les 40 ans de la promotion 72

 

Jean-Jacques LEBEL, s’est engagé depuis 30 ans au sein du groupe L’Oréal, leader mondial des cosmétiques, au service de toutes les beautés du monde. Vice président et directeur général produits grand publ ic, cet ESSEC 72 dont la formation a décuplé l’envie d’entreprendre, fait souffler l’Esprit L’Oréal sur ses équipes et batît le futur de la beauté.

30 ans de succès marketing
Jean-Jacques Lebel entre chez L’Oréal en 81. Vice président de L’Oréal et directeur général de la Division Produits Grand Public (DPGP), il pilote un portefeuille de marques qui représente 52.5% du chiffre d’affaires du Groupe, plus de 20 000 personnes et 23 usines. En 30 ans de marketing, peu de personnes ont vu autant de produits et de marchés. Une des caractéristiques de la division, qui détient des positions importantes sur les grands marchés mondiaux de la cosmétique, est d’avoir assez peu de marques. En 20 ans, elle est devenue n°1 du maquillage avec les marques Maybelline et L’Oréal Paris, présentes partout dans le monde. Grand joueur du capillaire et leader mondial en coloration capillaire avec les marques L’Oréal et Garnier, n°1 des produits pour les populations d’origine africaine avec la marque SoftSheen Carson, la division est aussi un acteur majeur en soins du visage. Elle avance ses pions sur les marchés du déodorant, du rasage et des soins pour le corps et vient d’acquérir la marque iconique Essie, spécialiste des ongles. « Nous avons de quoi alimenter la croissance avec nos marques actuelles et nos marques en gestation et nous combinons le rôle moteur et d’innovation de l’Europe et celui des pays en croissance pour accroître notre position de leader mondial. » Pour séduire 1 milliard de consommateurs de plus dans les 10 ans, L’Oréal est parti à la conquête du marché masculin, notamment avec les gammes Men Expert de L’Oréal Paris et Garnier qui rencontrent un succès considérable.

 

les 35 ans de la promotion 72

 

Jean-Jacques Lebel, ESSEC 72, vice-président, directeur général division produits grand publ ic L’Oréal

Jean-Jacques Lebel, ESSEC 72, vice-président, directeur général division produits grand publ ic L’Oréal

 

 

L’ESSEC a décuplé mon envie d’entreprendre
« Il faut d’abord le bon moteur: l’envie d’entreprendre, de faire des choses. Le fait d’avoir un diplôme de grande école est une forme de reconnaissance qui vous donne ce supplément de confiance en vous qui décuple votre envie d’entreprendre, de prendre des risques. C’est vrai pour l’ESSEC, comme pour toutes les grandes écoles de commerce ou d’ingénieur. Les années à l’ESSEC ont été une période de grande liberté. J’y suis entré en 69, à une époque où on pouvait aller en Inde en voiture, on avait peur de rien. Nous étions des post soixante huitards, la dernière promotion rue d’Assas. J’avais un job à mi-temps. Les jeunes des grandes écoles ont beaucoup de chance, tout leur est possible. Mais c’est toujours le moteur personnel qui fait la différence. »

 

Passion
L’oréalien passionné de voyages
Les métiers de L’Oréal, modèle d’entreprise éthique construite autour de valeurs fortes, sont des métiers de passion pour la beauté. Loréalien passionné par son entreprise, Jean-Jacques Lebel est aussi un passionné de voyages et de découvertes. « J’aime toujours les voyages, je ne suis jamais fatigué des voyages, j’aime tous les pays, mais j’ai toujours eu une faiblesse pour l’Inde qui change sans perdre son âme. L’Oréal m’a donné l’occasion de vivre mes passions : la beauté, découvrir et entreprendre. »

 

