L’école dans sa forme actuelle a été mise en place il y a près de 200 ans pour répondre aux enjeux de l’ère industrielle alors que le monde est aujourd’hui entré dans l’ère numérique. L’enseignement supérieur doit s’adapter et faire sa révolution dans un contexte de forte poussée des edtechs. Initialement conçues de manière silotée et standardisée, les Écoles et Universités doivent désormais former aux métiers de demain… encore inconnus ! Alain GOUDEY, Directeur de la Transformation Digitale et Professeur de Marketing à NEOMA BS

 

© Neoma Business School

Le secteur de l’éducation vit sa disruption

Mon métier de professeur c’est aujourd’hui former des étudiants à des métiers qui n’existent pas encore dans lesquels ils vont mobiliser des technologies qui n’ont pas encore été inventées afin de résoudre des problèmes que nous ne savons pas encore poser ! Vaste challenge. L’objectif des Écoles et des Universités restent le même : former les jeunes générations au monde actuel pour favoriser leur insertion professionnelle, mais le monde d’aujourd’hui n’est plus vraiment le même que celui d’il y a ne serait-ce que dix ans. Les technologies créent de nouveaux secteurs, de nouveaux métiers et aujourd’hui les études montrent que 55 % des métiers des pays de l’OCDE sont potentiellement automatisables à l’horizon de 2025 ! En même temps ma conviction est que 100 % des métiers sont impactés par la vague d’innovation actuelle. Compte tenu de cela nous sommes aujourd’hui entrés dans une ère de formation en continu et à vie pour « rester à jour ».

En même temps, il n’a jamais été aussi facile d’accéder à l’information, à des personnes ou à des programmes : nombre d’applications, nombre de personnes dans les réseaux sociaux et nombre de sites web augmentent de manière exponentielle. Il n’a jamais été aussi simple de s’informer, se former, échanger, apprendre, transmettre, communiquer et avec un appareil qui tient dans la poche et que nous avons tout le temps sur nous : le smartphone. L’enjeu d’aujourd’hui n’est plus l’accès à l’information ou l’information elle-même mais la capacité à la traiter, l’analyser et l’utiliser à bon escient. L’enjeu de formation réside clairement dans le développement de l’esprit critique et de nouvelles compétences pour s’adapter au monde actuel, qui se numérise chaque jour davantage.

Les Écoles et Universités qui ne sont pas à l’écoute de ces changements mettent en péril leurs futurs diplômés, mais également leur propre futur à moyen terme. Ne pas innover dans ses pratiques pédagogiques reviendra prochainement à disparaître dans le courant de mondialisation et de digitalisation de la formation. Le secteur vit actuellement son moment de disruption.

Innover pour former, séduire et… exister au 21e siècle

Autant le dire tout de suite, l’innovation n’est pas nécessairement technologique. Cependant aujourd’hui les technologies disponibles bousculent les démarches d’enseignement et poussent ainsi l’innovation dans les Écoles et les Universités. Alors pourquoi innover ?

Tout d’abord l’innovation permet de mieux former les étudiants. Par exemple à NEOMA Business School, l’utilisation de la réalité virtuelle immersive à grande échelle (2000 étudiants ont utilisé une étude de cas en réalité virtuelle en marketing créée par l’école en 2018) favorise l’apprentissage par l’action, l’engagement des étudiants et leur satisfaction. De plus ça permet de les sensibiliser aux enjeux liés à cette technologie et de les amener à se poser les bonnes questions par rapport à la vague technologique que nous connaissons actuellement. Ils se transforment ainsi en futurs décideurs « éclairés » au sujet des technologies.

L’innovation dans la pédagogie permet aussi de mieux répondre aux attentes des entreprises. Aujourd’hui, la résolution de problèmes complexes, l’analyse critique et la créativité sont trois compétences majeures attendues par les entreprises selon le Forum Mondial de l’Economie. A NEOMA BS nous travaillons l’ensemble de notre approche autour de la pédagogie expérientielle à travers des mises en situation concrètes (stages, associations), mais aussi des innovations technologiques (réalité virtuelle, programmation de chatbot, etc.) ou encore l’exploration de nouvelles pratiques pédagogiques par le jeu (utilisation de Legos, du dessin, etc.).

Finalement l’objectif que nous poursuivons à travers l’innovation dans la pédagogie est l’augmentation de l’intelligence humaine car aujourd’hui nous en sommes convaincus, la classe doit s’adapter aux cerveaux des apprenants (et non l’inverse) !