La Comédie-Française étant la gardienne de la tradition théâtrale française dont Molière tient le flambeau, nous avons rencontré Patrick Belaubre, Secrétaire Général de cette institution mythique, pour évoquer le monde du théâtre français.

Patrick Belaubre, Secrétaire Général

Patrick Belaubre, Secrétaire Général

L’acte de naissance
Premier théâtre de France par son ancienneté et sa taille, la création de la Comédie-Française remonte à Louis XIV qui, en 1680, réunit différentes troupes en leur octroyant le privilège de jouer en français à Paris. Depuis cette date, le jeu n’a jamais été interrompu. La Comédie-Française comprend la Salle Richelieu de 876 places, le Théâtre du Vieux-Colombier et le Studio-Théâtre.

 

Quelles sont les caractéristiques de la Comédie-Française ?
La Comédie-Française repose sur trois piliers. La Troupe, le Répertoire et l’Alternance. C’est le seul théâtre qui entretient une troupe permanente conséquente de 62 comédiens ayant le statut de pensionnaire ou de sociétaire. Son répertoire, en perpétuelle mutation, comprend 2 683 pièces, entrées régulièrement depuis sa création. Chaque année de nouveaux auteurs classiques ou contemporains font leur entrée au répertoire de la Comédie-Française. Chaque semaine, entre trois et sept spectacles différents se jouent en alternance dans les trois salles parisiennes, les comédiens pouvant interpréter plusieurs rôles par semaine, voire par jour. Des tournées régulières sont organisées en province (100 dates par an) et dans les pays étrangers, les représentations étant alors données en langue française sous-titrée.

 

Quelle est votre fonction exacte ?
Secrétaire général de la Comédie Française, j’ai en charge l’ensemble des services en direction des publics et la coordination de la communication des trois salles. Historiquement le secrétaire général est également le porte-parole de l’administrateur général de la Comédie-Française lui-même nommé par le président de la République.

 

Comment percevez-vous l’évolution du théâtre ?
Le théâtre demeure un art de l’instant, un art d’essence « archaïque » où un groupe d’individus (les spectateurs) regardent un autre groupe (les comédiens) qui transmet les mots du poète. Art du présent et de l’éphémère, l’oeuvre existe uniquement par le regard que lui portent les personnes assises face à une scène. L’art du comédien évolue en permanence. Au cours des cinquante dernières années le cinéma a probablement apporté au théâtre une notion de réalisme, de recherche du « vrai », à l’encontre d’un style déclamatoire qui prévalait encore au milieu du siècle dernier. Le metteur en scène, dont la fonction n’apparaît qu’au milieu du 20e siècle, apporte désormais sa propre vision, en choisissant des partis pris dramaturgiques à partir d’une lecture personnelle du texte. Les avancées technologiques et une pluralité de disciplines complémentaires – comme la danse, le cirque, la peinture ou la sculpture – ont également contribué à la transformation du jeu théâtral au cours des ans.

 

Pensez-vous qu’il existe des enjeux de la culture théâtrale pour l’économie ?
Si l’impact direct de ce travail d’artisan – sans reproduction mécanique – sur l’économie, est faible, il en va différemment de ses effets indirects et induits. La France ne doit-elle pas, pour une large part, à sa culture le fait d’être le pays le plus visité au monde ? La culture patrimoniale d’un pays provient également de l’imaginaire artistique, le patrimoine de demain se construisant aujourd’hui. La culture est également un vecteur extrêmement important de l’attractivité des territoires. En outre, le théâtre défend la langue et les idées de notre pays, tout en contribuant au rapprochement avec d’autres cultures.

 

Quels sont les différents métiers liés au théâtre ?
Il existe à la Comédie-Française précisément 22 métiers d’artisanat liés à la création théâtrale, sans compter ceux qui relèvent de l’administration, de la gestion et de la direction des structurelles culturelles. Des techniciens supérieurs s’occupent du son, de la lumière…, et on trouve également des ingénieurs dans les ateliers de construction de décors.

 

Quel est l’intérêt de cette culture pour les futurs diplômés de l’enseignement supérieur ?
La culture et l’art sont essentiels pour le développement et le rayonnement des civilisations. Les grands textes universels nous nourrissent, tout en nous permettant de comprendre le monde qui nous entoure. La forme collective et la dimension artistique du théâtre tendent à établir un équilibre dans une époque qui repose sur la vitesse et l’individualisme. Lorsqu’on se retrouve dans des situations professionnelles complexes, l’humanité et la capacité à comprendre ce que l’art peut nous apporter fait souvent la différence. Plaisir à saisir Les partenariats conclus avec les établissements d’enseignement supérieur offrent des tarifs réduits pour les étudiants.

 

Pour tous renseignements : www.comedie-francaise.fr

 

Patrick Simon