La recette du succès chez L’Oréal,
c’est la conjugaison d’une idée originale et d’une formule gagnante : Elnett, la laque qui s’élimine au plus léger brossage, Free Style Mousse, mousse de coiffage « tenue durable et volume sans coller », Casting Crème Gloss, 1ère coloration reflets brillance sans ammoniaque, Dream Matt Mousse, fond de teint fondateur de Maybelline depuis 2000 et Nutrisse de Garnier, « des cheveux nourris, une couleur plus belle ». « Les succès se forgent à travers la confrontation entre les hommes de laboratoire et les hommes et les femmes de marketing, qui sont des perfectionnistes. » 28 ans se sont écoulés entre le succès de Free Style Mousse et celui de Garnier BB Cream, produit malin 5 en 1, des produits qui ont créé de nouveaux marchés « Il y a bien d’autres exemples de paris gagnés, à partir d’une feuille blanche, et je peux témoigner de l’enthousiasme, de l’excitation, de l’esprit d’entreprendre qui anime toutes les équipes dans ces grands moments. Ce qui prédétermine le succès c’est l’envie de réussir, l’intuition, le sens de l’écoute, une bonne dose d’humilité et de patience et une grande force de caractère pour mener le projet jusqu’au bout. Et c’est toujours une équipe (avec la recherche, les industriels, les commerciaux, la gestion, les ressources humaines) qui permet de marquer des buts. »

 

L’esprit L’Oréal, dénominateur commun…
En matière de management, « j’ai beaucoup regardé les autres, d’autres managers. Le management, au final, c’est beaucoup d’écoute, d’exigence, de clarté dans la communication de sa vision et de ses objectifs, c’est se faire comprendre pour avoir une équipe soudée autour de soi. A partir d’un certain niveau, les gens sont des grands Loréaliens qui ont la passion, l’envie de réussir, on les fédère, on leur donne une vision, une certaine forme d’exigence. L’Esprit L’Oréal c’est cette passion, ce dénominateur commun, cette sorte de déterminisme du succès. Nous sommes sur des marchés de beauté, en croissance, extrêmement compétitifs et nous avons toujours fait mieux que le marché. Nous sommes constamment tendus pour faire mieux, la passion et la flamme sont ranimées chaque jour. » Le développement humain des collaborateurs est une des finalités de l’Oréal qui se place au 11ème rang des entreprises internationales que les jeunes diplômés souhaitent rejoindre. La gestion humaine du groupe a été saluée notamment en France, où le groupe a reçu en 2010 le Trophée du Capital Humain pour la qualité de ses initiatives. Pour rejoindre L’Oréal, il est important d’avoir envie de faire des produits. Le Groupe recrute une grande diversité de talents. Un ingénieur peut s’intéresser à L’Oréal, faire une vraie carrière industrielle ou s’essayer au marketing et se révéler un très bon homme de marketing.

Oser créer
C’est le message clé de la division produits grand public, qui va lancer en 2012 un concours pour trouver de nouvelles idées inspirées du digital. « On vit un moment de grand bouleversement dans la communication avec le consommateur. Le digital peut être vu sous l’angle de la fragmentation des audiences ou sous l’angle de la transmission virale. C’est surtout une formidable opportunité d’accélération de diffusion des messages, une possibilité de décentralisation, de donner l’envie d’entreprendre. »

 

Sur le Brésil
L’aventure latino-américaine
Directeur de la Zone Amérique Latine de 1999 à 2001, Jean- Jacques Lebel a participé à l’expansion de la zone en s’appuyant sur la croissance des deux plus grands pays de la région, le Mexique et bien sûr le Brésil. Le Brésil est aujourd’hui le plus grand marché capillaire mondial et l’un des plus gros marchés de la beauté. Dans ce pays de la diversité des cultures et des personnes, la beauté est un atout majeur, qu’il faut cultiver à travers le soin de son corps et de ses cheveux. La filiale L’Oréal Brésil a plus de 50 ans, ce qui donne à L’Oréal une connaissance approfondie du marché brésilien. Elle a également deux usines, une équipe marketing international sur place et des laboratoires, qui seront bientôt regroupés en un centre de recherche. « C’est au Brésil qu’a été inventé un des plus grands succès d’Elsève au niveau mondial : le shampooing Total Repair 5. Nous avons également une marque de maquillage locale très populaire : Colorama. L’enrichissement progressif de la population et l’augmentation des classes moyennes donnent des perspectives fortes de croissance pour la beauté et donc pour nos marques. »

 

A.M.


Contacts
jjlebel@dpp.loreal.com
www.loreal.com