Devenir un ingénieur centralien passe par une forme d’accomplissement personnel et professionnel. C’est dans ce chemin que Pierre Dreux, directeur adjoint de l’École Centrale Lyon, vous propose de vous engager en intégrant une école d’ingénieurs généralistes.

 

 

Pierre Dreux

Pierre Dreux

Intégrer une école d’ingénieurs, c’est opérer une transition du statut d’élève à celui de professionnel. Pour Pierre Dreux, « pour réussir ce passage, il faut à la fois une ouverture d’esprit et de la curiosité. Nous attendons de nos élèves qu’ils développent la capacité à s’intéresser à des sujets multiples et variés. Une attitude, voire une aptitude, essentielle alors qu’ils préparent un diplôme d’ingénieur généraliste. » L’ouverture concerne tant les thématiques scientifiques que la culture et les langues. Elle se construit par la mobilité internationale, par l’implication dans la vie associative et au contact de 50 élèves étrangers venus préparer un double diplôme. « Nous sommes également attachés à développer la curiosité de nos élèves par un éclairage de la créativité scientifique au contact de nos équipes de recherches actives dans six laboratoires labellisés CNRS. »

 

Quel ingénieur prépare l’Ecole Centrale Lyon ?
L’Ecole Centrale Lyon prépare ses étudiants à exercer des métiers qui n’existent pas encore, à utiliser des technologies qui n’ont pas encore été inventées et à résoudre des problèmes que l’on ne connaît pas encore. Grâce à de solides fondamentaux scientifiques, un ingénieur généraliste est en mesure d’endosser le rôle de chef d’orchestre afin de créer des connexions, de faire cohabiter sciences et technologies variées. Nos élèves acquièrent la capacité à devenir des ingénieurs agiles, aptes à évoluer dans la complexité.

« L’École Centrale Lyon prépare ses étudiants à exercer des métiers qui n’existent pas encore, à utiliser des technologies qui n’ont pas encore été inventées et à résoudre des problèmes que l’on ne connaît pas encore. »

 

Au travers de quel processus pédagogique suscitez-vous cette configuration intellectuelle chez vos étudiants ?
En valorisant les mécanismes de réflexion et les enseignements scientifiques qu’ils ont acquis en classe préparatoire par une nouvelle pédagogie. En les plaçant en situation de résoudre par eux-mêmes des problèmes inédits, des projets réels confiés par des industriels. En les rendant acteurs de leurs choix.

 

Comment se préparent-ils plus précisément à un métier ?
Ils découvrent dès la 1ère année la cartographie des possibles. À l’issue du tronc commun, une période de transition réalisée soit en échange à l’étranger, soit en suivant des cours dédiés à l’école, doit leur permettre de choisir parmi les électifs. Ils suivent ensuite un parcours couplant une filière métier et une option sectorielle, afin de se forger un profil personnalisé. Enfin, ils réalisent leurs travaux de fin d’études en entreprise ou en laboratoire.

 

Plus que l’épanouissement c’est l’accomplissement de vos élèves que vous souhaitez favoriser, comment ?
Réussir la transition entre la posture d’un élève et celui d’un professionnel recherché par les employeurs, passe en effet par une forme d’accomplissement. Chaque élève est à la fois l’acteur de cet accomplissement par les choix qu’il fera, par les projets qu’il réalisera ; et est personnellement accompagné par des tuteurs école et entreprise. Selon leur projet, certains peuvent opter pour des voies alternatives comme la préparation d’un double diplôme en architecture, à EMLyon ou à l’étranger. Dans le cadre de notre rapprochement avec EMLyon, une nouvelle école dédiée à l’entrepreneuriat, IDEA School, proposera bientôt de nouveaux cursus.

 

Préparation du concours commun Centrale-Supélec : le conseil de Marie-Annick Galland, directrice des études
« Outre un travail régulier durant la prépa et une fraicheur physique au moment des épreuves, les candidats peuvent consulter les rapports édités chaque année et disponibles sur le site du concours : http://www.concours-centrale-supelec.fr/. Ils contiennent en conclusion des conseils et remarques importantes relatives à chaque épreuve. Les connaitre permettra au candidat d’éviter de faire les erreurs les plus communément répandues, et de savoir exactement ce qu’un correcteur attend d’une copie de ce concours. »

 

A. D-F

 

Contact : www.ec-lyon.fr