Réunissant SHS, langues, lettres et arts, l’Université Lumière Lyon 2 encourage le décloisonnement entre les champs d’expertise proposés par les laboratoires de l’université, afin de favoriser la transversalité et l’interdisciplinarité pour « inscrire la recherche scientifique au cœur des questions sociales vives, en lien avec les problématiques actuelles de la société et du monde  socioéconomique », souligne Isabelle Lefort, Vice-présidente en charge de la recherche.

Lyon 2 compte 769 enseignants-chercheurs au sein de 34 laboratoires de recherche, 7 écoles doctorales et 3 fédérations de recherche :
- la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM)
- l’Institut des Sciences de l’Homme (ISH)
- l’Institut Supérieur d’Etudes des Religions et de la Laïcité(ISERL)

Ses structures de recherche contribuent à faire d’elle l’une des premières universités françaises en matière de recherche en SHS, lettres, langues et arts.
Le partenariat de sites entre les établissements de l’enseignement supérieur du pôle Lyon-Saint-Etienne encourage la coopération avec les disciplines issues des sciences de l’ingénieur, du vivant… Cette dynamique favorise l’innovation et l’interdisciplinarité, à l’instar du LabEx Cortex (Construction, Cognitive Function, Remediation and Repair of the Cortex). La dimension internationale est également privilégiée, avec des programmes d’envergure comme le projet Alfa 3 menant une réflexion sur les pratiques de l’éducation et de l’enseignement supérieur entre l’Amérique latine et l’Europe.Dans une volonté de faire se rencontrer le monde de la recherche et le monde socioéconomique, Lyon 2 développe 4 principaux axes de recherche durant le présent contrat :
– Santé et société : approche interdisciplinaire de la santé et des sciences sociales
– Numérisation, simulation et modélisation de la complexité
– Images, textes, discours, création, diffusion
– Territoires, ville, production et échanges

« Ces axes forts et fédérateurs ont pour vocation de structurer des approches multidisciplinaires et transdisciplinaires scientifiques entre laboratoires », rappelle Isabelle Lefort. Dans cette optique, la construction d’une Maison du territoire est en projet. « Cette structure est appelée à héberger la formation et la recherche autour de thématiques multidisciplinaires et transversales de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire, des relations histoire/société dans l’ensemble de leurs facettes politiques, historiques et sociales ». Elle répond, selon Isabelle Lefort, « au souhait de valoriser les recherches de manière plus approfondie, comme la Maison Internationale des Langues et des Cultures (MILC), issue d’un partenariat avec l’Université Jean-Moulin Lyon 3. »

 

Quand la science rencontre la société
Mises en place lors des 40 ans de Lyon 2, les Rencontres Université Société (RUS) « proposent un nouvel espace d’échanges et de dialogue entre le monde académique de la recherche en SHS et celui de l’entreprise/des institutions locales », comme l’explique Jean-Luc Mayaud, président de l’université. L’objectif est de réunir le monde socio-économique et le monde de la recherche autour de questions portant sur les enjeux sociétaux actuels, dans le but de « créer sur le territoire de nouvelles synergies innovantes fondées sur la rencontre entre les « humanités classiques » et les questions sociales vives ». Des rencontres-débats ouvertes au public viendront clôturer une année de groupes de travail entre les enseignants-chercheurs et les entreprises/collectivités territoriales, durant lesquels ils se sont penchés sur 4 thèmes : santé et handicap / bien-être et travail / développement durable / culture, interculturalité et altérité.Dans cette volonté d’articuler sur la durée sa politique de recherche avec les questions sociales vives, Lyon 2 engage ainsi sur le territoire une collaboration étroite avec ses partenaires du monde socioéconomique et culturel, en s’appuyant sur des projets collaboratifs et interdisciplinaires.Dans la perspective du futur plan quinquennal (2015-2019), les RUS initient un travail de réflexion et de concertation avec l’ensemble des partenaires de l’établissement. Les prochains axes fédérateurs proposés par Lyon 2 sont le reflet de cette dynamique et de cette volonté de « se connecter plus que jamais à la société pour accompagner ses transformations et inventer le monde de demain » (Jean-Luc Mayaud).

Article rédigé en partenariat avec le service
communication de l’université Lumière Lyon 2