De gauche à droite : (*) Tamym Abdessemed Directeur Académique et de la Recherche (**) Kamel Mnisri Professeur associé au département RH et comportement organisationnel (***) Gérald Duffing, ICN Business School, Directeur du Programme Grande Ecole

De gauche à droite : (*) Tamym Abdessemed Directeur Académique et de la Recherche (**) Kamel Mnisri Professeur associé au département RH et comportement organisationnel (***) Gérald Duffing, ICN Business School, Directeur du Programme Grande Ecole

Nous vivons dans un monde où au management répond désormais à des critères de qualité portés par des logiques d’accréditations nationales et internationales qui induisent partout des figures imposées ! Dans le même temps, nos vieilles économies sont secouées par un impératif de compétitivité et d’innovation sans précédent (marchés non homogènes, « glocaux » technologies évolutives, co-opetition, hyper-mobilité des cadres…). Le manager formé doit donc être créatif, agile dans sa pensée, et à la source de solutions par essence non standardisées et non figées, imaginées et portées en interagissant avec des ingénieurs, des designers, des juristes de tous horizons et de toute nationalité. Il se doit donc de produire des cadres d’analyse et des solutions à la fois interdisciplinaires, renouvelés, actionnables, multiculturelles et même futuristes ! Encore faut-il les y préparer !
La créativité organisationnelle est en fait une question difficile à appréhender et insaisissable mais centrale. Même si elle est souvent mal définie, retenons qu’il s’agit de la capacité à mobiliser efficacement, dans un environnement sous contraintes, le potentiel créatif des équipes pour créer des produits, services ou procédés nouveaux, utiles et créateurs de valeur pour l’entreprise. De nombreuses théories ont été développées pour cerner les contours de la créativité organisationnelle et mieux comprendre les facteurs qui l’animent (motivation, personnalité et des styles cognitifs, attributs cde celles-ci, …). La créativité est un processus qui catalyse la résolution des problèmes de manière novatrice, le processus d’amélioration de la qualité, et le processus d’innovation. C’est donc un outil stratégique. Pour exploiter leur potentiel concurrentiel, les organisations doivent pouvoir cultiver la créativité, mobiliser leurs ressources spécifiques et savoir aussi les protéger.

 

LA CRÉATIVITE EN ACTION
• Les « Projets Associatifs », obligatoires, développent l’engagement et l’autonomie.
• Les « Creative Business Days » réunissent, en tout début de cursus, les étudiants d’ICN Business School et de l’ENSMN pendant une semaine avec un but précis : comprendre l’innovation et la mettre au service des entreprises, avec une préoccupation de développement durable.
• Les « Creative Awards » s’adressent aux étudiants ICN de première année : c’est un exercice de type « page blanche », où des groupes d’étudiants sont libres d’explorer toute idée nouvelle, mais attention : elle doit déboucher sur une réalisation concrète dès le second semestre.
• Les « Ateliers ARTEM », en deuxième année du PGE : autour de projets réels d’entreprise, les étudiants travaillent ensemble toute l’année chaque vendredi pour produire des solutions originales et transdisciplinaires. Chaque année, le comité pédagogique ARTEM composé des trois Ecoles, dresse la liste des thématiques de l’année !
• Enfin, bientôt les « ARTEM Innovation Contest ». Durant une semaine, des équipes pluridisciplinaires d’étudiants s’affronteront sur des problématiques réelles et complexes apportées par les entreprises de la Grande Région.

 

À ICN Business School, nous avons misé sur et le développement des capacités créatives des étudiants. Le but, instaurer le « critical thinking » autant que le « creative thinking », en favorisant l’ouverture, la diversité des expériences, l’expérimentation et la résilience et en promouvant à l’Ecole un « écosystème » propice à l’expérimentation et à la création.
Premier principe : nous alternons des activités « flash », intensives sur quelques jours, et des activités de longue durée, qui peuvent occuper toute l’année académique.
Deuxième principe : nous favorisons des collaborations entre étudiants issus de différentes formations. Dans le cadre d’ARTEM , les artistes de l’ENSAN et les ingénieurs de l’ENSMN rejoignent nos propres étudiants pour réfléchir et porter des projets.
Troisième principe : nous proposons à la fois des projets professionnels et personnels : les premiers sont issus d’entreprises partenaires, les seconds sont des projets libres de type « page blanche » pour « vivre des expériences nouvelles ».
Quatrième principe : ce sont l’autonomie et le développement personnel qui sont catalyseurs de créativité, favorisons- les !
Cinquième principe : on a le droit de se tromper, c’est une expérience utile !
L’approche ICN permet donc le développement d’un leadership fondé sur une pensée créative qui se construit pas à pas dans un environnement favorisant à la fois la norme et la différence !

 

Tamym Abdessemed (*), Kamel Mnisri (**) et Gérald Duffing (***) ICN Business School