Depuis plus de 35 ans, Claire Lasvergnas (X 86, ENSAE 91), directrice Solutions & Souscription de Generali France, évolue dans un secteur de l’assurance lui aussi en pleine mutation. Une transformation synonyme d’innovation et de motivation !

 

Comment le monde de l’assurance est-il amené à se réinventer ?

La transformation est un fait réel dans le secteur. D’une part, la digitalisation nous pousse à accélérer notre vitesse d’exécution à tous les niveaux de service. D’autre part, la simplification et la transparence de nos services ont considérablement aidé à améliorer notre image de marque. Ces mutations ont, au final, complètement modifié notre relation au client. Nous sommes dans une culture permanente du changement et de la mobilité.

En quoi ces transformations sont-elles motivantes ?

Les sociétés de services comme la nôtre tournent autour de l’informatique et des hommes. D’un point de vue technologique, la période actuelle est incroyable car nous sommes d’abord passés au web, puis aux réseaux sociaux, au temps réel, et aujourd’hui à l’intelligence artificielle et à la robotisation. Des évolutions qui ne cessent de s’accélérer.

Et au niveau humain et managérial ?

L’impact est tout aussi profond. Les métiers d’exécution disparaissent et se tournent vers les tâches à valeur ajoutée qui impliquent de transformer les équipes. C’est un défi passionnant. De nouveaux métiers apparaissent en lien avec les mutations sociétales. Nous évoluons au cœur d’un mouvement qui ne s’arrête jamais et crée ainsi une vraie solidarité entre les managers.

 Quelles qualités pour s’adapter à ces changements incessants ?

On arrive dans l’assurance souvent par hasard mais on y reste par plaisir et par intérêt. Ce qui me fascine depuis 30 ans, c’est la diversité et la polyvalence « naturelle » des profils. L’assurance n’est pas un métier qui s’invente, c’est le résultat de la combinaison d’expertises variées et complémentaires qui nécessitent d’être à l’écoute, de dialoguer, de se remettre en question et d’accepter l’expertise des autres. C’est pourquoi il est indispensable d’adhérer aux valeurs de l’assurance – solidarité, mutualité, valorisation – car nous jouons un rôle social majeur. Nous sommes au service de la communauté donc si vous ne croyez pas au collectif et manquez d’humilité, vous n’avez pas votre place ici…

… et pour un.e jeune X ?

Les Polytechnicien.ne.s ont toute leur place au sein de Generali car ils peuvent occuper toutes les fonctions : finance, actuariat, management, IT, relations publiques… Suivez votre instinct et vous trouverez le poste qu’il vous faut. Mais votre expertise ne doit en aucun cas l’emporter sur vos compétences humaines !

L’ENSAE, le parfait complément de Polytechnique Pourquoi l’ENSAE ? Parce que la richesse des sciences humaines complète parfaitement les connaissances scientifiques de pointe acquises à Polytechnique. « Après 3 ans à l’X, l’ENSAE offre une grande ouverture en termes de mixité des profils et des disciplines : mathématiques mais aussi sociologie, macro ou micro-économie… C’est une excellente préparation au monde de l’entreprise. Mais votre diplôme n’est pas un passeport à vie. Une double formation de ce niveau vous ouvre les portes, mais à vous de faire les bons choix ! »

Si vous deviez choisir entre l’assurance d’hier et celle d’aujourd’hui ?

Je préfère toujours demain ! Je me projette toujours 10 ans plus loin. Donc non, ce n’était pas mieux avant. Je reste sans cesse stupéfaite de l’évolution du secteur. Tout a changé, des méthodes d’évaluation des risques, aux langages de programmation, aux motivations des collaborateurs… et les effectifs  se sont fortement féminisés à tous les échelons. On se forme tous les jours et c’est stimulant. Mais le plus motivant est qu’il reste encore tellement à faire. Cette vitesse est exaltante. Il faut aussi gérer son temps de repos pour savoir garder du recul et prendre les bonnes décisions.

« Chez Generali, vous serez écoutés, entendus et on vous donnera rapidement les moyens d’agir. »

Contact : claire.lasvergnas@generali.com

 

EDF : l’immobilier cœur du réacteur