Communiqué de presse :

A l’occasion de la présentation de son plan stratégique 2018-2021 et de son positionnement novateur d’école du leadership du XXIe siècle, KEDGE Business School a réalisé avec l’IFOP une étude* sur la place de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français. Menée auprès d’étudiants et de cadres, cette étude révèle les attentes nouvelles des jeunes générations en matière de formation, et les nécessaires évolutions de l’enseignement supérieur pour les années à venir.

 

Alors que les innovations technologiques transforment les business models et bouleversent les relations sociales et managériales, les étudiants (53%) et cadres (56%) s’accordent aujourd’hui à dire que l’enseignement supérieur prépare mal les futurs diplômés aux compétences demandées par les entreprises.

En effet, selon une étude réalisée par l’IFOP pour KEDGE Business School, 94% des cadres et 88% des étudiants sont favorables au développement de l’esprit entrepreneurial dans les études supérieures mais la majorité considère qu’elles ne préparent pas suffisamment les jeunes à la transformation et au changement. Ceci alors même que la majorité des cadres et étudiants ont confiance en le contexte politique et économique actuel pour développer l’esprit entrepreneurial dans l’enseignement supérieur.

Parallèlement, de nouvelles aspirations émergent, notamment chez les jeunes étudiants qui privilégient plus largement le développement personnel et les objectifs humains et sociétaux. Ainsi, près de sept personnes sur dix estiment que l’entreprise doit avant tout placer l’humain au cœur de sa mission (70% chez les cadres, 76% chez les étudiants).

Enfin, alors que les cadres sont toujours attirés par les structures classiques de travail : grandes entreprises, TPE et PME ; les étudiants valorisent davantage d’autres types d’organismes tels que les start-ups, les associations et les entités publiques.

Les enseignements de cette étude viennent conforter le choix de KEDGE d’un positionnement différenciant d’école du leadership du XXIe siècle répondant parfaitement aux attentes et aspirations des jeunes étudiants pour leur avenir, tout comme celles de leurs futurs employeurs.

Acteur déjà reconnu en matière de RSE et de développement personnel et professionnel, KEDGE décide d’aller encore plus loin en transformant l’expérience d’apprentissage autour de trois grands axes de formation clés :

  • L’Entrepreneuriat et l’expérimentation, des dimensions qui confèrent des capacités de créativité, d’innovation, d’anticipation et de prise d’initiative voire d’autonomie, et qui sont des compétences de plus en plus demandées par les entreprises.
  • Les Humanités, qui s’imposent pour développer la responsabilité, l’éthique, l’esprit critique mais également les « soft skills » ou compétences comportementales (intelligence émotionnelle, confiance en soi, empathie, audace, sens du collectif…).
  • Le management de la Tech, qui implique l’acculturation au monde de la Tech (Intelligence Artificielle, Blockchain, Deep Learning, Data, Design thinking…) pour comprendre, imaginer et mettre en œuvre la transformation des business models des entreprises et contribuer à celle de la société.

 

S’exprimant pour la première fois depuis leur nomination à la tête de KEDGE, Stanislas de Bentzmann, Président, et José Milano, Directeur Général, ont récemment présenté le plan stratégique 2018-2021 de l’école. L’objectif est de développer les compétences des leaders du XXIème siècle en leur permettant de comprendre le monde contemporain, d’en maîtriser les enjeux technologiques, sociétaux et environnementaux, pour en devenir des acteurs éclairés. Ce nouveau modèle d’école est incarné par une nouvelle signature : « KEDGE. Transformative Innovation for Humanity ».

 

*« La place souhaitée de l’entreprise au sein de l’enseignement supérieur français », étude réalisée par l’IFOP pour KEDGE Business School en mai 2018 auprès de 1002 cadres d’entreprise et de 1001 étudiants titulaires du bac général.