Grenoble Ecole de Management a entrepris, il y a 2 ans, de changer la grille des Evaluations des Enseignements par les Etudiants (EEE) qui était en place depuis plus de 20 ans. Objectif : faire participer les étudiants d’une façon responsable à la construction d’un enseignement de qualité.

 

© Fotolia

© Fotolia

 

 

Mesurer la qualité de l’enseignement pour progresser
La satisfaction du client est un facteur-clé de succès des entreprises, et la mesurer fait partie des bonnes pratiques du marketing. Dans ce sens, les grandes écoles de commerce et de management se doivent de suivre la satisfaction de leurs deux types de clients : la satisfaction des entreprises et de leur environnement économique d’une part, et celle des étudiants d’autre part. La première est traditionnellement évaluée chaque année au travers de la réussite des diplômés. La seconde, la satisfaction des étudiants, fait l’objet d’attentions certainement plus variables de la part des écoles.
A Grenoble Ecole de Management, nous mesurons depuis longtemps la satisfaction des étudiants à l’égard de chaque cours suivi mais aussi à la fin de chaque année universitaire et dans les trois ans qui suivent leur diplomation (notamment en les interrogeant sur l’adéquation entre les compétences développées dans le cadre du programme suivi à GEM et leurs besoins en entreprise).
L’enquête réalisée à la fin de chaque module a été mise en place pour la première fois il y a plus de les cours très exigeants, et que des enseignants tombent dans le travers de la démagogie. La réalité a montré le contraire : nos étudiants comprennent bien leur intérêt et plébiscitent les cours où ils ont conscience d’apprendre beaucoup et de développer les compétences dont ils auront besoin en entreprise. Grâce aux réponses des étudiants et au dispositif en place, les enseignants reconnus ont été valorisés, les enseignants en difficulté se sont formés, les modules moins appréciés ont été retravaillés, des méthodes pédagogiques ont fait école, etc. Puis une stabilisation du score moyen est apparue avec une satisfaction moyenne de 4,0 /5. Pour progresser, nous avons fait le choix de responsabiliser nos étudiants vis-à-vis de la qualité de leurs enseignements.

 

Responsabiliser les étudiants
Une nouvelle grille d’évaluation a ainsi vu le jour. La grille quantitative est centrée sur l’évaluation des méthodes pédagogiques utilisées au travers de l’intérêt pour la matière ressenti par les étudiants, leur compréhension des concepts et méthodes, et d’une façon plus globale, leur perception du développement de leurs connaissances et compétences. Elle mesure ainsi la qualité des enseignements telle que perçue par les étudiants et va au-delà de la satisfaction mesurée jusqu’ici. L’école invite ses étudiants à faire cette évaluation d’une façon responsable, respectueuse et constructive selon deux axes : expliquer, dans une zone de commentaires libres, ce qui à leurs yeux a favorisé ou gêné le développement de compétences et suggérer des améliorations. Il ne s’agit en aucun cas pour les étudiants de porter un jugement de valeur, mais bien de prendre du recul sur la façon dont ils ont vécu le module. Ces évaluations permettent ensuite à l’équipe d’enseignants de faire évoluer au mieux les cours et les programmes.
L’évolution de cette enquête est en fait la première pierre d’un changement important de posture des étudiants : les étudiants doivent agir en tant que co-responsables de leur développement de compétences. C’est ainsi qu’ils apprennent le plus, qu’ils se préparent le mieux à leurs futures vies professionnelles, car ils se posent les bonnes questions, ils prennent conscience de leurs besoins actuels et futurs, de ce qui leur convient et de ce qui leur convient moins bien, et ils prennent goût à être acteur de leur vie. Bien au-delà de l’évolution de cette enquête, ce changement de posture porte aussi le GEM Learning Model, le modèle pédagogique que nous avons lançé à GEM à cette rentrée, et la constitution du Sénat des étudiants.

 

Par Marianela Fornerino, Professeur à Grenoble Ecole de Management
et Armelle Godener, Directrice de la Pédagogie à Grenoble Ecole de Management