Cet article a 2 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.

La Spi Dauphine, c’est depuis 35 ans le premier événement étudiant du Sud de la France. Une régate qui réunit chaque année plus de 500 étudiants de tout horizon sur les bords de la Méditerranée.

Du 16 au 22 avril 2016, c’est dans le Sud-Est que nous devons tous nous retrouver pour la 35ème édition du Challenge Spi Dauphine. Si vous êtes voileux, venez défier les plus grandes écoles ou universités françaises telles qu’Assas, Nanterre, Seatech, Supaero… Si vous l’êtes moins, faites vous parrainer et participez au Challenge Multisports que l’on vous présentera plus en détails le mois prochain.

Pour cette présentation, laissez-nous vous détailler l’organisation de l’association. Le bureau est constitué de 4 personnes, membres depuis 3 ans : Clément Rochon – président ; Justine Lippens et Augustin Bayvet – vice présidents ; Romain Le Tonqueze – trésorier. De plus, 40 étudiants de l’université Paris-Dauphine, fiers de représenter les valeurs d’engagement et de professionnalisme de cet établissement, les épaulent en travaillant tout au long de l’année sur des missions qui leurs sont spécifiquement confiées.

Dans le monde étudiant, la semaine de la Spi est célèbre pour ses manches de voile sportives sous le soleil méditerranéen mais aussi une ambiance de ponton réputée et chaleureuse entre les concurrents qui donne toujours envie d’y revenir.

Elle se distingue par la présence de nombreuses entreprises en campagne de recrutement à tous les niveaux : sur les bateaux à travers une participation active et sur le village à travers l’organisation de cocktails. Pour le côté sportif, l’itinérance entre 3 ports prestigieux en une semaine permettent de se mesurer aussi bien sur des parcours olympiques type banane que sur des parcours côtiers au cours d’environ 8 manches arbitrées par le seul comité de course étudiant d’Europe formé par les bénévoles de la FFV.

La Spi Dauphine s’est diversifiée au fil des années en adoptant une démarche écologique et solidaire. La mise en place d’un tri systématique des déchets, l’utilisation d’éco-cup et la sensibilisation des concurrents à la protection de l’environnement permettent peu à peu la réalisation de l’objectif « zéro impact sur l’environnement ». Par ailleurs, pour la troisième année consécutive, l’association mène un projet avec la fédération française d’Handisport pour permettre à tous de profiter de la compétition et oublier le handicap.

Thibault Hirsch

 

Thibault.hirsch@spidauphine.com

06 67 01 09 42

 

Cet article a 2 années. Merci d'en tenir compte durant votre lecture.