Paris, le 15 novembre 2011. L’UPMC et sa fondation partenariale lancent, avec le soutien de RTE (Réseau de Transport d’Electricité), deux chaires de recherche dans le domaine de la robotique. L’une des chaires portera sur les mini drones autonomes et l’autre sur les systèmes robotiques d’intervention en milieux contraints1. RTE soutient leur création à hauteur de 3 millions d’euros répartis sur 5 ans, soit le montant le plus important que l’université ait reçu d’une entreprise dans le cadre de sa fondation partenariale. RTE renforce ainsi ses actions de recherche et développement en faveur de l’usage de la robotique pour innover sur les méthodes de maintenance de son réseau. RTE souhaite tirer parti des progrès technologiques réalisés en robotique et ainsi améliorer l’efficacité des opérations réalisées et la sécurité des opérateurs.

 

 

Les recherches seront réalisées au sein de l’Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (ISIR) de l’UPMC. Des chercheurs spécialisés dans la mécanique, l’intelligence artificielle, le traitement du signal ou l’automatique pourront être associés à ces recherches. Le financement des chaires couvrira le salaire des titulaires, l’achat de matériel et le recrutement d’ingénieurs de recherche et de thésards… Elle fournira aussi un cadre privilégié aux étudiants de l’UPMC, qui recherchent un stage lié de près ou de loin, à ces thématiques.

Les mini drones autonomes sont des robots volants. Ils sont désormais déployés à large échelle dans le cadre d’opérations militaires et des applications civiles sont en cours de développement. Cette technologie progresse rapidement, le principal frein actuellement étant lié au vol dans des conditions aérologiques difficiles et des environnements complexes en toute sécurité. La chaire mini drones autonomes prendra en charge la recherche sur les robots de type drone pour les rendre à terme plus opérationnels et étendre leur potentiel d’utilisation, notamment dans des environnements complexes. Elle cherchera également à développer des applications dédiées à l’inspection et à la surveillance de structures, notamment le diagnostic des infrastructures de RTE (pylônes et lignes) afin d’optimiser les opérations de maintenance. Cette chaire est dirigée par Pascal Morin dont les activités de recherche se focalisent sur la conception automatique, la modélisation et le contrôle des systèmes robotiques redondants.

La chaire Systèmes Robotiques d’Intervention en Milieux Contraints est dédiée à la conception et au développement de méthodes et d’outils associés, pour développer des systèmes robotiques dédiés à des applications industrielles en milieux contraints. Le « robot de demain », dédié à la maintenance industrielle, serait pensé comme un outil d’assistance. Ces travaux porteront particulièrement sur la maintenance d’installations électriques à haute tension (postes de transformation électrique et pylônes). Grâce à une interface très ergonomique, les équipes de RTE pourront choisir le mode de fonctionnement du robot : automatique, guidage, apprentissage… Le robot serait alors adaptable à de nombreuses interventions. Cette chaire est dirigée par Vincent Padois, maître de conférences en Robotique et en Informatique à l’ISIR depuis 2007.

 

A propos de l’UPMC
L’UPMC, principale héritière de la faculté des sciences de la Sorbonne, est le plus grand complexe scientifique et médical universitaire français. Toutes les grandes disciplines scientifiques et médicales y sont enseignées sur les 18 sites de l’université : chimie, électronique, informatique, mathématiques, mécanique, physique, sciences de la terre et de l’environnement, sciences de la vie et médecine. Les recherches développées à l’ISIR sont plus particulièrement tournées vers les applications émergentes de la Robotique et des Systèmes Intelligents dans les domaines des sciences du vivant et des sciences biomédicales ou sont liées aux neurosciences et aux sciences de la cognition. Elles portent d’une manière générale sur la modélisation, l’analyse et la conception de systèmes dynamiques et de systèmes de perception. Ces recherches donnent lieu à des travaux fondamentaux qui sont très souvent associés à des développements expérimentaux. L’UPMC en chiffre… une communauté universitaire de 10 500 personnels (UPMC et hébergés) dont 8 200 en recherche ; 32 000 étudiants dont 7 000 étrangers ; 2 000 diplômés de master ; 200 ingénieurs ; 126 laboratoires ; 3 400 doctorants et 800 thèses soutenues chaque année. L’université est, avec l’université Panthéon-Assas (Paris 2) et l’université Paris Sorbonne (Paris 4), membre fondateur de la Fondation de Coopération Scientifique « Sorbonne Universités.

 

Contact presse UPMC :

Claire de Thoisy-Méchin : 01. 44. 27. 23. 34. – 06. 74. 03. 40. 19
claire.de_thoisymechin@upmc.fr
www.upmc.frwww.pro.upmc.frwww.upmc-tv.fr www.sportupmc.fr