Ayant fait de l’innovation – dans l’évolution des systèmes de santé comme dans l’utilisation des nouvelles technologies – un de ses chevaux de bataille, La Mutuelle Générale ne cesse de faire évoluer l’assurance santé au profit d’adhérents auxquels elle offre une relation-client de plus en plus personnalisée. Rencontre avec Stanislas Bressange, son Directeur Général Délégué.

Stanislas Bressange (EISTI 92), Directeur Général Délégué de La Mutuelle Générale, membre du Directoire et du Comité Exécutif

Stanislas Bressange (EISTI 92), Directeur Général Délégué de La Mutuelle Générale, membre du Directoire et du Comité Exécutif

Troisième mutuelle française, La Mutuelle Générale a le vent en poupe. Ancrée depuis 65 ans dans le secteur de l’économie sociale, elle s’est aujourd’hui assurée une position équilibrée dans la répartition de son chiffre d’affaires entre le marché des entreprises et celui des particuliers. Protégeant plus d’un million trois cents mille adhérents, La Mutuelle Générale se situe au coeur du système de santé et a fait de l’innovation le levier de sa croissance. Anticipant par exemple la mise en pratique de l’Accord Interprofessionnel (ANI ) en 2016, lequel rendra obligatoire le contrat santé proposé par les en la matière (mutuelle historique de La Poste et de France Télécom) pour préparer des réponses appropriées. Mais elle va également de l’avant en direction des (très) petites entreprises (*) et des particuliers pour lesquels elle optimise en permanence sa relation-client : grâce au numérique (**) et à l’action de ses conseillers, les premiers à avoir adopté l’outil de gestion le plus avancé : Salesforce. Multipliant les partenariats structurants, elle progresse en activité comme en satisfaction sur ses deux marchés de prédilection.

 

Innover, ça commence par soi-même…
De plus, ainsi que le rappelle Stanislas Bressange, son Directeur Général Délégué : « La Mutuelle Générale met en oeuvre ses ambitions de développement grâce à un mode de gouvernance unique symbolisé par son Directoire, structure collégiale renforçant les liens entre acteurs politiques et opérationnels. En favorisant la transversalité entre ses pôles de compétences, elle garantit une gestion concertée de ses projets stratégiques et impulse une réelle dynamique collective privilégiant l’interactivité, la concertation et l’expression des adhérents. » Ce mode de gouvernance innovant, La Mutuelle Générale le puise dans sa volonté de promouvoir l’économie sociale. « La santé a toute sa place dans ce modèle qui démontre qu’il est possible d’entreprendre autrement en misant sur le long terme. Société de personnes à but non lucratif, La Mutuelle Générale inscrit d’ailleurs sa stratégie dans la durée, au seul bénéfice de ses adhérents. Sa gouvernance démocratique, son autonomie de décision et de gestion et son indépendance financière permettent ainsi à toutes les directions de travailler sereinement pour fidéliser nos adhérents en leur proposant de nouveaux produits et services de qualité. »

 

