Depuis la loi du 11 février 2005 relative à l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, le handicap est envisagé dans sa dimension sociale,c’est-à-dire en prenant en compte la situation du jeunedans son environnement. En découle le principe de l’accessibilité et de la compensation. Les IUT et les lycées qui accueillent des BTS s’impliquent nécessairement dans ce projet.

 

Ce que prévoit la loi
Les collectivités territoriales, propriétaires des infrastructures, doivent réaliser la mise aux normes
des bâtiments scolaires et des équipements culturels et sportifs avant février 2015.

L’accessibilité obligatoire
Ce premier principe comprend l’inscription dans l’établissement scolaire de secteur, l’accès au savoir grâce aux adaptations pédagogiques, l’accès à l’ensemble des locaux (ascenseurs, rampes d’accès, toilettes) et des matériels nécessaires pour la scolarisation des handicapés (tables réglables, loupes électroniques, béquilles, enregistreurs, logiciels de compensation, etc.). Pour les élèves lourdement handicapés, les compétences à maîtriser peuvent être redéfinies, de même qu’ils bénéficient de conditions particulières pour les examens (salles spéciales, temps complémentaires, traducteurs).

 

La compensation à mettre en oeuvre
Le projet personnalisé de scolarisation est l’un des volets spécifiques du plan de compensation élaboré par une équipe pluridisciplinaire au terme d’un dialogue avec la personne handicapée relatif à son projet de vie. Il propose des modalités de déroulement de la scolarité coordonnées avec les mesures permettant l’accompagnement de celle-ci figurant dans le plan de compensation. Ce projet organise la scolarité de l’élève handicapé et assure la cohérence et la qualité des accompagnements et des aides éventuellement nécessaires à partir d’une évaluation globale de la situation et des besoins de l’élève.

 

L’exemplarité de la Mission Handicap
Les différents IUT qui dépendent de l’Université de Strasbourg, bénéficient de locaux modernes, donc sont accessibles aux étudiants handicapés. La Mission Handicap de l’université se mobilise pour favoriser l’intégration des étudiants handicapés permanents et temporaires : accueil personnalisé, accompagnement et suivi spécifiques, aides humaines et techniques ou encore aménagements des enseignements et des examens. Fabienne Rakitic, coordinatrice de la Mission Handicap estime que l’accès au savoir est à considérer au sens large : accès au bâtiment mais aussi aux cours, ces derniers devant être adaptés aux différentes situations de handicap, déposés sur les espaces numériques de travail, repensés parfois sur le plan pédagogique.

 

L’implication des équipes
La maîtrise du handicap suppose une forte implication des équipes enseignantes et administratives pour que le handicap devienne l’affaire de tous et soit déployée au plus près des besoins de l’étudiant. Il est ainsi possible pour les établissements de créer un réseau de référents handicap dans toutes ses composantes et services pour mettre en place de façon plus efficace la compensation pédagogique.

 

L’IUT de Besançon se rénove
« L’accès aux handicapés a déjà fait l’objet d’aménage− ment, notamment au niveau du rez−de−chaussée avec des rampes d’accès et des toilettes adaptées. Mais il nous faut encore progresser pour nous conformer aux normes légales. Dans ce cadre, les services du patrimoine sont venus établir une liste concernant toutes les facettes du handicap dans le but d’engager un projet de rénovation. »
Jean-Jacques Gotti, responsable des bâtiments

 

Patrick Simon