La réussite pour Yannick Steunou (ISAE 92, ENSIA, 92), directeur Excellence opérationnelle Groupe Bel ? Le collectif… et les expériences à l’international.

 

Le Business

Vos leviers d’excellence ? Mon challenge : construire dans la durée les fondamentaux qui contribueront à l’accélération de la performance opérationnelle et de la compétitivité du groupe. Pour le relever, mon 1er levier est humain. L’excellence n’est pas une simple question d’outils. Elle est avant tout au cœur d’une dynamique de transformation dont l’objectif essentiel est de contribuer au développement des compétences de chacun. Mon 2nd levier est technique. Les outils et les méthodologies sont au service de l’humain et non une fin en soi.

Votre prochain point d’excellence ? L’innovation dans le snacking sain au travers de marques fortes, est au cœur de la stratégie de croissance internationale du groupe dans de nouvelles géographies. Nous sommes déjà très présents en Europe, en Amérique, en Afrique et au Moyen Orient.

Comment comptez-vous y parvenir ? Grâce notamment au BMM, le Bel Manufacturing Model : notre référentiel d’excellence opérationnelle groupe établi sur la standardisation et le partage des meilleures pratiques. Objectif : diffuser le savoir-faire de Bel  dans le monde en développant  nos équipes locales.

 

Le boss

En quoi partagez-vous la devise de Bel : « Du sourire à partager » ? L’audace, la bienveillance et l’engagement représentent des valeurs fortes au sein du groupe. Développer une responsabilité individuelle et collective vers l’excellence au sein des opérations est un formidable vecteur d’enrichissement personnel. La prise d’initiative est un principe fondamental pour engager les collaborateurs et conduire le succès du groupe. C’est cette volonté de construire qui me donne le sourire et de l’énergie pour toute la journée. Chacun a la possibilité d’apporter ses idées, de l’innovation, une nouvelle façon de voir les choses, et c’est très motivant.

Quel a été votre plus « Bel » échec ? Je suis entré dans le groupe fin 2011 en tant que directeur industriel pour la région Proche et Moyen Orient : Une région extrêmement instable. Ce qui m’a impressionné, c’est notre capacité à avoir su gérer les affaires dans des environnements géopolitiques très complexes et volatiles. Comprendre, savoir s’adapter et réagir face à des situations humainement difficiles fait partie des événements qui m’ont beaucoup marqués.

Comment accompagnez-vous vos équipes vers la réussite ? La réussite réside pour moi dans une approche collective. Elle doit être avant tout partagée. Dans l’excellence opérationnelle, mon rôle est de créer la cohésion et de donner envie pour embarquer le collectif. J’y parviens en faisant preuve de simplicité, de pragmatisme et en donnant du sens au travail de chacun. La résilience est également une clé essentielle. Parfois la route est sinueuse et remplie d’obstacles mais ne vous arrêtez jamais en chemin. Croire en soi et en ce que l’on fait aide à se dépasser et à aller au bout.

Bel a créé des marques iconiques. Quelle est votre icône ? J’ai eu l’occasion dans ma carrière de travailler dans des environnements très internationaux et d’avoir eu des patrons de différentes nationalités qui m’ont véritablement aidé à dépasser les limites interculturelles. J’ai eu la chance de participer activement un projet de transformation lorsque j’étais Directeur Performance Industrielle de Nestlé Waters France, et particulièrement impressionné par la capacité et le charisme du Directeur Général de l’époque et du Comité de Direction à piloter et réussir cette transformation.

 

L’audacieux

Le jeune talent façon Bel en 3 hashtags ?
#ouverturedesprit
#persévérance
#adaptabilité

Le profil d’un Bel talent ? Celui d’un globetrotter ! La curiosité intellectuelle et l’ouverture à l’international sont essentielles. J’ai moi-même effectué un VIE de 18 mois en Thaïlande, j’ai travaillé en Chine, en Espagne, en Asie… Nous cherchons des jeunes capables d’évoluer vers des parcours internationaux. Les expériences à l’étranger sont une vraie source d’inspiration et un atout clé des managers de demain.

Quels dispositifs favorisent la réussite de vos talents ? La meilleure formation est de leur confier rapidement des challenges et des responsabilités en les exposant à des problématiques multiples et en donnant un vrai sens à leur travail. J’ai récemment recruté un jeune ingénieur des Arts et Métiers à la suite d’un stage de 6 mois pendant lequel il avait eu l’opportunité de travailler sur un sujet complexe dans un cadre international, avec une forte autonomie.

« Bel vous offre une formidable opportunité de créer l’avenir. »

 

Contact : ysteunou@groupe-bel.com

 

Lallemand met aussi le talent en culture

Delphine Le Compès-Andro, DRH chez Lallemand incite les jeunes talents à découvrir une entreprise où les opportunités métiers sont infinies

Chimie, bio, agro : recherche hommes désespérément

Pourquoi les grandes écoles de chimie, de biologie et d’agronomie affichent-elles la proportion inverse d’élèves filles-garçons ?

[Tuto] : 4 astuces pour une coloc bio réussie

Alliant bien-être et respect de la nature, cohabiter bio renforce le sentiment de communauté,  facilite l’échange et le partage avec vos colocataires. Mais quelles sont les clefs pour cultiver ce nouvel art de vivre ? Suivez notre guide !

Le grand témoin : Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef

Dominique Carlac’h Porte-Parole & VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

Chez CBo Territoria, c’est « act like a lady, think like a boss »

50 % de femmes et 50 % d’hommes dans les équipes du géant de l’immobilier réunionnais. Trois femmes témoignent.

Kit du futur décideur à l’attention du jeune ingénieur

Face à l’émergence d’un ingénieur qui travaille en mode projet et 100 % collaboratif quels sont les trucs et astuces pour transformer un diplômé de CentraleSupélec en décideur hors pair ?

Les écoles d’ingés déconstruisent les préjugés

Sensibilisation des lycéennes, meilleure orientation et valorisation des parcours de femmes scientifiques, les écoles d’ingénieurs progressent en matière de mixité. Décryptage

Prysmian : connecter les hommes

Leader mondial des câbles, Prysmian mise sur l’innovation de ses ingénieurs R&D, dont fait partie David Boivin, South Europe Connectivity – Telecom Engineering Manager.

Sous le capot de Club Identicar

Le moteur de ce club auto : la bienveillance, le collaboratif et la quête du bonheur au travail ! Une façon de travailler qui lui a fait remporter le prix HappyAtWork 2019.

[Premier emploi] Diplômé de CentraleSupélec, je vais où ?

Plutôt tradis ou fans d’innovations de rupture ? Secteurs, domaines, métiers : coup de projecteur sur les les opportunités à ne pas rater pour un ingénieur CentraleSupélec