Olivier Thibault s’est forgé une expérience de 15 ans dans le domaine de l’eau en alternant des métiers de management et des métiers de dossiers . Cet X 93, ingénieur en chef du corps des Ponts , des Eau x et For êts 98, pilote depuis le 1er juin 2010 l’Agence de l’Eau Artois-Picardie, acteur essentiel en mati ère de politique de l’eau , en qualité de directeur général .

Olivier Thibault, (X93, ingénieur en chef du corps des ponts, des eaux et forêts 98) directeur général de l’Agence de l’Eau Artois-Picardie

Olivier Thibault, (X93, ingénieur en chef du corps des ponts, des eaux et forêts 98) directeur général de l’Agence de l’Eau Artois-Picardie

A la tête d’un établissement à taille humaine, Olivier Thibault a pour premier métier, le management, un management concret. Il définit le niveau d’ambition de l’Agence, suit l’activité, règle les conflits internes et supervise l’instruction des dossiers. « À l’X, on apprend à apprendre et à savoir où se trouve l’information ; à l’Engref, on apprend à passer de la théorie à la pratique ; la conjugaison des deux est précieuse pour des parcours comme le mien. Ce qui me motive, et qui a été le fil rouge de ma carrière, c’est de me sentir utile, de sentir que l’énergie que je mets dans mon travail sert à quelque chose et à quelqu’un. » Très active en matière de coopération et de solidarité internationale, l’Agence de l’Eau Artois-Picardie apporte un appui technique et financier à des projets d’accès à l’eau et à l’assainissement dans les pays en voie de développement. Dès 2015, 1 % du budget de l’agence sera dédié à la coopération internationale sous forme de coopération décentralisée dans les pays en voie de développement, de coopération institutionnelle avec les pays d’Europe de l’est et d’actions envers les jeunes. Pour être efficace, il faut croire en son métier. L’Agence recrute des profils qui ont envie d’améliorer l’environnement aquatique, pour des métiers très diversifiés allant de percepteurs de redevances, d’instructeurs de dossiers de subvention, et jusqu’à des métiers de planificateurs ou d’ingénieurs maîtres d’oeuvre pour des projets d’effacement de barrages, ou le réaménagement de zones humides… Le bâtiment construit autour d’un grand atrium, décoré ponctuellement, qui accueille des expositions, favorise la convivialité. Chef d’équipe, Olivier Thibault a besoin de faire partager les objectifs – retrouver un bon état des eaux, – par les équipes, de les associer aux projets, une manière de leur montrer qu’ils sont acteurs de leur changement.

 

Le sens de l’intérêt général
Pour Olivier Thibault, l’Agence est « un établissement public extraordinaire, au sens où l’on est sur une problématique bien identifiée, un objectif de résultat mesurable qu’est le fait de retrouver un bon état des cours d’eau et nappes d’eau souterraines, avec tout un ensemble d’actions à réaliser et enfin avec des moyens financiers non négligeables. » Outil de solidarité financière, l’agence soutient, grâce aux redevances perçues selon le principe « pollueur, payeur », des projets qui concourent à l’amélioration de l’eau. Elle définit son niveau d’ambition, le positionnement stratégique, prépare les grandes orientations et les met en oeuvre après validation par son Comité de bassin, véritable parlement de l’eau qui réunit 85 personnes représentant toutes les catégories d’usagers. Le conseil d’administration outil décisionnel, issu du parlement de l’eau, décide de l’attribution des aides. Enfin, l’Agence, centre de ressources, collecte une multitude d’informations et construit des bases de données qu’elle met à la disposition du public.

 

Chiffres clés
Bassin Artois Picardie
8 000 km de cours d’eau, 270 km de côtes 350 millions de m3 d’eau produite par an dont 95% proviennent de l’eau souterraine Agence de l’Eau
200 personnes physiques soit 175 équivalent plein temps.
Budget : 1 milliard d’€ pour 6 ans

 

Parlement Mondial de la Jeunesse pour l’Eau Agir pour le futur, agir pour l’eau
Olivier Thibault s’est fortement impliqué dans la création du parlement mondial de la jeunesse pour l’eau, une structure qui rassemble 85 jeunes, étudiants et jeunes professionnels de 18 à 23 ans, de 71 pays différents, des 5 continents. Le parlement tiendra sa 3e assemblée générale lors du 7e Forum Mondial de l’Eau, en 2015 à Daegu en Corée. « Ce qui est passionnant, c’est d’avoir réuni les futurs jeunes leaders du monde de l’eau en utilisant tous les réseaux de jeunes, en nous appuyant sur le GWP, Global Water Partnership, en faisant appel à candidature sur internet. » Le Parlement de la Jeunesse pour l’Eau (PMJE) : www.pmje-wypw.org

 

A.M.O.

 

Contact
o.thibault@eau-artois-picardie.fr
www.eau-artois-picardie.fr