Eve-Laure Boutonnet, Ingénieur du corps des Ponts, Eaux et Forêts, Actuaire et MBA, est le Directeur Général de Direxi, société de courtage en assurance appartenant au groupe 3 Suisses International. Elle combien la double formation ouvre des opportunités de choix et des fonctions passionnantes dans les secteurs de l’assurance et de la finance.

Eve-Laure Boutonnet, Ingénieur du corps des Ponts, Eaux et Forêts (99), MBA (2000), Actuariat (2004), est le Directeur Général de Direxi, situé à Lille Wasquehal (59).

Eve-Laure Boutonnet, Ingénieur du corps des Ponts, Eaux et Forêts (99), MBA (2000), Actuariat (2004), est le Directeur Général de Direxi, situé à Lille Wasquehal (59).

Comment se décline au quotidien l’activité de Direxi ?
Issu du groupe 3Si, qui déploie des activités complémentaires de e-commerce particuliers (3 Suisses France, Becquet, Helline, Vitrine Magique…), e-commerce entreprises (JM Bruneau…) et de services aux e-commerces (Mondial Relay, Contentia…), Direxi oeuvre depuis d’assurance, comme courtier d’assurance et de réassurance. Nous comptons 30 collaborateurs et notre chiffre d’affaires s’élève à 15 millions d’euros, avec un résultat d’exploitation à deux chiffres. Nous sommes un spécialiste du marketing direct en assurance : nous vendons des produits à distance aux particuliers. Nous mis en ligne notre site B2B en septembre et nous lançons notre nouveau site B2C en décembre, et nous combinons les techniques du web, du téléphone et du mailing pour toucher nos clients, à travers cette gestion interactive crosscanal. Direxi s’est largement développé en dehors du groupe 3Si : nous allons réaliser 80 % de notre chiffre d’affaires, cette année, à l’extérieur du groupe.

 

Quelles formes de management appliquez-vous dans la gestion de vos équipes ?
J’ai découvert chez Direxi une petite équipe, jeune (30 ans de moyenne), motivée, enthousiaste, ambitieuse au bon sens du terme, et qui adhère « comme un seul homme », une fois que les projets d’entreprise sont lancés. Des équipes fortement imprégnées de l’esprit du Nord, où la convivialité se cultive autour de repas, de soirées festives et de jogging entre collaborateurs ! En termes de management, je suis un leader très participatif. La valeur « plaisir » dans le travail, chère au groupe 3Si, se retrouve chez nous.

 

Ingénieur du corps des Ponts, Eaux et Forêts, titulaire d’un MBA, à quelles motivations a répondu votre diplôme d’actuariat en 2004 ?
J’ai obtenu mon MBA au Collège des Ingénieurs. Comme la plupart des fonctionnaires issus des grands corps, j’avais reçu une solide formation technique, mais je manquais cruellement de background en gestion d’entreprises : pas de marketing stratégique, pas de gestion de crise, peu de finances, quasiment pas de méthode managériales… Grâce aux cours intensifs du MBA, en alternance chez AXA, j’ai comblé ces lacunes et je me suis rendu compte que manager était ma priorité professionnelle. J’aime les challenges, j’aime imaginer des possibles et les concrétiser avec mes équipes. Et manager dans l’assurance, c’est très plaisant car c’est un secteur porteur, même en période de crise, dans lequel on peut jongler avec les mathématiques financières, le marketing, le business, et où il faut bien le constater, les actuaires sont regardés avec les yeux de Chimène !… J’ai durement travaillé en solo sur mon mémoire d’actuariat IAF et j’ai obtenu mon diplôme en executive. Je ne sais si cela est justifié, mais le titre d’actuaire vous confère d’emblée une légitimité dans le secteur de l’assurance. Cela permet de pouvoir décortiquer des mécanismes complexes, à travers les probabilités d’occurrence des risques. J’ai fait original pour l’époque en intégrant une approche marketing dans mon mémoire d’actuariat. C’est dans cette direction que notre métier s’oriente, et plus uniquement vers l’actuariat standard. Concrètement, l’actuariat m’aide au quotidien dans mes négociations avec les assureurs, pour créer des produits, piloter des portefeuilles clients, la sinistralité, projeter des pay-back et monter des deals rentables avec des apporteurs…

 

En quoi une double formation-Management, Ingénieur- greffée à celle d’actuaire, est-elle bénéfique et vers où permet-elle de s’orienter ?
Historiquement, l’actuaire allait travailler en direction technique, pour tarifer les risques et contribuer à fixer les pricings des produits, en se spécialisant sur les personnes (décès, hospitalisation, dépendance…) ou les biens (auto, habitation…). La double formation a agi comme une petite révolution dans notre métier. Les actuaires sont sortis des directions techniques, même si les « puristes » y demeurent. On les retrouve désormais dans les services Développement pour nouer des partenariats d’assurance affinitaire (dans les cartes de fidélité), dans les services Marketing en tant que chef de produit pour construire des offres, dans les back office pour ceux qui aiment manager des grosses équipes dans une logique de centre de coûts… ou encore en business intelligence. Hors assurance, les actuaires sont présents dans les salles de marché, dans les fonctions de « Quant », qui requièrent un très haut niveau en mathématiques financières. La double formation ingénieur-actuaire ou école de commerceactuaire permet à mon sens de trouver des spectres plus larges et plus enrichissants dans les secteurs et les postes à occuper. « Les doubles formations » se vendront beaucoup mieux, ne seront pas ciblées « Direction Technique », car elles possèdent une appétence au business et une ouverture d’esprit plus larges que l’actuaire classique.

 

Quels sont les profils de candidats actuaires susceptibles de vous rejoindre au sein de Direxi ?
Notre société est en pleine croissance et particulièrement dynamique. Nous avions un call-center d’une trentaine de personnes l’an passé. Nous en avons cinq désormais, avec 150 téléacteurs qui vendent pour Direxi ! Nous recherchons actuellement un ou une actuaire à plein temps, basé à Lille, junior avec double diplôme, pour intégrer la Direction Marketing et Partenariats : une personne qui sera en charge de construire des offres d’assurance (personnes et biens) pour Direxi et pour ses partenaires (eplayers, voyagistes…) ; de mettre en concurrence les assureurs et de négocier, de développer économiquement la réassurance. C’est un poste protéiforme rare, qui combine le courtage d’assurance et de réassurance : la personne sera bien entendu accompagnée dans sa formation.

 

A.B.

 

Contact :
eboutonnet@direxi.com