Après les préparatifs, le grand départ A sonné !

Nos 3 cyclistes sur le parvis de Notre Dame parés pour l’aventure

Nos 3 cyclistes sur le parvis de Notre Dame parés pour l’aventure

Déjà quelques jours que nous avons quitté le Parvis de Notre Dame, quelques jours que nous avons quitté notre petit quotidien pour découvrir la planète sur nos bicyclettes. Depuis ces quelques jours nous trainons nos 50 kilos de chargement sur les routes de France. La banlieue sud, Rambouillet, Chartres, Blois, Tours, tous ces noms de villes nous sont encore familiers, bientôt La Grande Echappée atteindra l’Espagne puis s’envolera vers l’Afrique de l’est. Pour le moment, nous parcourrons nos premiers kilomètres, nous grimpons nos premières côtes au son des gémissements de nos petits fessiers encore sensibles. Les mollets et les cuisses s’échauffent, le chargement se fait ressentir, mais le moral est au beau fixe et nous roulons bon train. Nous plantons la tente dans des champs à moitié moissonnés, au bord de l’Eure, la Loire, le Beuvron, nous profitons encore de nos contacts pour remplir nos gourdes et parfois profiter d’une nuit dans un lit douillet. Nous commençons à rentrer vraiment dans l’aventure. Difficile parfois d’inventer chaque jour une nouvelle recette de pâtes, mais à trois nous nous improvisons tour à tour cuisto et les repas sont rarement frugaux.

 

Libres !
Nous avons une pensée pour les écoliers de France rentrés il y a peu de temps. Cette année notre cartable est un peu plus lourd, mais quel bonheur de rouler chaque jour sur ces routes ensoleillées, quelle liberté de s’endormir dans une clairière, lire son bouquin au bord de l’eau puis de s’endormir en pensant aux aventures qui nous attendent encore. Parfois, le matin nous sommes réveillés par le bruit d’un chevreuil qui a décidé de faire sonner notre réveil plus tôt en piétinant les ronces. La nature en France nous n’est pas méconnue mais nous découvrons chaque jour des lieux dont la beauté en ferait frémir plus d’un.

 

Destination ‘‘l’inconnu ’’
Nous venons de quitter la Loire et ses châteaux et filons droit vers la côte Atlantique. Il fait chaud et forcément les premiers jours de vélo sont assez épuisants, bientôt la sieste de midi, nous la ferons au pied de la dune du Pila, face aux rouleaux des plages des Landes, puis il sera temps de passer la frontière espagnole et de s’enfoncer un peu plus dans l’inconnu. D’ici là, il nous reste beaucoup de kilomètres à parcourir, donc ne nous emballons pas. Comme dit, il ne faut pas tuer la peau de la bête avant de l’avoir vendue… Euh, ah non c’est l’inverse… Bon ok on est un peu fatigués !

 

La Grande Echappée ça continue, à la prochaine fois !
*On vous raconte la suite dans le numéro 61 du GEUM !
Retrouvez la grande ÉCHAPPÉE sur notre site www.journaldesgrandesecoles.com

 

CONTACT :
comesabran@hotmail.fr
http://lagrandeechapee.wix.com/tourdumonde