Florence Darmon, Directeur Général de l'ESTP et Patrick Coulombel, Président de la Fondation des Architectes de l'Urgence

Florence Darmon, Directeur Général de l'ESTP et Patrick Coulombel, Président de la Fondation des Architectes de l'Urgence

La multiplication des catastrophes dans le monde a fait émerger de nouveaux besoins en termes de compétences spécialisées dans la reconstruction de l’urgence. C’est pourquoi, l’ESTP, toujours à l’écoute des enjeux actuels, ouvre dès Octobre 2011 un nouveau Mastère Spécialisé « Urgentiste Bâtiment et Infrastructures », formation jusqu’alors inédite.

Reconstructeur de l’urgence, un métier à part entière

La singularité des situations d’urgence exige des compétences et des connaissances ultra-spécifiques de la part des reconstructeurs. En effet, il s’agit d’établir dans un temps limité un diagnostic et une évaluation des dommages, ainsi qu’un plan de reconstruction des habitats et des infrastructures dans une logique de développement durable, et à partir de la technicité locale et des matériaux à disposition. De plus, cette reconstruction s’opère le plus souvent dans un contexte de drame humain, et d’instabilité politique et internationale, qui demandent des qualités de communication inter-culturelle, des capacités d’analyse du contexte de crise et 100% d’autonomie à partir de moyens logistiques limités. Les reconstructeurs de l’urgence doivent aussi savoir préserver la sécurité de leurs équipes et des individus.

Une formation axée sur l’expérience terrain

Eu égard ces impératifs, cette formation a été conçue avec la Fondation Architectes de l’urgence, et déployée en partenariat avec des organismes humanitaires ou internationaux tels que La Croix Rouge et avec des entreprises spécialisées dans la construction comme Bouygues Immobilier. Cette formation est ouverte aux diplômés BAC +5 ainsi qu’aux cadres ayant 3 ans d’expérience et une formation BAC +4. L’enseignement s’organisera sur deux semestres : un premier semestre axé sur des TD et des études de cas animés par les professionnels partenaires, qui développeront à partir de leurs propres expériences terrain les thèmes suivants : survie et autonomie, géographie, management et gestion de programme, conception et matériaux, contexte international et sécurité ; et un 2nd semestre de mission au sein d’un organisme partenaire.

Des frais de scolarité onéreux …

Cette formation a bien évidemment un coût : 11 000€, des frais de scolarité financés par l’étudiant lui-même ou par les entreprises de construction qui souhaitent former leur personnel aux situations d’urgence. Ce coût est loin d’être perçu comme une barrière à l’entrée, mais comme « un réel moyen de tester la motivation du candidat, s’il est le seul financier de sa formation », a précisé Patrick Coulombel, Président de la Fondation des Architectes de l’Urgence.

… et pour quels débouchés ?

Le besoin accru de personnel qualifié dans ce domaine promet aux futurs diplômés de nombreux débouchés, notamment au sein des entreprises de construction et des organismes humanitaires ou internationaux. Le niveau des rémunérations est assez variable d’un pays et d’une structure à l’autre, ce dernier étant par exemple très élevé au sein des organisations suisses et anglo-saxonnes.

L’ESTP cherche continuellement à répondre efficacement aux problématiques du monde d’aujourd’hui, en faisant preuve d’adaptabilité et de réactivité dans leur offre de formation. A l’image du MS UBI, l’ESTP a déjà annoncé le lancement en septembre 2012 d’une nouvelle formation en génie électrique et en efficacité énergétique.

Les candidats pourront envoyer leur dossier de candidature jusqu’au 1er Septembre 2011. La sélection s’opérera sur la base d’entretiens, où les connaissances techniques et la motivation du candidat seront évaluées, et toute déviance incompatible avec l’exercice du métier détectée. La 1ère promotion devrait réunir 25 à 30 étudiants.

AB