AU DÉBUT DE L’AVENTURE OU ENTREPRENEURS CONFIRMÉS, ILS ONT EN COMMUN D’ÊTRE DIPLÔMÉS D’UNE GRANDE ÉCOLE, MAIS PAS SEULEMENT. LEUR RÉUSSITE EST FONDÉE SUR DES IDÉES INÉDITES QUI SÉDUISENT DANS LE MONDE ENTIER. ILS ONT AUSSI CONFIANCE EN L’AVENIR ET SONT MUS PAR LEUR ENTHOUSIASME.

« SANS MOYENS OU TRÈS PEU, IL EST POSSIBLE D’ENTREPRENDRE »
« Internet est un vecteur extraordinaire pour se développer à une vitesse éclair » explique CÉLINE LAZORTHES (TÉLÉCOMPARISTECH 2008 – HEC) PRÉSIDENTE FONDATRICE DE LEETCHI.COM. Elle a monté son entreprise en apportant une réponse à une épineuse question : comment se faire rembourser lors d’un cadeau ou l’organisation d’un événement commun ! « L’idée m’est venue alors que j’organisais le week-end d’intégration de mon école et courais après chaque camarade pour récupérer sa contribution. » L’élève-ingénieur pousse le concept, mène son étude de marché et constate qu’il n’existe aucune offre pour collecter et gérer de l’argent à plusieurs sur Internet. Elle crée sa plateforme Leetchi.com de dons sécurisée pour un cadeau, une soirée, un enterrement de vie de jeune fille, toute occasion permettant à des personnes de se cotiser sans qu’aucune d’entre elles n’ait à avancer la somme. « Nous avons même un jeune espoir du tennis français qui a ouvert un compte pour financer son coach. » Leetchiest présent dans 150 pays et compte 2,5 M de clients actifs. « Nous avons collecté 1 M€ en 2011 et atteint les 100 M€ en 2014. » La chef d’entreprise vise les 200 M€ pour 2015.

 

DAVID FATTAL (X 98 – DOCTEUR EN PHYSIQUE STANFORD) A REÇU LE PRIX DES INNOVATEURS DE MOINS DE 35 ANS DU MIT EN 2013
Son écran de téléphone et de tablette 3D en cours de développement est très attendu. David Fattal – inventeur auteur de plus de 60 brevets – a été distingué en 2013 lors de la première édition française du célèbre concours d’inventions du MIT. Il vit et travaille aux Etats-Unis chez HP depuis 2001. Au cours de ses recherches sur la lumière pour développer des ordinateurs quantiques, il entrevoit une autre application technologique s’apparentant aux hologrammes et permettant de voir des images 3D sans lunettes sur des écrans de terminaux mobiles. développer l’holographie pour smartphone et montres, il crée sa start-up Leia Inc. Le nom de son entreprise est un clin d’oeil à l’hologramme de la princesse Leia dans La guerre des étoiles.
www.leiainc.com

 

« LA FRANCE EST UN PAYS D’AVENIR »
Pour la première édition des Trophées NEOMA Alumni, l’association des diplômés de l’école de management a distingué ILAN BENHAIM (NEOMA 2001), ASSOCIÉ CO-FONDATEUR DE VENTE-PRIVEE.COM pour son parcours remarquable dans la catégorie entrepreneuriat. Il a rejoint la société dès sa dernière année d’études et est vite considéré comme un « petit génie de l’informatique » par ses associés. Il a imaginé l’interface et les process du futur site à succès, les a automatisés et sécurisés, et transmis ces compétences aux 7 autres plateformes européennes de la société. Il incarne le savoir-faire historique et la capacité d’innovation du site qui aide « les grands acteurs du commerce français à développer une stratégie digitale et cross-canal innovante, en accord avec leurs stratégies globales. » Avec 2 100 collaborateurs, 24 millions de membres dans 8 pays européens, vente-privee a réalisé en 2014 un chiffre de ventes consommateurs de 1,7 milliard d’euros TTC.
La réussite en France, il y croit en tant qu’entrepreneur : « La France possède des infrastructures exceptionnelles, des grandes écoles et des professeurs d’université remarquables, qui permettent si on le souhaite vraiment, de se créer de beaux chemins. La France est un pays d’avenir qui donne de vraies chances pour réussir. »

 

