Bouygues Immobilier fait tout pour développer l’esprit d’innovation de ses salariés. Y compris leur offrir de très bonnes conditions de travail, comme l’illustre sa certification par le Top Employers Institute. Explications d’éric Mazoyer (ESTP 79), directeur général délégué du promoteur immobilier.

Éric Mazoyer (ESTP 79), directeur général délégué du promoteur immobilier

Éric Mazoyer (ESTP 79), directeur général délégué du promoteur immobilier

Comment encouragez-vous les salariés à être des vecteurs de l’innovation, axe stratégique majeur de l’entreprise ?
Les collaborateurs sont invités chaque année à participer à un concours de l’innovation. Un jury retient trois des projets proposés (250 en 2014). Objectif : déboucher sur une offre commerciale. Pour cela, un comité Innovation se réunit tous les deux mois pour suivre les projets, leur allouer un budget et valider un planning. Ce qu’il faut éviter, c’est que les managers des porteurs de projets ne les freinent dans leur travail d’innovation sous prétexte que ce travail les éloigne de leurs missions au quotidien. Plus largement, l’ensemble du management doit intégrer que l’innovation est une valeur de l’entreprise. Cette valeur implique le droit à l’échec. Car lorsqu’on innove, on n’obtient pas 100 % de réussite. Cela dit, toutes nos innovations ne sont pas issues du concours ; nous en testons par ailleurs ! Par exemple, Aveltys, EMBIX ou encore le concept GreenOffice® (immeubles de bureaux à énergie positive) ont fait l’objet d’un petit groupe de travail placé sous ma responsabilité. Ce sont en quelque sorte des start-up au sein de l’entreprise ! Pour faire éclore de nouvelles offres ou de nouveaux métiers chez Bouygues Immobilier, nous faisons aussi parfois appel à des partenaires industriels.

 

« Avoir l’innovation pour valeur implique de donner le droit à l’échec »

Les innovations amènent l’entreprise à exercer de nouveaux métiers. Comment cela fait-il évoluer ses méthodes de travail et besoins de compétences ?
Alors que nous étions auparavant des promoteurs d’espaces de vie (lieux de travail, d’habitation, de distraction ou de consommation), nous sommes de plus en plus un fabricant de « morceaux » entiers d’urbain (plusieurs immeubles, un quartier…). Car les immeubles communiquent désormais avec l’extérieur (avec d’autres immeubles, avec la ville…). Nous devons suivre cette évolution vers le numérique tout en offrant des bâtiments moins chers, plus confortables et, développement durable oblige, moins consommateurs de ressources naturelles (énergie, eau…). Tout cela doit être intégré très en amont, dès la conception des immeubles. Nous avons parallèlement conçu des outils de reporting et de contrôle, et même des formations destinées aux utilisateurs des bâtiments. Ces évolutions ont fait naître de nouveaux besoins de compétences, en particulier en matière d’énergie et de gestion d’actifs immobiliers.

 

Vous enseignez à l’ESTP. Pourquoi avoir gardé ce lien étroit avec votre école ?
C’est en partie égoïste ! Le plus grave, pour une entreprise, est de se renfermer sur elle-même, dans sa bulle, dans ses certitudes. Ces interventions m’ouvrent au monde et à la vision des consommateurs de demain. Donner des cours promeut en outre la marque de l’entreprise. Cela me permet de montrer que Bouygues Immobilier innove et est entrée dans l’ère du numérique. Ce qui est très attractif pour la nouvelle génération.

 

En février 2014, Bouygues Immobilier a été certifié par le Top Employers Institute pour la qualité de son offre de valeur employeur. Que lui a valu cette distinction ?
L’entreprise a été reconnue pour sa politique salariale éthique et active, pour ses conditions de travail et le consensus social qui y règne. Elle a aussi été saluée pour sa politique de formation et d’intégration, ainsi que pour sa gestion des talents. Parmi les principaux critères d’analyse du potentiel d’évolution des collaborateurs : leur aptitude au management (nous avons d’ailleurs mis en place un cycle de formation supérieure au management). Avant, ceux qui réussissaient dans l’entreprise étaient des développeurs. Désormais, au vu de la complexité de nos métiers et de la mondialisation, les capacités de management seront un critère essentiel pour choisir les prochains responsables au plus haut niveau de la société !

 

Chiffres clés
2,510 mds€ de chiffre d’affaires
Baisse de 3 % des émissions de gaz à effet de serre corporate en 2013
37,5 % de femmes cadres
47 600 m² de Green Office® en chantier ou livrés depuis 2011
96 % du chiffre d’affaires bénéficie de certification ou labellisation environnementale

 

C.L.

 

Contact :
EMR@bouygues-immobilier. com
http://www.bouyguesimmobiliercorporate. com/