DANS LE CADRE DE SA FORMATION HUMAINE ET MILITAIRE DESTINÉE AUX ÉLÈVES-OFFICIERS, L’ÉCOLE NAVALE DÉVELOPPE DES COMPÉTENCES EN LEADERSHIP. CONSCIENTE DE LA NÉCESSITÉ DE FORMER DES FUTURS OFFICIERS CAPABLES D’ENCADRER DES ÉQUIPES ET D’INSCRIRE LEUR ACTION EN INTÉGRANT LES ENJEUX GLOBAUX (GÉOPOLITIQUES, SOCIAUX) DE LEUR ENVIRONNEMENT, L’ÉCOLE NAVALE DÉCLINE UNE FORMATION HUMAINE ET MILITAIRE AJUSTÉE PAR RAPPORT AUX ÉVOLUTIONS DU MÉTIER D’OFFICIER.

© Fotolia

© Fotolia

Aguerris à l’esprit d’équipage, convaincus que la force d’un bâtiment de surface, d’un sous-marin, d’une opération aéronavale ou commando tient à la cohésion de ses équipes et au rôle du chef en situation, les cadres de l’École navale développent avec une attention particulière la formation au leadership des futurs officiers. Ces jeunes, à la fois ingénieurs, marins et officiers seront amenés à évoluer dans des théâtres d’opérations hostiles, à bord de systèmes complexes (porte-avions, sous-marins, rafales..) et à devoir prendre des décisions, parfois difficiles : la préparation à ces futures fonctions est primordiale dans la réussite des missions confiées. Pour cette raison, ils sont sensibilisés au fait qu’ils atteindront les objectifs fixés avec le soutien de leurs équipes, et que la force de l’intelligence collective constitue un levier très puissant face aux difficultés.
Forts de cette prise de conscience, les élèves-officiers suivent un programme constitué d’activités pratiques d’aguerrissement,
de mises en situation au travers d’ateliers de leadership axés sur la cohésion, l’affirmation de soi, la gestion de la complexité à partir des moyens de l’École navale (équipements répartis sur le site de l’Ecole, simulateur…).
A ces activités développées par des experts (commandos) sont associés des enseignements qui apportent matière à réflexion et permettent de mettre en perspective la pratique. Des apports théoriques délivrés par le corps professoral de l’école et issus de travaux de recherche sur le leadership éclairent la représentation que se font les élèves-officiers des différents styles de leadership, du rôle du chef, de l’enjeu du travail en équipe, de l’intelligence collective ou encore des processus décisionnels. L’éthique est également intégrée à ces modules d’enseignement. Les élèves sont par ailleurs invités à résoudre des études de cas issues de situations réelles et reconstituées lors de travaux dirigés. Dans le cadre de projets en sciences humaines étalés sur un semestre, ils sont également amenés à réaliser un mémoire sur la thématique du leadership. Depuis deux ans, les qualités d’encadrement d’équipe et de gestion de situation complexe sont également éprouvées lors de séances de « Bridge Resource Management » qui placent des équipes passerelle sur des simulateurs de navigation. Soumis à des évènements inattendus, avec une pression de temps et un objectif de fiabilité, les chefs d’équipe travaillent la gestion des priorités dans des situations complexes. Ils reçoivent après chaque « quart » un débriefing délivré par des experts (instructeurs, enseignants).

 

Un savoir-faire qui attire d’autres populations…
Cette expérience de formation au leadership s’enrichit par le partage de connaissances avec les homologues étrangers (école navale anglaise, américaine…) mais aussi lors de séminaires organisés sur le site de l’École navale avec des étudiants d’établissements supérieurs. Depuis plus de 10 ans, les élèves de l’école croisent leur vision du rôle du chef avec les étudiants d’HEC lors d’un séminaire sur le leadership en situation de crise. Depuis 5 ans, l’École navale forme via des stages de leadership des étudiants de Supélec, Télécom Bretagne curieux de découvrir d’autres pratiques. Ces visions différentes apportent un éclairage précieux à la fois aux élèves-officiers et aux populations qui viennent suivre des formations à l’École navale. Le plaisir de partager et de croiser ces expériences contribue naturellement à la réussite de ces séminaires.
Ces stages sont ainsi proposés à des cadres d’entreprises attirés par ces problématiques et désireux de parfaire leur formation généralement à des étapes de leur carrière (nouvelles fonctions, périmètre élargi). Etudiants et cadres prennent conscience – et c’est bien l’intérêt de ces formations – que dans l’exercice de leur métier, dont la complexité évolue avec le niveau de responsabilités, l’efficacité de leur action tiendra évidemment à leurs compétences techniques mais aussi à des qualités de meneurs d’hommes !

 

Par Sophie Le Bris,
Dr en sciences de gestion RH Responsable de la formation académique à l’Ecole navale