Jean-Pierre Helfer © C.Dupont-IAE de Paris

Le 2 juin 2014, le Conseil d’Administration de l’IAE de Paris signait une nouvelle convention de rattachement pour 5 ans avec l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Retour sur la conférence de presse donnée par son directeur, Jean-Pierre Helfer, pour qui l’Institut conserve son caractère « universitaire, public, au service de la formation continue des entreprises et des étudiants en formation initiale. »

Les enjeux du renouvellement de l’accord avec Paris-I Panthéon Sorbonne

L’accord trouvé est gage de clarté statutaire pour l’IAE de Paris. De surcroit, il lui assure une marque internationale, à travers le maintien de sa dénomination de Sorbonne Graduate Business School. Un projet de création d’un Pôle Universitaire Public de Formation et de Recherche dans le Domaine du Management est également dans les cartons. Il réunira sous une marque ombrelle l’IAE de Paris, l’Ecole de Management de la Sorbonne et le Centre de Formation Panthéon-Sorbonne, sans pour autant diluer l’identité propre de chacune de ces structures. Avec ses 120 enseignants chercheurs, 5000 étudiants et 150 doctorants, il deviendra l’un des pôles universitaires de Management les plus importants de France. Notons enfin que l’accord ira de pair avec deux défis internes en termes de locaux : paiement d’un loyer au prix du marché pour les bâtiments de la rue Broca, et migration des étudiants en formation initiale vers le site Biopark (13e) dès septembre 2014.

Développement et extension des cursus : étoffer le portefeuille d’activité

Deux mots clés selon JP Helfer: « coopération et innovation ». Les accords existants avec Les Arts et Métiers ParisTech, ESCP Europe, Paris-Dauphine, Paris I et le CNAM seront donc approfondis. Pour ce qui est de l’innovation, l’IAE va s’employer à développer ses cursus dès septembre 2014. La formation initiale sera étoffée, avec la création de deux nouveaux masters: le Master Marketing Management de la marque et communication, et le Master Conseiller Expert Banque de réseau. Ce dernier sera réalisable en apprentissage, voie de formation qui concerne 70 % des étudiants de masters et a fait le succès de l’IAE parisien. Enfin, la licence pro grande distribution sera étendue à la création d’un master Distrisup. Du côté de la formation continue, on se souviendra de la création d’un diplôme universitaire Management Transversal des Risques. Aussi, le cursus sera modernisé, grâce au développement du blended learning.

Mettre l’accent sur la recherche
Bien qu’il en existe déjà quatre, l’IAE investira pour la rentrée 2014 dans la création de deux nouvelles Chaires de Recherche, dans la Banque et la Finance. Chacune devrait être dotée d’un budget allant de 100 à 300 000 euros. Des partenariats avec de grands groupes sont, dans cette optique, en cours de négociation. L’IAE intègrera également l’Ecole Doctorale de Management de la Sorbonne en tant qu’observateur puis, au bout de 2 ans, membre à part entière.
Une structure attractive à taille humaine « Il n’a jamais été question pour l’IAE de changer d’identité ou de devenir un établissement pharaonique ». Les candidatures en formation initiale (391 étudiants) ont pourtant explosé : + 40% pour septembre 2014. JP Helfer voit dans ce chiffre l’engouement pour l’opportunité récente de pouvoir réaliser les deux années de master à l’IAE : 50 % des étudiants de M2 sont aujourd’hui issus d’un M1. En plus d’être gagnante pour les entreprises qui proposent des contrats d’apprentissage en deux ans, cette mesure a largement permis de capter des étudiants à l’issue de la L3. Pour 80 places en M1, l’IAE peut aujourd’hui se vanter d’avoir reçu plus de 1000 candidatures. Face à la demande, faudrait-il gonfler les effectifs étudiants? « A moins d’augmenter le nombre d’enseignants, non. Notre communauté se base sur l’encadrement, et refuse toute forme d’anonymat ». Une structure de plus en plus attractive, donc, mais à taille humaine.
Manon Dubois