Il n’y a plus de Grande Ecole de management sans activité de recherche soutenue. Les Ecoles de management françaises ont opéré en une trentaine d’années une mue spectaculaire en adjoignant à leur traditionnelle activité d’enseignement une importante activité scientifique, non sans ironie quand on pense que leur essor sur le plan national a initialement avant tout tenu à leur caractère professionnalisant et pratique.

Faculty Day

Faculty Day

La recherche au coeur de la reconnaissance internationale des Ecoles
En effet, alors que leur enseignement était jugé pertinent et intéressant parce qu’il était tout sauf universitaire, fondant ainsi sa compétitivité par rapport aux autres filières de formation, voilà qu’aujourd’hui les normes internationales ont conduit à un renversement de situation fort paradoxal vecteur par excellence sinon de leur reconnaissance internationale du moins de leur mise au standard. Il a donc fallu investir d’abord de manière conséquente et massive dans des corps professoraux permanents puis dans l’activité de recherche de manière significative, mouvement que l’on observe systématiquement dans toutes les Ecoles du Chapitre. Il est vrai que la France a vécu longtemps sur une exception inimaginable partout ailleurs dans le monde où la qualité et la reconnaissance des établissements passaient avant tout par la dimension académique et intellectuelle de leur enseignement. Cette norme s’est imposée au fur et à mesure dans le monde entier où les référentiels des accréditations AMBA, EFMD et AACSB se sont largement diffusés pour faire de la contribution intellectuelle un des éléments-clé de la mission des établissements, un de leur « objet social ».

 

La recherche, priorité de toute la communauté des Ecoles
Aujourd’hui, voyons plutôt :
■ 100 % des Ecoles ont fait de la recherche une direction à part entière, dans la majorité des cas directement rattachée à la direction générale ;
■ Plus de 90 % des directeurs de la recherche siègent de manière permanente au sein des comités de direction des établissements ;
■ Plus de 90 % ont une stratégie de recherche formalisée ;
■ Plus de 60 % des Ecoles considèrent la recherche comme une activité stratégique majeure ;
■ 100 % des Grandes Ecoles intègrent l’activité de recherche dans la définition du métier d’enseignant ;
■ 70 % des Grandes Ecoles de management ont désormais des Corps Professoraux de plus de cinquante membres permanents. Enfin, si les établissements français ont eu l’intelligence d’investir intensivement et rapidement dans la recherche, elles l’ont fait sans pour autant se détourner d’un enseignement orienté vers l’entreprise, co-réalisé avec le monde professionnel et dans lequel l’apprenant puise simultanément dans la dimension académique et la dimension pratique de l’environnement de travail qui abrite sa formation. Bien au contraire, elles ont développé centre d’études, chaires, instituts, parrainage des activités scientifiques, outils de vulgarisation, fondations, etc. Il en résulte des écoles transformées, enrichies par un enseignement profondément remanié et bien souvent des relations avec le monde de l’entreprise largement revisitées par cet académisme augmenté. En pointe sur les relations avec les entreprises, les Ecoles de management françaises progressent significativement grâce à leur rattrapage académique désormais plus qu’engagé. A ICN Business School, la recherche reflète l’originalité de l’établissement et de sa stratégie dans la mesure où elle est porteuse de transdisciplinarité et de liens forts tant avec l’environnement universitaire national qu’international.

 

LA RECHERCHE A ICN BUSINESS SCHOOL
■ Une capacité de recherche décuplée en quelques années : le Corps Professoral s’établit aujourd’hui à 85 professeurs (67 professeurs permanents et 18 professeurs affiliés contre 49 professeurs il y a trois ans). Plus de 78 % des permanents sont docteurs, et 50 % des professeurs sont non français soit par leur nationalité soit par leur diplôme de doctorat.
■ Trois axes forts structurent la recherche en lien avec la stratégie de l’établissement : Fédérer Innovation, Région et Entrepreneuriat (FIRE), Compétences Comportementales & Management (MAMBO), Gouvernance et Régulation (GROOVE).
■ Une recherche ouverte et collaborative à travers un maillage territorial et disciplinaire : trois partenariats forts ancrent la recherche dans l’environnement lorrain, les liens avec le CEREFIGE, laboratoire de référence régional en économie et gestion reconnu par le ministère en tant qu’équipe d’accueil (EA 3945), les liens avec le LGIPM (Laboratoire de Génie Industriel, de Production et de Maintenance, EA 3096) et les recherches collaboratives dans le cadre de la plateforme de recherche ARTEM.
■ Une dimension internationale systématique qui se manifeste notamment par des chaires internationales de très haut niveau : La Chaire IRCASE “Arts & Entreprise Durable”, dirigée par les professeurs Paul Shrivastava, Professeur affilié ICN et Concordia University et Silvester Ivanaj, a été créée pour étudier le lien entre art, créativité et durabilité et aider les entreprises à intégrer des pratiques esthétiques tant au niveau stratégique qu’opérationnel. La Chaire internationale de recherche « RSE Opérationnelle et Innovation », portée par les professeurs David Wasieleski (ICN et Duquesne University, USA) et Günter Schumacher.

 

Par Tamym Abdessemed Directeur Académique et de la Recherche ICN Business School, Vice-Président du Groupe de travail Recherche du Chapitre des Grandes Ecoles de management de la CGE