Acteur de proximité, présent au cœur des territoires depuis des décennies, La Poste n’en est pas moins un acteur moderne, qui sait se transformer afin de relever les défis d’un monde qui change. Rencontre avec Henri Saillard, (IHEDREA 94), Directeur Exécutif, Branche Services-Courrier-Colis, pour la Normandie.

 

CREDITS – LA POSTE

« Avec l’avènement du numérique, une grande partie des échanges se sont dématérialisés et la relation de service est devenue de plus en plus digitale. Ce mouvement inéluctable donne à la proximité physique une valeur plus grande» tient à préciser d’entrée Henri Saillard, à la tête de la Direction exécutive de La Poste en Normandie. Si la baisse du courrier est indéniable, les nouvelles habitudes d’achat en ligne qui boostent véritablement l’activité colis et génèrent du développement, ainsi que le besoin de services de proximité qui est un vrai relais de croissance transforment l’entreprise. « La présence du facteur partout, pour tous et tous les jours, qui est le cœur de notre mission de service public, est un levier formidable pour développer les services de proximité et enrichir les missions du facteur. Aujourd’hui, c’est à nous d’inventer le facteur de demain ».

Relever le défi des services

Imaginer avec les entreprises et les grands acteurs de la région ce que ses 6 000 postiers peuvent apporter comme services est une des missions d’Henri Saillard. Parmi les réponses apportées, le diagnostic des routes communales ou vicinales, empruntées régulièrement par les véhicules de La Poste. « Une caméra fixée à la carrosserie permet de réaliser un bilan des routes. Le maire peut ainsi budgéter à l’avance les travaux d’entretien à réaliser ». De la même façon, La Poste accompagne les communes dans la qualification des adresses et l’amélioration de leur positionnement GPS, trop souvent manquant ou erroné.

Mais les services sont aussi rendus aux particuliers : « récemment, nous avons lancé « veiller sur mes parents » qui permet aux enfants de missionner une ou plusieurs fois par semaine le facteur afin qu’il rende visite, durant sa tournée, aux personnes âgées isolées, pour informer ensuite sa famille.»

Des missions de chef d’entreprise

Comme Directeur exécutif, Henri Saillard se doit de développer le business avec l’aide de sa force de vente, mais aussi d’adapter son entité à un marché mouvant et exigeant, en menant de profondes transformations :

Des réseaux logistiques : adapter le réseau logistique et les 130 plateformes de la région à un volume croissant de colis

Du modèle de performance : modifier les organisations et le pilotage pour garantir la rentabilité d’une activité connaissant de fortes variations, sur des marchés de plus en plus concurrentiels

Des postures managériales : piloter l’activité de façon plus réactive, impliquer et développer l’autonomie pour accélérer et résoudre efficacement les problèmes

Des fonctions supports : apporter expertise et soutien au plus près de ceux qui créent de la valeur pour qu’ils restent centrés sur le client

Du corps social : développer l’engagement par un dialogue social près du terrain, l’acquisition de compétences nouvelles (postures de service, maitrise des TIC, etc.) et des politiques favorisant la santé et la sécurité

Le chiffre : 270 M€ de CA en 2017, réparti à part égale entre les entreprises, les professionnels et les particuliers.

Sa vision du Directeur de B.U : « Piloter le quotidien et regarder loin, pour anticiper. La connaissance du terrain et des rouages de l’entreprise est essentielle pour réagir avec agilité. Assez autonome pour imposer mes propres tactiques, j’ai dans ma B.U à m’inspirer des modes de fonctionnement des meilleures entreprises de service. »

Son conseil : « N’ayez pas peur de l’opérationnel et du pilotage d’équipe en production. Ce sont certes des métiers exigeants, mais aussi et surtout passionnants. Il s’agit d’un passage initiatique qui vous permettra d’accéder ensuite rapidement à des fonctions de management plus globales ! »

Contact : henri-c.saillard@laposte.fr

 

Dassault Systèmes : à l’assaut de la renaissance industrielle