En Chine, il y a un ancien proverbe : on peut savoir le caractère d’une personne par son écriture manuscrite, ce qui indique que l’écriture révèle un genre d’identité. Par conséquent, les chinois attachent la plus grande importance à la calligraphie.

L’histoire de la calligraphie chinoise commence en 1 600 avant Jésus-Christ quand les caractères chinois ont été créés. A cette l’époque, nos ancêtres gravaient des caractères sur des os d’animaux ou des carapaces de tortue, les caractères étant essentiellement figuratifs. Au fil du temps, le support sur lequel on écrivait a évolué du cuivre, à la latte de bambou relié avec du papier de riz que l’on utilise le plus souvent aujourd’hui pour faire de la calligraphie. En ajoutant le pinceau, l’encre et la pierre à encre, tous les chinois possèdent les  » Quatre trésors du Cabinet du Lettré « . Au-delà de l’évolution des matériaux, la structure des caractères est devenue plus simple, les traits devenant de plus en plus réguliers. Tout comme un bâtiment se construit à partir de briques, un caractère consiste a priori en dix traits fondamentaux, comme le montre l’illustration ci-contre qui signifie « éternité » ; par ordre, les traits sont : point, trait horizontal, barre verticale, crochet, remontant, courbe à gauche, diagonal gauche, courbe à droite. En outre les anciens ont développé plusieurs styles d’écriture, par exemple, le caractère qui signifie bonheur possède plus de cent graphies différentes. Mais tous les styles sont établis sur la base de traits simples. Par ailleurs chaque style a sa propre caractéristique : le caractère qu’on vient de voir est du style régulier où les traits sont très limpides, et qui manifeste une structure stable et puissante. Pour le même caractère du style courant à gauche, il semble plus actif ; certains traits sont liés à d’autres, donnant un rythme plus rapide par rapport au style régulier. Pour le style cursif à droite, la structure du caractère est beaucoup plus simple que les deux précédents et les liaisons entre les traits sont presque partout. Ce style reflète une caractéristique libre et débordante. A propos des trois styles, les chinois disent que le style régulier c’est comme se tenir debout, le style courant c’est comme marcher et le style de cursif comme courir. Puisque l’ordinateur se banalise aujourd’hui, il y a de moins en moins de chinois qui écrivent à la main ; mais beaucoup de gens pratiquent encore ; car dès la naissance, la calligraphie n’est pas qu’une façon d’écrire ; elle porte et témoigne d’une partie du développement culturel chinois.

 

POINT GAMMA
Xujia Zhu (promo 2012)