Rencontre avec Edouard Husson, directeur de l’école depuis septembre 2012.

Quelle est la place de l’Inde dans votre stratégie à l’international ?
Très importante, pour plusieurs raisons. La première, c’est que la part des étudiants non européens au sein de nos élèves est en hausse. L’Asie joue un rôle important dans ce développement et historiquement les partenariats avec l’Inde sont anciens à ESCP Europe ce qui fait que nous n’avons pas une stratégie qui serait, par exemple, toute chinoise : nous avons une stratégie orientée vers l’Asie en général, et pas seulement vers un pays. De plus, nous avons des échanges quasiment équilibrés avec sept des meilleures business schools d’Inde. Les échanges se font avec le Master in Management (MIM) dans lequel nous accueillons chaque année en moyenne une soixantaine d’étudiants indiens dont une dizaine en double diplôme, le Master in European Business (MEB) dans lequel sont inscrits chaque année une trentaine d’étudiants, et nous avons aussi des programmes d’échange en Executive Education.

 

A quand remonte la politique indienne à ESCP Europe ?
Notre politique de développement de partenariats date de 1984. Nous sommes dans un cas classique : nous avons un professeur, Jyoti Gupta (voir encadré), qui a mis en place un partenariat, puis deux, puis trois, puis sept, qui a ses réseaux professionnels, qui les entretient, qui attire d’autres professeurs de l’école pour participer à ses formations et développer la recherche conjointe, etc. Aujourd’hui, une dizaine de nos professeurs vont enseigner en Inde, et nous accueillons également des professeurs indiens ici. Mais il faut que cela s’institutionnalise. Nous faisons vraiment en sorte de construire un relais institutionnel porté par l’école de manière à consolider, élargir les échanges, développer l’Executive Education. Nous sommes arrivés à un moment où nous développons une stratégie envers l’Asie dans laquelle l’Inde est un pilier, ce qui veut dire que nous sommes encore au stade de réflexion. On peut très bien imaginer de créer des Mastères Spécialisés (MS) avec nos partenaires indiens, de développer encore plus la collaboration sur l’Executive MBA, et nous encourageons fortement les étudiants du MIM à se diriger vers l’Inde, grâce notamment aux quatre accords de double diplôme.

 

Vous parlez d’élargir les partenariats : c’est-à-dire ?
Cela signifie élargir non pas forcément en nombre de partenaires, mais en nombre d’activités menées avec ces partenaires. Notre tendance à l’international actuellement est plutôt à baisser le nombre de partenaires (maintenir dans le cadre de l’Inde). Le partenariat avec le Management Development Institute (MDI) est peut-être celui dans le cadre duquel nous avons mis en place le plus d’actions via le MIM, le MEB, des programmes d’Executive Education, et notre formation en Energy management. On peut imaginer de diversifier de la même façon nos partenariats avec d’autres établissements indiens : c’est l’ensemble de nos partenaires qui peuvent devenir stratégiques. Nous réfléchissons à des MS qui soient communs avec nos partenaires. On peut donner l’exemple de l’Executive Master in Energy management, programme né à Londres, progressivement étendu à Paris, Berlin, et Madrid, et qui prend une dimension internationale puisque le MDI s’y implique de plus en plus.

 

Existe-t-il une concurrence entre grandes écoles françaises pour attirer les meilleurs étudiants indiens ?
A mon avis, la concurrence n’est pas seulement française, mais internationale. Et je crois que l’enjeu c’est d’être capable d’offrir des conditions d’accueil, un suivi de formation, tels que savent le faire les universités britanniques ou américaines. Pour moi, c’est là qu’est le défi.

 

Début des relations avec l’Inde :
1984
Nombre d’établissements partenaires indiens :
7
Nombre d’étudiants indiens à ESCP Europe en 2012-2013 :
Environ 90

 

Jyoti Gupta, professeur à ESCP Europe, raconte le début des relations avec l’Inde…
« I joined ESCP Europe in the early eighties. » Given that I am an Indian, we decided that ESCP should look at the opportunities of developing academic relationships with Indian Business Schools. This was also the period when ESCP was starting to internationalize. Around the sixties, the Indian Government had launched an ambitious program to create top quality Business Schools « The Institute of Management-IIM ». We therefore decided to visit Indian Institute of Management, Ahmedabad (IIMA), the oldest of IIMs and probably the most reputed one. We finally signed a collaboration agreemenent in 1984. Since then we have had 7 partner institutions. »

 

Claire Bouleau