AUTICIEL, UNE START-UP FRANÇAISE 1ER PRIX DU CONCOURS D’ENTREPRENEURIAT DE VIRGINIA TECH 2014
« On ne peut pas encore parler de réussite pour Auticiel, nous sommes au début de l’aventure. Nous entrons plus dans la catégorie potentiel » raconte modeste, SARAH CHERRUAULT (TEM 2013), CO-FONDATRICE D’AUTICIEL. Le potentiel de cette application pour aider des personnes atteintes d’autisme ou d’un handicap cognitif à communiquer et apprendre, à gagner en autonomie, a été repéré par Virginia Tech. La start-up a reçu le premier prix de son concours international d’entrepreneuriat BethenextOne 2014. « C’était la première fois qu’une start-up de l’école remportait ce concours et en plus le premier prix ! Ce prix devrait nous permettre d’accélérer notre entreprise. La France est en retard dans la prise française qui se distingue ! » L’équipe va encore étonner en lançant en octobre une innovation mondiale au colloque de l’Institut Pasteur : une plateforme collaborative sur l’autisme.
« Je crois dur comme fer au potentiel du numérique »
Après une prépa littéraire, Sarah a choisi TEM, « car je crois dur comme fer au potentiel du numérique. » Elle est aussi entrepreneur dans l‘âme et rejoint dès 2011 le Challenge projet d’entreprendre de son campus. L’idée lui vient comme souvent par hasard, via la rencontre avec des parents d’enfants autistes qui lui expliquent toute la difficulté qu’ils ont à communiquer et interagir avec les autres. « Ils me disent aussi qu’ils sont à l’aise avec les outils tactiles. En 2011, c’est le tout début des tablettes en France et je pense à développer un logiciel pédagogique. » Sarah part à la recherche des compétences complémentaires aux siennes lors d’un Hackathon où elle rencontre FRANÇOIS DUPAYRAT (EFREI). Auticiel est lancée en 2013 avec un 3e associé rencontré lors d’une soirée des Alumni, Laurent Pipitone. L’équipe s’entoure aussi de professionnels de la prise en charge des autistes et de leurs parents pour tester ses produits. « Nous travaillons dans une démarche de Learning lab. Nos outils personnalisables selon les besoins, sont utilisés par 30 000 personnes. » La société étend le champ de ses applications à d’autres déficiences, notamment chez les personnes âgées.
www.auticiel.com

100 MILLIONS D’ACCROS À UN JEU FRANÇAIS : CRIMINAL CASE
CORENTIN RAUX (TÉLÉCOM PARISTECH 1999) a co-créé la société de jeux vidéo sociaux, Pretty Simple.
Avec son associé BASTIEN CAZENAVE (CENTRALE PARIS 2001), ces férus de développement avaient pour ambition « de créer la meilleure équipe de développeurs de jeux vidéo sociaux au monde » comme Corentin le confiait lors d’une interview à son école Télécom ParisTech. Il y a d’ailleurs été le premier incubé de France en 1999 avec une première société de production audiovisuelle, avant d’y revenir en 2010 avec Pretty Simple. Soutenus par la société de capital risque Idinvest, leur pari est remporté avec le jeu d’enquêtes Criminal Case. Il a séduit plus de 100 millions d‘utilisateurs dans le monde et a été élu meilleur jeu Facebook 2013, un an seulement après son lancement.
http://prettysimple.fr/

 

GUILLAUME ROLLAND, ÉTUDIANT À L’UTC
Il est l’inventeur d’un réveil olfactif, Sensorwake. Il a été nominé au Google Science Fair 2014. Il a été le premier français jamais qualifié à ce concours international qui récompense de jeunes inventeurs de 13 à 18 ans.

 

D’AUTRES EXEMPLES
BORIS SARAGAGLIA, DIPLÔMÉ DE L’ECOLE DES MINES NANTES ET D’HEC est co-fondateur du site de vente en ligne de chaussures et de vêtements Spartoo. Créée en 2006, la société est une réussite mondiale avec une présence dans 20 pays.
JÉRÔME GUILLEN, DIPLÔMÉ DE L’ENSTA PARISTECH,
est VP chargé des ventes monde du constructeur auto de voiture électrique haut de gamme Tesla Motors. La marque américaine est considérée comme l’une des plus innovantes au monde.
LUC JULIA, DIPLÔMÉ DE TÉLÉCOM PARISTECH a développé l’application de reconnaissance vocale Siri utilisée sur les IPhone.
JEAN-LUC VAILLANT, UN AUTRE TÉLÉCOM PARISTECH, est le co-fondateur de LinkedIn.
L’entrée en 2013 de Criteo à la bourse américaine des valeurs technologiques le Nasdaq, a fait la Une des journaux. C’est la plus grosse opération pour une entreprise française sur ce marché depuis Business Objects en 1994. L’entreprise de ciblage publicitaire emploie près de 800 personnes et réalise plus de 85 % de ses activités à l’international. Elle a été co-fondée en 2005 par JEAN-BAPTISTE RUDELLE, INGÉNIEUR SUPÉLEC ET DEUX DIPLÔMÉS DE MINES PARISTECH – FRANCK LE OUAY ET ROMAIN NICCOLI qui ont débuté aux Etats-Unis dans les laboratoires de R&D de Microsoft.

 

A. D-F