Dossier Voile

 

Le lancement de la 3e édition de la LSC a eu lieu le 16 mars lors du Trophée des Nauticales de la Ciotat. Il sera suivi du Spi Ouest France, de la Course Croisière EDHEC et du Grand Prix de l’Ecole Navale. Chaque année depuis 2009, la LSC propose aux étudiants férus de voile de courir quatre régates de renom sur un même bateau : Le Longtze. Mais d’où vient ce concept totalement original de « circuit sportif de la voile étudiante » ?

 

EMLYON Business School, sponsor du circuit en 2011

EMLYON Business School, sponsor du circuit en 2011

 

Au commencement était le Longtze… et une poignée d’irrépressibles étudiants Pour vous raconter l’aventure de la Longtze Student Cup, ses débuts, ses acteurs et ce qu’elle est aujourd’hui, il convient sans doute de faire un léger détour par l’histoire du Longtze luimême. Rassurez-vous, nous n’aurons pas besoin de remonter à la nuit des temps, car pour ce Sportboat ultra moderne tout commença en 2007 avec l’équipe franco-chinoise de la Coupe de l’America. Composée du Team français « le Défi » et d’entrepreneurs chinois, inspirée des dessins de l’architecte néo zélandais Steve Thomson, cette équipe mit au point le Longtze, pour sa participation à la 33e édition de la célèbre régate à Valence. Depuis lors, la classe s’est rapidement développée en Asie et en Europe où elle devient une série de référence pour la compétition. Aujourd’hui, la société Longtze Yacht travaille à rassembler de plus en plus d’adeptes du Longtze, un navire dont elle peut être fière puisque qu’il a reçu le prix du meilleur voilier 2009 lors de la 5e édition à Shanghai de l’Asia Boating Award. Non content de sa voilure surdimensionnée qui prend le moindre souffle de vent, le Longtze Premier ne cessait de faire gonfler les rangs de ses supporters, de l’Asie à l’Europe, de la régate professionnelle à la régate étudiante… Et c’est en 2009, que deux étudiants lyonnais décidèrent de s’associer à Longtze Yacht pour créer la Longtze Student Cup, premier circuit sportif de la voile étudiante, tout entier dédié à notre fin coursier.

« Le Club Voile EMLYON est organisateur de nombreux événements. La Longtze Student Cup est un projet récent et très prometteur qui a pour vocation de stimuler la compétition étudiante de la voile. Notre circuit passe par de prestigieuses régates françaises, mais propose également différents week-ends d’entrainement. La LSC forme ses équipages tout au long de la saison, ce qui les professionnalise et augmente encore la compétitivité du circuit. » Floris Bakker, président du Club Voile EMLYON

 

Outre ce bateau qui les faisait rêver, il y avait sans doute en eux cette pointe d’excitation qui accompagne les projets audacieux et qui habite encore les étudiants du Club Voile EMLYON responsables de l’édition 2012. Ils sont une quinzaine cette année, à reprendre fièrement le flambeau. Pour ces étudiants la LSC a d’abord la richesse de toute expérience associative : travailler en équipe, s’organiser, gérer un événement de bout en bout et dans toutes ses dimensions, être heureux du travail accompli…
Dans le cas de la LSC s’ajoute le challenge du lancement d’un tout nouvel événement qui fraye peu à peu son chemin parmi la multiplicité des propositions étudiantes. La LSC se démarque surtout par son aspect sportif : elle s’adresse aux étudiants les plus férus de voile et les mène de régates en régates sur un bateau des plus grisants. La richesse de l’expérience de la régate, les membres du Club voile EMLYON y croient aussi. Une régate c’est avant tout une expérience en équipe qui est rarement exempte de ses surprises. En mer, on doit à la fois compter avec les éléments marins, avec ses équipiers, son bateau et avec les autres équipages. Il faut donc faire preuve de maitrise technique, de maitrise de soi et d’une aptitude décuplée à communiquer contre vents et marées. De là nait une mécanique bien rodée au sein de l’équipage qui peut gérer les manoeuvres en toute harmonie, sans pour autant oublier son sens de l’humour et sa joie de naviguer. On en revient enfin, saoulé de vagues et de vent, rempli d’images bleues ou grises, du sel plein les cheveux, l’estomac perdu dans ses bottes mais surtout, le sourire aux lèvres.