’anciens diplômés (managers ou ingénieurs) de s’intéresser au domaine juridique. L’association s’est donc agrandie et Théo gère maintenant une équipe de 21 personnes. « C’est une expérience incroyable de confiance et de soutien mutuel au service de nos engagements. J’apprends énormément, à maintenir un cap commun tout en permettant à chacun de s’épanouir, de s’approprier complètement le projet. » L’ampleur de l’association lui permet d’en soutenir d’autres. Théo coordonne l’action de quelques associations de Paris 1 en faveur des réfugiés syriens. Depuis la rentrée 2015, une centaine d’étudiants réfugiés sont intégrés chaque semestre dans les cursus de l’université Paris 1. Pour leur offrir le meilleur accueil, Amphinote les aide justement à suivre les cours.

 

PROJETS D’AVENIR…
Aujourd’hui Théo aimerait beaucoup développer son goût pour l’innovation politique, notamment au travers des nouvelles technologies. Il conserve aussi précieusement sa valise de juriste, c’est une fenêtre sur le monde qu’il aime bien. Son master 1 en droit, lui permet de mieux comprendre le monde du privé pour envisager de passer le barreau. « Il y a beaucoup de choses à faire en tantqu’avocat, notamment sur l’accès au droit et son intelligibilité pour les justiciables. » Il a déjà d’ailleurs quelques idées de plateformes…

 

PORTRAIT CHINOIS :
UNE LOI/UN TEXTE JURIDIQUE (loi autorisant les recours collectifs class actions en France)
UN PÉCHÉ MIGNON Une bonne baguette et une motte de beurre salé. Le mélange du parisien et du breton
UNE AFFAIRE MARQUANTE
L’affaire dite des « biens mal acquis », pour la créativité juridique au service de la justice
UNE AVANCÉE JURIDIQUE QUI CHANGERAIT LE MONDE Une loi qui permettrait aux médias de réserver un espace publicitaire minimum (à prix réduit) pour des initiatives d’intérêt général. Ce n’est pas bien compliqué, et il y a énormément d’acteurs locaux qui font un travail formidable et qui peinent, faute d’être plus connus et soutenus

 

S.B