32%, C’EST LA PART DES FEMMES DANS LES EFFECTIFS D’ÉLÈVES INGÉNIEURS DE L’INSA DE LYON. UN CHIFFRE RECORD POUR L’ÉCOLE LYONNAISE QUI NE COMPTE PAS EN RESTER LÀ. OBJECTIF : LE 50-50.

© C. Morel

© C. Morel

Au regard de toutes les écoles françaises d’ingénieurs, l’INSA de Lyon se place à 5 points au-dessus de la moyenne nationale en matière de parité (27 % en 2014). Comment expliquer cette attractivité auprès des jeunes filles, qui représentent habituellement une faible part au sein de ces écoles aux formations scientifiques et techniques ?

 

D’ABORD EN INTERVENANT AU LYCÉE
Avant la fin de la terminale, les lycéennes auront eu un aperçu du métier d’ingénieur et sauront le représenter grâce à des opérations de sensibilisation que l’INSA de Lyon mène dans leurs établissements. En effet, l’école est membre de l’association « Elles bougent » et grâce à cet engagement, elle peut présenter son modèle, une vision unique du profil de l’ingénieur, pensée à la fin des années 50 et toujours d’actualité. A l’époque, le recteur Jean Capelle et le philosophe Gaston Berger fondent l’INSA de Lyon pour former de jeunes ingénieurs capables de donner du sens à leur métier. Aux sciences dures vient s’ajouter un enseignement dit des Humanités, ouvert à d’autres disciplines : sportives, linguistiques, culturelles (musique, théâtre, sport, art-plastique et danse). Leur point commun : l’excellence. Aujourd’hui, cette vision humaniste a été préservée et les chiffres en témoignent, étendue au genre féminin. L’ingénieur-e INSA Lyon est un homme ou une femme doté-e d’excellentes compétences scientifiques et techniques mais aussi un citoyen, une citoyenne, capable de comprendre les enjeux de sa société et de s’inscrire dans l’évolution de son monde. Un monde où la place de la femme est de plus en plus considérée, notamment dans les entreprises, qui souhaitent plus de mixité au sein de leurs équipes dirigeantes. Et c’est pour mieux véhiculer cette tendance que l’INSA de Lyon s’investit également sur un second plan : le marrainage. Parce qu’elle favorise l’égalité des chances sur son campus, l’école a créé un système de mentorat pour les jeunes filles du Premier Cycle. Les jeunes élèves-ingénieures peuvent bénéficier d’un accompagnement individuel par une ingénieure en activité et passer au-dessus des images archaïques liées au métier.

 

EN ROUTE VERS LES 50-50
A l’INSA de Lyon, l’objectif «parité » est devenu majeur depuis 2009, avec la création du Centre Diversité Réussite. Depuis la rentrée universitaire de 2013, c’est tout le Groupe INSA, qui regroupe les écoles d’ingénieurs de Centre Val de Loire, Lyon, Rennes, Rouen, Toulouse et Strasbourg, qui affiche clairement son ouverture aux filles avec comme leitmotiv : ingénieur-e et pas seulement. L’objectif d’atteindre la parité est réaliste : 45 % des candidats au bac scientifique sont des jeunes filles. Le Groupe INSA a enregistré pour la rentrée 2014 plus de 14 600 postulants, et si la majorité d’entre eux sont des jeunes hommes, le taux de filles admises dans ses écoles est le plus haut depuis 15 ans avec 34 %. Une belle réponse à la demande des entreprises qui souhaitent désormais recruter plus d’ingénieures.

 

Par Eric Maurincomme,
Directeur de l’INSA de Lyon