La technologie au service de l’adhérent
Si Stanislas Bressange a effectué son parcours principalement à l’international et au sein de secteurs d’activités très différents, c’est avant tout l’envie de mettre au service des métiers des solutions adaptées à leurs besoins qui l’a guidé : « J’ai trouvé à l’EISTI un bon équilibre entre savoir-être et savoir-faire, entre enseignements académiques théoriques et applications pratiques grâce à la mise en oeuvre de projets concrets. L’ouverture de l’école vers l’international et ma spécialisation en management ont été des atouts importants dans l’évolution de mes responsabilités. » Un stage de 2ème année, réalisé au sein du groupe SPIE lui fait découvrir la direction de la Maîtrise d’Ouvrage (MOA ), « qui impose, avant toute considération technologique, une bonne compréhension des besoins York en tant que Chef de projet « Business Development ». Chez Henkel, il dirige ensuite la MOA pour les activités commerciales et logistiques, puis se voit confier la direction des SI pour la France, à laquelle s’ajouteront bientôt l’Afrique et le Moyen-Orient. Au sein du groupe Business Objects, leader sur le marché du décisionnel, il prend en charge la direction des SI pour l’Europe et l’Asie ainsi que la responsabilité des fusionsacquisitions pour la partie SI. Recruté en 2009 par La Mutuelle Générale, il saisit vite le potentiel différenciant que peuvent apporter les SI au monde de la Santé : « La Mutuelle Générale contribue à la transformation de notre système de santé en le rendant plus efficace et moins coûteux grâce à la bonne utilisation des technologies. Il y a encore beaucoup à faire et beaucoup de place pour innover ! » Aujourd’hui Directeur Général Délégué, il a généralisé l’effort porté sur la maitrise des nouvelles technologies et obtient les meilleurs résultats possibles dans le développement numérique de La Mutuelle Générale, devenue premier acteur digital en assurance santé.

 

Des métiers de valeur
La Mutuelle Générale recrute régulièrement. Marketing et commercial bien sûr, maîtrise des risques… sans négliger l’ensemble des fonctions support dont le SI . Un parcours multisectoriel et une expérience à l’international sont évidemment des atouts pour nous enrichir de l’expérience des autres mais nous restons aussi très attachés au savoir-être et à la motivation de d’avenir où les TIC sont omniprésentes. Il est porteur à La Mutuelle Générale de valeurs mutualistes qui offrent à des ingénieurs la possibilité de travailler, de manière précurseur, à des offres/ services de santé à forte valeur ajoutée grâce à la bonne utilisation des technologies. Il y a encore beaucoup à faire et de place pour innover. »

 

(*) Prem’s : ou comment prendre un temps d’avance…
Prem’s, c’est le Pilote Réseau Entreprise Madelin avec lequel La Mutuelle Générale a proposé l’an dernier une offre santé aux très petites entreprises et aux travailleurs non-salariés bénéficiant de la loi Madelin. Une innovation qui a si bien marché en régions-test qu’elle a été généralisée à l’ensemble du réseau d’agence.

 

(**) Premier acteur digital en assurance santé
■ À la pointe de l’innovation technologique depuis toujours, La Mutuelle Générale vit avec son temps et a fait du numérique un de ses axes de développement prioritaire… Elle en récolte les fruits.
■ 1er annonceur digital en assurance santé
■ Leadership incontesté en termes d’efficacité dans les moteurs de recherche
■ 1er site web au classement Yuséo sur l’accessibilité des offres santé sur internet (clarté de la home-page, simplicité de navigation, fluidité et simplicité dans la réalisation des devis, etc.)
■ 70% des leads provenaient du digital en 2012.

 

Les chiffres clés de La Mutuelle Générale, au 31 décembre 2012
3e mutuelle française – 13e organisme complémentaire santé français – 930 957 adhérents – 1 325 820 personnes protégées – 1 051 millions d’euros de CA – 32,8 millions d’euros de résultat net – 91 % des sociétaires recommandent La Mutuelle Générale

 

En passant : Stages & communication
« Si j’avais un conseil à donner, je rappellerai l’importance déterminante des stages dans l’appréhension concrète du monde professionnel. Il est essentiel de trouver un stage à « valeur ajoutée » qui apporte au stagiaire bien sûr mais également à l’entreprise. Les stages restent la meilleure façon de mettre le pied à l’étrier. J’aimerai insister dans un deuxième temps sur l’importance de la maîtrise de la communication dans l’évolution du parcours professionnel. Ingénieur ou spécialiste d’un secteur, le jeune cadre doit apprendre à adapter continuellement sa communication à son interlocuteur. De cette facilité à communiquer et savoir être, de cette proximité avec les autres, dépendra en grande partie la capacité à évoluer sur des postes de management. »

 

J.B.

 

Contact : sbressange@lamutuellegenerale.fr