Ecrivain, conseiller, président de Biotics, spécialiste des nouvelles technologies , Joël de Rosnay évoque quelques bouleversements proches, éducation comprise…

A quels changements majeurs faut-il s’attendre dans les années à venir ?
Parlons de trois secteurs qui vont considérablement évoluer. Le numérique, tout d’abord. Il faut oublier « internet », nous entrons dans un écosystème numérique composé du cloud, de la télévision connectée, des smartphones, etc. Un système avec lequel nous serons en coévolution, femmes et hommes « augmentés », que nous changerons et qui nous changera ; dans lequel le virtuel va beaucoup progresser tandis que nous passerons du portable au mettable, puis à l’intégrable (à notre corps, oui). L’énergie, elle, sera prochainement distribuée via des réseaux de partage (smart grid) proposant toutes les énergies renouvelables dans un mix continu, à la demande, et conduisant à une véritable démocratie énergétique. Biologie enfin : l’épigénétique va bouleverser l’industrie pharmaceutique et agroalimentaire, s’axant sur la modulation de l’expression de nos gènes par nos comportements : nutrition, exercice, management du stress, plaisir, réseau social et familial. La prévention, quantifiable, s’effectuera via des applications.

 

Comment l’éducation devrait-elle évoluer pour rester pertinente ?
Aujourd’hui fondée sur des disciplines, analytique, linéaire et séquentielle, elle doit devenir pluridisciplinaire et systémique, intégrer les interdépendances entre secteurs différents pour pouvoir aborder la complexité du réel. Ecologie, économie et biologie ont ainsi beaucoup en commun et restent enseignées dans des univers cloisonnés. La coéducation va progresser à travers les formations en réseau mêlant étudiants et enseignants et l’éducation complémentaire s’intensifier, chacun utilisant jeux vidéo, moteurs de recherche et surtout les MOOCS, ces Massive Online Open Courses déjà proposés par Stanford, Harvard, etc. qui comptent déjà 7 millions d’abonnés et réunissent 50.000 personnes par cours !

 

De nouveaux métiers vont apparaître ?
Disons plutôt qu’on va aborder les domaines classiques avec des méthodes nouvelles : éducation, santé, services… vont créer des millions d’emplois grâce à une utilisation raisonnée du numérique. Voyez l’imprimante 3D, ces véritables Micro Usines Personnalisées vont générer une nouvelle forme d’industrie, 2.0, faisant naître nombre de TPE, groupements d’artisans du numérique, etc.

 

Quelles formations vous paraissent le plus en prise avec la réalité de demain ?
Il va devenir indispensable de savoir manier le numérique en plus de chaque discipline : s’intéresser à l’environnement et au numérique, à la biologie et au numérique ; c’est au carrefour de ces différentes disciplines que les compétences seront les plus recherchées.

 

Demain ? Qu’est-ce qui vous enthousiasme et, au contraire, vous inquiète ?
J’en ai parlé pour la première fois en 1975 ; je suis, depuis, sa lente manifestation : ce cerveau planétaire que nous construisons de l’intérieur, chacun étant une cellule reliée aux autres par le numérique, les circuits énergétiques, les matériaux financiers. Aussi passionnant qu’inquiétant. On approche du web 5.0, ce SymbioNet qui assurera en temps réel la connexion de nos corps avec l’écosystème numérique. sécurité, les loisirs, le travail en groupe, etc. Risques ? La traçabilité, l’atteinte à la vie privée, le flicage et puis ce fameux pouvoir à la Big Brother…

 

3 sites pour suivre Joël de Rosnay :
www.carrefour-du-futur.com son site de prospective ;
www.surferlavie.com à propos de son dernier livre et enfin www.scenarios2020.com