« Être et durer » telle est la devise de Jean-Guy Bernard, directeur général de l’EM Normandie. En fonction depuis 2004, cette année marque l’arrivée de l’EM Normandie dans le paysage des grandes écoles de commerce. Aujourd’hui, il revient sur les dix ans de l’école et nous présente les perspectives d’avenir qui se profilent.

 

Jean-Guy Bernard, directeur général de l’EM Normandie

Jean-Guy Bernard, directeur général de l’EM Normandie

« L’EM Normandie, c’est le fruit d’un travail d’équipe »
Lorsque JG Bernard arrive à la tête de l’EM Normandie, il mobilise toute l’école autour de la finalisation de la fusion qui forme l’institution aujourd’hui : ESC Le Havre et Sup Europe Caen. La première créée en 1871 possède une identité forte et dispose du statut « grande école » ; la deuxième est quant à elle une école post-Bac. Pour les réunir, il a fallu effacer les caractéristiques des 2 écoles et n’en créer qu’une seule. En 2006, cette étape est aboutie grâce au statut associatif loi 1901 de l’EM Normandie. « Être c’est exister, mais cela ne suffit pas, il faut faire perdurer ce que l’on créé. C’est le fruit d’un travail d’équipe ! » Pour durer, JG Bernard suit le modèle des autres écoles de commerce en s’orientant vers une croissance interne et externe : ouverture de campus à Deauville, Paris et Oxford, recrutement de nouveaux professeurs, recherche de partenariats étrangers et d’accréditations etc. Au regard de ces 10 ans, un plan stratégique – « Valeurs et Performances » – est lancé de 2013 à 2017.

 

« Chaque école doit agir selon sa propre histoire »
L’EM Normandie met son histoire au coeur de son fonctionnement : « chaque école a son histoire propre, et toutes les stratégies ne fonctionnent pas de la même manière. Nous devons adapter nos choix à notre histoire. » L’EM Normandie se distingue par sa situation géographique : 2 campus maritimes (Le Havre et Deauville) sont mis au centre de la formation pédagogique, la question maritime et les logistiques portuaires. De cette façon, les étudiants gardent un attachement à leur région et ont un regard concret sur les relations commerciales. « Il est essentiel de mettre nos compétences au service de nos territoires. » Pour entretenir cette proximité, le réseau des anciens diplômés est renforcé avec le « Plan Carrière ». Grâce à l’ancienneté de ESC Le Havre, l’EM Normandie jouit d’un réseau d’anciens très développé qui ne cesse de croître. « Il est essentiel que les anciens rencontrent les étudiants. Nous voulons renforcer ce réseau pour aider nos étudiants à mieux se situer face à leur avenir. » L’école défend d’autres valeurs comme la responsabilité, le sens de l’honneur, le respect et l’adaptabilité. Dans un monde où les nouvelles technologies deviennent indispensables, il a semblé évident de les intégrer dans le programme pédagogique de l’école. Aussi, pionnière sur le réseau E-Learning, l’EM Normandie lance le projet SmartEcole. Depuis septembre 2013, des tablettes numériques sont mises à disposition des élèves et professeurs leur donnant accès à la nouvelle plateforme E-learning de l’école. Ce projet vise à mutualiser les informations et facilite la communication grâce à un apprentissage multimodal.

 

Dans le contexte actuel de fusions (KEDGE BS, Neoma BS et France BS), l’EM Normandie a opté pour la voie de la collaboration avec Grenoble Ecole de Management (GEM). « Notre alliance repose sur la ‘‘mutualisation pragmatique’’. À ce jour, aucune fusion n’est envisagée. Nous restons ouverts à d’autres partenaires tant que cela ne nuit pas à notre accord avec GEM. »
Jean-Guy Bernard, directeur général de l’EM Normandie

 

Olympe Muller