L’entreprise au coeur de la pédagogie de BEM

 

« Chaque entreprise a des besoins spécifiques, c’est pourquoi BEM conçoit des solutions adaptées et différenciées pour chacune d’entre elles et met en place des programmes de collaboration sur mesure en fonction de ses objectifs. »
Geneviève Audoire, Responsable des relations entreprises de Bordeaux Ecole de Management

Pour quelle raison placez-vous l’entreprise au coeur de la pédagogie de BEM ?
Une Grande école comme BEM utilise les savoirs et les savoir-faires des entreprises pour accompagner ses enseignements théoriques, même si notre triple accréditation (EQUIS, AMBA, AACSB) nous oblige à faire dispenser un grand nombre de cours par des enseignants-chercheurs. Les entreprises insufflent leurs bonnes pratiques à l’école de différentes manières. De façon habituelle, les cadres d’entreprises proposent des études de cas aux étudiants qui se retrouvent en posture de négociation dans l’entreprise. Il peut aussi s’agir d’interventions ponctuelles comme la participation à des cours afin de présenter leurs différents métiers. Enfin, ces professionnels donnent des cours plus académiques, notamment dans les mastères spécialisés.

 

Comment les entreprises participent- elles à la mise en oeuvre des formations ?
Les besoins des entreprises remontent vers nos enseignants- chercheurs qui décident en toute connaissance de cause de la pédagogie à mettre en place. Ils travaillent avec les entreprises de façon assez formelle car les contenus des 12 programmes que nous proposons, évoluent dans le cadre de commissions d’amélioration. Ces comités qui comprennent des enseignants de BEM et des professionnels issus de l’entreprise, constituent un mélange assez subtil puisqu’il est nécessaire de déboucher sur des consensus pédagogiques entre la philosophie de l’école et les objectifs des entreprises.

 

Dans quelle mesure les stages en entreprise et l’apprentissage sontils complémentaires aux enseignements de l’école ?
Les stages, obligatoires dès la 1e année, sont destinés à mettre les étudiants en situation. Ils les aident à comprendre les différentes fonctions afin d’orienter convenablement leur projet professionnel, tout en servant de tremplin à un premier emploi. En Master, leur durée peut s’étaler de 6 à 20 mois en comptant l’année-césure. A leur retour, les professeurs remarquent qu’ils sont beaucoup plus participatifs. L’apprentissage, quant à lui, nécessite à la base un projet professionnel bien défini et une grande maturité, puisque l’étudiant s’engage pendant deux ans dans la même entreprise avec le statut de salarié. Ce type d’étude qui demande une grande force de travail, les heures de cours étant identiques, accélère leur professionnalisation.

 

Quel est le degré d’implication des entreprises dans la recherche ?
Les entreprises se situent au coeur de la recherche par le biais des chaires alimentées par des problématiques d’entreprise. Si les élèves participent aux projets des chaires, la recherche entreprise/professeurs se révèle plus intense. Dans le cadre de groupes de recherche, nos enseignants travaillent avec des entreprises sur des problématiques réelles, les partenariats pluriannuels s’étalant sur en général trois ans. L’ensemble de ces partenariats, entre les entreprises et les départements pédagogiques, débouche sur des publications qui alimentent les cours.

 

Des missions en entreprise
Dans notre mastère spécialisé « Supply Chain Management », les étudiants effectuent une mission par petits groupes de 4 ou 5 à partir du mois d’octobre jusqu’au mois de mars ; elle consiste à répondre à une problématique de l’entreprise pour laquelle ils travaillent une journée par semaine. Au terme de la mission, les élèves présentent leurs « préconisations » qui seront évaluées.

 

Patrick Simon